Alexandre Hurel

  • Loin de l'image de la femme soumise, la femme de citoyen grec est décrite comme une femme d'intérieur, qui reigne sur sa maison, mais qui n'a pas le contrôle de son corps, de sa sexualité, et qui n'a d'autre existence sociale que celle de la continuité des familles. Mais cette réalité incontestable rentre en contradiction avec le rôle tenu par les femmes et les déesses de l'Odyssée... Que signifie cette contradiction ?

    Un bel objet, 104 pages illustrées avec des oeuvres d'art de toutes les époques (peinture sur vases, toiles peintes...), avec des focus sur des thématiques transversales (le rôle des femmes dans la Grèce antique, dans la maisonnée, les rapports amoureux et la sexualité...).

    Sur commande
  • Tout le monde connait la Grande plage de Biarritz, la plage du Centre de Bidart, et celle de Saint-Jeande-Luz. Mais savez vous aller au Pavillon Royal ? à Loya ? à Mayarco? aux Alcyons ? Le Pays basque côté français regorge de criques et de plages où l'on peut trouver la tranquilité, même pendant la semaine du 15 août ! Et de l'autre côté de la frontière, même si du fait des nombreuses falaises, il y a moins de plages, se trouvent de véritables joyaux ! Parfois à moins d'une demi-heure de route, avec des ambiances urbaines comme à Saint-Sébastien ou à Bilbao (oui il y a une plage à moins d'un quart d'heure du Guggenheim) , d'autres fois complètement sauvages, avec des cadres à couper le souffle. Ce guide s'adresse à tous, et principalement aux familles. Facile d'utilisation, des pictos expliquent si les sportifs peuvent surfer ou nager, si les enfants peuvent pêcher la crevette ! si l(on trouve des bars, des restaurants ou des toilettes ! s'il y a des rochers, des courants, ou si la baignade est tranquille. Des photographies donnent l'ambian générale de la plage. Côté culture, est indiquée l'activité que l'on pourra pratiquer après la baignade : église remarquable, musée, point de vue exceptionnel...

    Sur commande
  • A partir d'une expérience personnelle désagréable, ou si l'on veut dévastatrice, l'auteur se ressource dans le spectacle des vagues, dans la nage et la pratique du surf. Cette contemplation de l'infini en action, cette confrontation à une violence extrême mais sans affect, lui permettent de se recentrer sur l'essentiel : l'appétit pour la beauté et le goût du combat. Le texte est un poème épique écrit avec des mots simples sur des structures grammaticales souvent classiques. Rien d'ésotérique ni de compliqué. Le poème se veut efficace : il circule autour de chefs d'oeuvre de la peinture, classique ou contemporaine, s'inscrit en filigrane ou en complémentarité de photographies de surf ou d'océan. Texte et images sont inextricablement liés, comme la vision et le son dans la vie quotidienne. L'ensemble est un petit beau livre, un livre-poème comme le dit l'auteur. Un bel objet atypique dit l'éditeur, et à un prix super attractif.

    Sur commande
  • Construit autour des propos de shaers renommés, il s'attache partie par partie à décrire la subtile alchimie qui différencie une planche de surf d'une planche à repasser ! Le livre s'adresse aux surfers qui n'ont pas atteint le niveau compétition.

    À paraître
  • L'objet du livre ? - Prendre la mesure de la pensée raciste dans la littérature française. L'incroyable de l'affaire ? - L'étendue des dégâts !
    Racisme à plusieurs étages, si l'on veut.
    Celui qui agit par mimétisme, par répétition des âneries qui traînent dans l'air du temps ; c'est le cas de Stendhal, d'Hugo par exemple.
    Racisme mû par la haine, par la méchanceté, et qui préfigure les drames du xxe siècle : c'est le cas de Daudet, de Loti, des frères Goncourt.
    L La haine du Juif comme de l'Anglais doit être notre premier article de foi politique.
    Pierre-Joseph Proudhon l Un gros nègre du Congo dont le visage, dans toute l'exagération de la laideur de la race, offrait l'expression de la plus complète stupidité...
    Alexandre Dumas l Quoiqu'il fût juif d'origine, il se faisait mahométan dans les provinces mahométanes, [...] chrétien au besoin en face d'un catholique [...] - On ne t'écorchera pas ! Ta peau n'en vaut pas la peine !
    Jules Verne l Sauvé, sauvé ! Paris était au pouvoir des nègres !
    Alphonse Daudet l Il se passe une chose curieuse : aussitôt que vous achats se ralentissent, l'amabilité baveuse du youtre se renfrogne.
    L Si la famille Rothschild n'est pas habillée en jaune, nous serons très prochainement, nous chrétiens, domestiqués, ilotisés, réduits en servitude.
    Jules de Goncourt l Il exprimait ainsi ses conclusions : - Toi tout à fait même chose comme singe !...
    Et Fatou très vexée : - Ah ! Jean ! Toi n'y a pas dire ça, mon blanc ! D'abord, singe, lui, n'y a pas connaît manière pour parler, - et moi connais très bien !
    Alors Fritz Muller partit d'un grand éclat de rire. l Les visages, qui se détournent à demi pour nous examiner, sont presque tous d'une laideur spéciale, d'une laideur à donner le frisson. [...] Pour un peu on pleurerait avec eux, - si ce n'étaient des Juifs, et si on ne se sentait le coeur étrangement glacé par toutes leurs abjectes figures.
    Pierre Loti l On n'aime point les femmes de ce continent primitif.
    Guy de Maupassant l Devant Dieu, toutes les âmes sont blanches.
    Victor Hugo

