Littérature générale

  • Vita nostra brevis est, brevi finietur...
    « Notre vie est brève, elle finira bientôt... »
    C'est dans le bourg paumé de Torpa que Sacha entonnera l'hymne des étudiants, à l'« Institut des technologies spéciales ». Pour y apprendre quoi ? Allez savoir. Dans quel but et en vue de quelle carrière ? Mystère encore. Il faut dire que son inscription ne relève pas exactement d'un choix : on la lui a imposée... Comment s'étonner dès lors de l'apparente absurdité de l'enseignement, de l'arbitraire despotisme des professeurs et de l'inquiétante bizarrerie des étudiants ?
    A-t-on affaire, avec Vita nostra, à un roman d'initiation à la magie ? Oui et non.
    On évoque irrésistiblement la saga d'Harry Potter et plus encore Les Magiciens de Lev Grossman.
    Mêmes jeunes esprits en formation, même apprentissage semé d'obstacles. Mais c'est sur une autre terre et dans une autre culture, slaves celles-là, que reposent les fondations d'un livre qui nous rappellera que le Verbe se veut à l'origine du monde.
    Les lecteurs de fantasy occidentale saturés d'aspirations à l'héroïsme tous azimuts en seront tourneboulés.

  • Entends la nuit

    Catherine Dufour

    La chair et la pierre sont de vieilles compagnes. Depuis des millénaires, la chair modèle la pierre, la pierre abrite la chair. Elle prend la forme de ses désirs, protège ses nuits, célèbre ses dieux, accueille ses morts. Toute l'histoire de l'humanité est liée à la pierre.
    Quand on a 25 ans, un master en communication, une mère à charge et un père aux abonnés absents, on ne fait pas la difficile quand un boulot se présente.
    Myriame a été embauchée pour faire de la veille réseaux dans une entreprise du côté de Bercy, et elle découvre une organisation hiérarchique qui la fait grincer des dents : locaux délabrés, logiciel de surveillance installé sur les ordinateurs, supérieurs très supérieurs dans le style british vieille école.
    Mais quand un de ces supérieurs s'intéresse à elle via Internet au point de lui obtenir un CDI et lui trouver un logement, elle accepte, semi-révoltée, semi-séduite...

    Mauvaise idée ? Pas pire que le secret qu'elle porte.

    Myriame est abonnée aux jeux dangereux dans tous les cas, et sa relation avec Duncan Algernon Vane-Tempest, comte d'Angus, décédé il y a un siècle et demi, est à sa mesure. Du moins le croit-elle.

    Catherine Dufour, éprise de légendes urbaines, nous offre avec ce roman un « anti-Twilight » tout en humour et une ode à Paris bouleversante.

  • Noeud après noeud, jour après jour, toute une vie durant, ses mains répétaient les mêmes gestes, nouant et renouant sans cesse les fins cheveux, comme son père et le père de son père l´avaient fait avant lui... N´est-ce pas étrange qu´un monde entier s´adonne ainsi au tissage de tapis de cheveux ? l´objet en est, dit-on, d´orner le Palais des Étoiles, la demeure de l´Empereur. Mais qu´en est-il de l´Empereur lui-même ? N´entend-on pas qu´il aurait abdiqué ? Qu´il serait mort, abattu par des rebelles ? Comment cela serait-il possible ? Le soleil brillerait-il sans lui ? Les étoiles brilleraient-elles encore au firmament ? L´Empereur, les rebelles, des milliards de tapis de cheveux ; il est long le chemin qui mène à la vérité, de la cité de Yahannochia au Palais des Étoiles, et jusqu´au Palais des Larmes sur un monde oublié... Né en 1959, Andreas Eschbach est la figure de proue de la science-fiction allemande. Voici son premier livre traduit.

  • Archives de l'exode

    Becky Chambers

    La Flotte d'exode est un trésor vieillissant, témoin de la volonté humaine de disséminer ses enfants et sa culture à travers les étoiles. Singulière au sein de la communauté galactique, peu la rejoignent et beaucoup la quittent. Dans les couloirs de ces vaisseaux naissent, vivent et meurent les spatiaux.
    Une ethnologue à tentacules, un homme rêvant d'intégrer la Flotte, un adolescent de s'en aller, une archiviste vieillissante qui a connu l'époque où les Humains étaient des parias, une soignante affectée aux soins des morts, et Tessa, soeur d'Ashby, le capitaine humaniste de L'Espace d'un an.
    Autant de voix qui, humaines ou non, nous racontent le sentiment d'appartenance à un groupe, le besoin central de trouver une place, dans la galaxie ou dans les coeurs. Des gens ordinaires ; des vies ordinaires : uniques et précieuses.

    Après L'Espace d'un an et Libration, Archives de l'exode clôt le premier triptyque de Becky Chambers, pour lequel elle a reçu le prix Hugo 2019 de la meilleure série.

  • Libration

    Becky Chambers

    Lovelace, intelligence artificielle née à bord du Voyageur à la fin de L'Espace d'un an, accepte de se transférer à bord d'un corps synthétique. Devenir humaine, une chance ? Pas pour elle : les limitations de la chair l'étouffent. Champ de vision ridiculement restreint, pas d'accès au réseau, réactions physiologiques incontrôlables... À ses côtés, Poivre, mécano, l'aide de son mieux. Ancienne enfant esclave libérée par miracle, grandie seule sur une planète ravagée, elle aussi a dû lutter pour accéder pleinement à l'humanité et se construire une vie, sinon ordinaire, du moins normale. Libration - nom d'un point de l'espace en équilibre entre deux astres, zone de stabilité mouvante qui accompagne les planètes dans leur danse - raconte l'histoire de ces deux femmes. Chacune à sa façon s'arrache à une vie liminale pour se tailler une identité, conquérir l'indispensable : la dignité. On ne croise pas ici les autres personnages de L'Espace d'un an ; Chambers, au lieu de prolonger leur histoire, l'élargit. Sa tendresse et sa lucidité nous offrent des pages déchirantes - l'enfance tragique de Poivre, qui ignore tout de l'amour, et l'isolement de Lovelace, identique à nous mais incapable de vivre comme nous - et un chant d'amour plein de confiance et de courage.

  • " Je le requiers de vous tous, hommes et dames de bonne maison qui lirez ce livre d'Arthur et de ses chevaliers, du commencement à la fin, priez pour moi. Ce livre fut terminé la neuvième année du règne du roi Édouard IV, par messire Thomas Malory, chevalier. " Achevé donc en 1469-1470, réagencé et publié par l'imprimeur Caxton en 1485, Le morte d'Arthur n'a pas cessé d'être réédité en Angleterre ; il est la référence arthurienne de toute la culture anglo-saxonne. De siècle en siècle, il a inspiré les grands poètes, plus tard les cinéastes. Il figurait aussi parmi les quatre livres que Lawrence d'Arabie emportait dans ses sacoches de selle quand il partait pour de lointains voyages. Tel est, conclut Caxton, " ce noble et joyeux livre, intitulé La mort d'Arthur, nonobstant qu'il traite de la naissance, de la vie et des faits et gestes dudit roi Arthur, de ses nobles chevaliers de la Table Ronde, de leurs merveilleuses quêtes et aventures, de l'accès qu'ils eurent aux secrets du Saint-Graal, et finalement de la mort douloureuse de tous et de la faon dont ils quittèrent ce monde ".

  • - Nous sommes censés accompagner Sheldon et Brisène dans leur voyage de noces à l'autre bout du monde et jeter un coup d'oeil à la situation d'une des mines locales, qui s'ouvre à flanc de volcan. Les rapports qui lui parviennent ne sont pas conformes au planning. - Tu t'attends à quoi ? - Une menace inconnue, terrifiante, du genre que les humains ne sont pas taillés pour affronter. Une apocalypse à l'échelle du monde, qui risque d'éradiquer toute vie intelligente sur Terre. Et ça pourrait même nous affecter, par ricochet... Pour venir à bout de leur quête, le troll et ses complices vont devoir affronter les typhons des mers du sud, une armée de zombies et de consultants, et résister aux pièges des épouvantables souvenirs pour touristes. Mais ils disposent d'une arme secrète : Leur mission est dotée d'un budget.


  • Dans le quatrième tome de ses mémoires, la célèbre et scandaleuse lady Trent nous emmène en Akhie, contrée désertique avec laquelle son propre pays souhaite s'allier.

    À la suite de ses découvertes du volume précédent, le Scirland a décidé de lancer un programme d'élevage de dragons afin de contrer les actions du Yélang. Isabelle Trent et Tom Wilker se rendent donc en Akhie pour le superviser.
    Mais en dépit du peu de goût de lady Trent pour la politique, celle-ci la rattrape, sous la forme d'enlèvements par des tribus du désert et de sabotages qui mettent sa vie et celle de Tom Wilker en danger.
    Les deux chercheurs n'en continuent pas moins à mener leurs recherches sur les dragons locaux, s'aventurant jusque dans le terrible désert du Jéfi.
    C'est là qu'accompagnée de Suhail, l'archéologue akhien rencontré dans le volume précédent, elle fera les découvertes majeures qui vont bouleverser son monde. Au passage, préjugés et archaïsmes auront été écorchés par son humour à froid et son obstination hors du commun.

  • Le merle

    Jean-Bernard Pouy

    Un sombre soir, à Paris, dans l'un de ces nombreux débats où des « spécialistes » ergotaient sur les différences entre le roman noir et le roman « blanc », un type mystérieux dans le public s'est levé, outré, offusqué, déclarant : « N'importe comment, il n'y a qu'une littérature, c'est la littérature allemande ! » Et, digne, impérial, il a disparu. J'étais saisi, coincé, aplati par la sentence. Ce soir-là j'ai décidé de prendre place, un jour, sur un rayonnage de librairie spécialisé dans cette fameuse et fumeuse « littérature allemande »... Ainsi est né Arthur Keelt (Klagenfurt, Autriche, 1902 - Paris, 1982) et son unique et bref récit, Le Merle (Die Amsel), écrit en 1954 dans les montagnes de Styrie... Selon Jean-Bernard Pouy, il se voulait un bouddhiste atypique. Peut-être doit-il à cette disposition d'esprit une écriture toute de simplicité et qui parfois atteint la grâce, ainsi qu'une rare hauteur de vue (2277 m).

  • Le Clin d'oeil du héron est un recueil de nouvelles de Jean-Claude Dunyach. Il y écrit nos peurs, nos fantasmes, nos ambitions, nos limites. Et il nous éveille à des sensations ignorées, douces ou cruelles. Chaque nouvelle de J.-C. Dunyach change le monde qui filtre à travers nos yeux. « Ce recueil parle, de façon plus ou moins directe, de magie... Ou plutôt de mon idée de la magie, qui n'est pas nécessairement la vision classique (et certainement pas celle de la fantasy traditionnelle.) J'ai souvent parlé de magie avec Ayerdhal. Pas celle de l'illusionniste, ni la force extérieure manipulée par des thaumaturges, à laquelle nous ne croyions ni l'un ni l'autre, mais celle qui naît dans le coeur et la volonté des hommes. » Jean-Claude Dunyach

  • Laurence Suhner est connue pour sa trilogie « QuanTika », où s'est manifesté son goût pour les exoplanètes, la physique quantique, l'archéologie et les aliens tout aussi empathiques que féroces.
    Dans ce recueil, qui puise aux sources de l'inspiration de l'auteur, vous passerez du space-opéra classique à des événements étranges qui ont pour cadre le Centre européen pour la recherche nucléaire (CERN), du conte fantastique au récit post-apocalyptique ; vous serez à Genève - aujourd'hui, il y a un siècle, dans ses catacombes, dans d'autres dimensions - , à Montreux, à Londres, dans l'espace et sur TRAPPIST-1, une planète découverte il y a quelques mois ; vous frémirez d'angoisse dans des demeures de l'époque victorienne, vous ferez l'expérience de la divergence, vous vibrerez et danserez au son d'instruments extra-terrestres, vous assisterez à la création des mythologies du futur...
    Dans ce livre où Laurence Suhner nous livre en filigrane son parcours, on comprend à quel point raconter et se raconter des histoires est essentiel à la vie.
    Nous n'avons jamais autant de puissance et de volonté que lorsqu`il faut tout recommencer à zéro. Se réinventer sans cesse, sans perdre de vue qui nous étions avant.

  • Jihad

    Jean-Marc Ligny

    « L'amour est une laisse de soie qui conduit l'homme soit au ciel, soit en enfer. » (Proverbe arabe) Kabylie, début du XXIe siècle. Alors que la guerre civile fait rage, un village est attaqué, ses habitants massacrés. L'unique survivant apprend à Djamal Saadi que sa soeur a été violée et tuée par un mercenaire français nommé Max Tannart. Infiltré dans une France déchirée entre les milices du Parti National au pouvoir et les ex-combattants de Daesh, Djamal connaîtra l'enfer, dans ce pays où la couleur de sa peau et son type ethnique suffisent à attiser la haine. Djamal n'est pas un immigré comme les autres. Il ne vient pas chercher du travail ni combattre aux côtés de la résistance. Guerrier solitaire, il se fraye un chemin sanglant afin d'accomplir son jihad personnel, qui porte un autre nom : vengeance. Intrigue foisonnante, personnages attachants, action menée à cent à l'heure... Un thriller de politique-fiction auquel les développements récents de l'actualité donnent un saisissant parfum d'authenticité.

  • Tous les enfants ne sont pas des monstres

    Sur une Terre en proie à la terreur.
    Stephen, 14 ans, autiste et surdoué, a pris place dans un laboratoire mobile avec six militaires et six scientifiques. Sauveront-ils l'humanité ?

    La Part du monstre se déroule dans le même univers que Celle qui a tous les dons et le précède.

    "Une étude de personnages brillante, doublée d'un thriller post-apocalyptique prenant et jubilatoire." SciFiNow

  • Autour du fauteuil

    Anthony Galifot

    Je sors ma paire de ciseaux du coffret, c´est une douze-pouces, des doubles lames allemandes trempées avec un miniroulement à billes, affûtées avec précision. Je les huile afin de m´assurer qu´elles soient fonctionnelles. Elles m´ont coûté une fortune mais c´est du pur bonheur de couper avec. Je m´en suis peu servi au salon avant de comprendre à quoi elles allaient m´être utiles. Les salons de coiffure font partie des coulisses du théâtre de nos vies, mais que savons-nous des coiffeurs, de « nos » coiffeurs ? Leurs motivations, leurs angoisses, leurs émotions, leurs fantasmes... Anthony Galifot, spécialiste de la coupe au rasoir et maître barbier, conjugue dans ces nouvelles deux passions : la coiffure et l´écriture. Et il érige le salon de coiffure au rang de scène où coiffeurs et clients tiennent les rôles principaux, tantôt flirtant avec le noir, tantôt avec le fantastique. Le lecteur y découvre l´autre côté d´un miroir entre rires et stupeur.

  • Au réveil il était midi

    Claude Ecken

    Un étranger craignant une reconduite à la frontière, prêt à mourir en sautant de l'immeuble.Un enfant qui rêve de cellule de soutien psychologique.Un vieil homme qui voit d'un mauvais oeil les jeunes du quartier répéter leur rap dans l'immeuble. La longue errance d'une femme au fil des structures sociales censées l'aider.Une note de l'observatoire de veille sanitaire établissant l'étiologie d'une nouvelle maladie chez les employés du service public, entre paranoïa et schizophrénie.Un jeune homme considéré comme pré-délinquant avant sa naissance.Autant de situations qui évoquent des faits divers récents et sont prétexte à des histoires qui les prolongent et les mettent en perspective, dénonçant une dérive progressive vers un avenir incertain.Loin de décrire les paillettes et le clinquant des milieux influents, ces onze récits tendent au lecteur un miroir de notre société, où les ajustements imperceptibles la changent plus profondément que les grands bouleversements historiques. Les personnages s´impriment dans notre mémoire, car des anecdotes murmurent et bruissent tout au long de ces pages.L´écriture et le sens du récit de Claude Ecken sont empreints d'un humanisme qui sont autant d'occasions de réfléchir que de raisons d'espérer.

  • Couleurs

    Gilles Servat

    Depuis longtemps j´écris de courtes histoires. Je ne les avais jamais éditées, ni données sur scène, sauf une : Trégor. Je l´ai racontée une nuit, perché sur un énorme rocher rose, pour le public rassemblé sur le Coz Porzh à Trégastel. Mais c´était resté une belle aventure unique.
    Il a fallu que je traduise de l´irlandais ancien L´histoire du Cochon de Mac Dathó en 2005, pour avoir envie de raconter à un public d´aujourd´hui ce récit d´un autre âge et d´un autre monde. J´ai beaucoup appris, car le conte n´est pas la chanson, et cette expérience m´a donné envie de continuer. J´ai commencé à conter GPE, Comment on devient Grain-de-Poivre et Je suis un Ours, j´en ai écrit d´autres, comme Couleurs, qui ne sont pas des contes de scène. Car il y a une grande différence entre la parole et l´écrit. Certaines histoires peuvent être dites et jouées, d´autres non.
    Voici donc un recueil mêlant les deux, histoires de toutes sortes où l´étrange se mêle à la poésie et aux chansons, où la philosophie naît de l´absurde, où la science-fiction côtoie les légendes populaires et même, quelquefois, les parfume.

  • Vestiges

    Laurence Suhner


    Time: 2310

    Place: Gemma, a "snowball" planet, i.e. a terrestrial extrasolar planet with overall glaciation, orbiting around the binary star, Altamira (an Alpha Centauri type), discovered in 2012 by Michel Mayor's team at the Geneva Observatory. We are in the same galaxy as our own, 6.5 light-years away. This is the most distant human colony. A one way trip of more than seventeen years.
    Context: A huge spaceship in orbit, Le Grand Arc, a phantom vessel which has never shown any sign of life and remains inaccessible. In addition, on the planet itself extremophile micro-organisms discovered by the first wave of explorers one hundred and fifty years earlier, prove that more complex forms of life must have developed before the glacial period. A fascinating research project for the ambitious young microbiologist Ambre Pasquier.
    Soon after she settles there the young woman starts to be haunted by dreams that put her in contact with the traces of the first visitors to Gemma, the Constructors... It becomes an obsession and she organises a scientific expedition - the Archea Mission - whose official aim is to look for primitive forms of life in the glacial layers. In fact, she has a completely different objective - keeping it secret to avoid interference by the militia, a pseudo-military organisation having recently taken control of the colony. A passage has to be cut through the ice by means of a giant tunnelling machine to get to the rock substrata and ruins that Ambre is certain of discovering there. Around twenty scientists have been recruited: Glaciologists, geophysicists, exobiologists, geneticists, climatologists, engineers, doctors... Two people have infiltrated the team: one on behalf of a group of physicists who for over ten years have been studying the particularities of a specific planetary zone affected by fluctuations of the space-time field. The other works for the military personnel who have recently taken control of the colony.

    The expedition turns into chaos.

  • Wang

    Pierre Bordage

    It is the 23rd century. An impassable screen protects Occident from its neighbouring empires. Wang, a young seventeen-year-old Chinese boy, lives with his grandmother in a poor district of Grand-Wroclaw in Silesia, one of the sub-provinces of Sino-Russia governed by the Neo-triads.
    Because he has transgressed the law of Assl the Mongol, a godfather of the clan, Wang has no other choice but to follow the path of exile. For a gateway sometimes opens in the screen at Most in Bohemia. But what happens to emigrants from Occident?
    They speak of slavery or even worse; they say they are forced to fight each other like gladiators. No one has ever returned to tell the tale...

    The Eiffel Tower Prize for Science Fiction 1997

  • The Isaac Directive

    Pierre Bordage


    A novel with a real mix of genres, covering science fiction and thriller.

    Pierre Bordage is currently one of France's best storytellers and his work has been the source of inspiration both for graphic books and the cinema.
    One morning in November a strange white bubble fifty metres in diameter is discovered in the Deux-Sèvres countryside. It attracts and captures Leo, a child aged three years five months... His mother, Elodie and the authorities helplessly observe the growth of this "phenomenon". Leo is never seen again.
    Other bubbles appear around the world, and in each case children living in the vicinity seem to be irresistibly drawn to them, disappearing as they run in their direction.
    Where do these bubbles, soon to be called White Ladies, come from? Are they the fruit of some mutation or are they of alien origin?
    Are the children they absorb kidnapped, or are they the only ones to have found out how to communicate with the visitors?

  • Il y avait en ce temps-là des océans de lumière et des cités dans les cieux et de farouches bêtes volantes en bronze...
    La Lance et le Taureau avait vu se livrer la première bataille contre le Peuple du Froid, les redoutables Fhoi Myore. Mais la guerre se poursuit...
    Et voici que se présente au Prince Corum une quête nouvelle et périlleuse : afin de secourir Amergin, le Grand Roi, l´Archidruide, victime d´un puissant sortilège, il lui faut retrouver le Chêne d´or et le Bélier d´argent.
    Avec l´aide de Jhary, le compagnon des champions, il affrontera dangers et maléfices, et croisera sur son chemin Gaynor, le Prince damné, le « Nain » Goffanon, le Magicien Calatin et bien d´autres figures désormais familières.
    Le Chêne et le Bélier, inédit à ce jour en France, constitue le cinquième livre des Chroniques de Corum.

  • « Les rues de Philippeville sont peuplées de cadavres qui refusent de tomber, auxquels la chaleur donne une illusion de vie... Toute la folie de notre entreprise m'apparaît, comme un cavalier masqué de noir dont la monture brûle d'impatience : un cavalier de l'Apocalypse. » C'était il y a plus de trente ans. Autre époque, autre pays, la guerre. Les souvenirs d'un père qu'il n'a pas connu et dont il découvre à peine l'histoire. Alors pourquoi Boule, en cet automne 1990, voit-il le monde autour de lui basculer dans l'horreur ? Parce que l'Histoire a tendu sur son chemin des fils invisibles tranchants ? Parce qu'il a mis le doigt dans les rouages d'une conspiration sordide ? Parce qu'il vient de recevoir en héritage une ombre maléfique, celle de Boukelba, l'« Homme à la chienne » ? Après LES COMPAGNONS DU LOUP, voici le deuxième roman du MAÎTRE DES AGNEAUX.

  • 1794 ; le Ritter Manfred von Bek, ex-capitaine dans l'armée de Washington puis député de la Commune en France, fuyant la Terreur révolutionnaire, traverse l'Europe sur les traces de Libusa de Crète dont il est amoureux, jusqu'au Mirenbourg de la Mittelmarch, ...

empty