  • Sur commande
  • Sur commande
  • De 1830 à 1871, la France se cherche un destin et hésite : à deux dynasties royales antagonistes succède un triste empire fossoyeur de la République.
    Nantis contre va-nu-pieds, la France comme scindée en forces antagonistes. D'où l'agitation quasi perpétuelle du faubourg.
    L'écrivain ne peut très longtemps faire abstraction des tensions qui l'entourent. Le peuple gronde, l'armée hésite, le bourgeois penche pour la stabilité, parfois pour la République, la " canaille " des " partageux " plaide pour la Sociale.
    Que faire ? Le coup de feu comme Dumas en 1830, compter les points comme Flaubert en 1848, de la résistance comme Hugo en 1851, la révolution comme Vallès en 1871 ou à l'inverse prier pour la répression comme Goncourt lors de la Commune ?
    La barricade tient le quartier.
    Le pouvoir vacille devant l'amoncellement hétéroclite autour duquel l'héroïsme tutoie la lâcheté. L'assaut est donné.
    Que faire ? Au moins écrire cet univers de lumière et de furie, de gravats et de poussière, qui imposa la République, parfois dans la joie, trop souvent dans le sang.
    Une anthologie de massacres et d'espoir : le méchant collier de la rue.

  • Mythes et histoire de Roland et de Roncevaux Nouv.

    On raconte qu'en 778 Charlemagne a connu une sévère défaite en passant les Pyrénées. À la bataille de Roncevaux où le fameux Roland a décédé.

  • WILCO WESTERDUIN est un photographe néerlandais. Installé au Pays basque, il travaille depuis plusieurs années sur ce projet qui l'a conduit à décourir la chaîne des Pyrénées de l'est à l'ouest, du nord au sud. Sa vision unique du paysage, de l'architecture, de l'exploration de lieux oubliés a été remarquée dès ses premières expositions à Bayonne, Biarritz ou Saint-Sébastien. Son travail, ainsi que Planet Basque, son premier livre, ont été primés à plusieurs reprises. Il est suivi par des milliers de personnes sur les réseaux sociaux. La préface est rédigée par Patrice Teisseire-Dufour, grand reporter à Pyrénées magazine. Des haikus signés d'Alexandre Hurel, fondateur des éditions Pimientos et Arteaz, prolongent dans la retenue ces photos spectaculaires.

    Sur commande
  • Entre - 40 000 et - 15 000, les civilisations européennes préhistoriques nous ont transmis plus d'une centaine de petites statuettes et de gravures anthropomorphes. Curieusement, les hommes sont pratiquement absents. De fait, les femmes ont été presque exclusivement représentées. Souvent fortes en début de période, leurs silhouettes s'affinent et se simplifient au fil du temps.
    Mais que signifient-elles ?
    S'agit-il d'une ode à la fécondité ?
    Les femmes étaient-elles déjà prisonnières de leur représentation ?
    Ou avons-nous affaire aux vestiges d'un matriarcat des origines ?

    Sur commande
  • À Saint-Jean-de-Luz, tout le monde connait Peio.
    Comme Pottoka pour l'Aviron bayonnais, Peio incarne Saint-Jean-de-Luz, dont il est devenu la mascotte.
    Saint-Jean de Luz, Socoa et Ciboure. Avec des pêcheurs, des corsaires, des tempêtes, des danses...
    Et ca fait des bim, des boum, des weez, des kaxu, des kaixo !

    Sur commande
  • En moins d'un siècle, la peinture a subi des modifications fondamentales. Lorsque Gustave Colin s'installe au Pays basque, il fait déjà figure de « moderne » aux côtés de son maître, Camille Corot, qui vient poser son chevalet à Ciboure en 1871. Corot, précuseur de l'impressionnisme, maître internationnalement reconnu, laisse deux toiles superbes à notre souvenir.
    Avec le développement du tourisme, ce sont des vagues de voyageurs qui se succèdent, chacune avec son style propre. Naturalisme avec Whistler, symbolisme avec Redon, impressionnisme avec Regoyos ou Sorolla, fauvisme avec Marquet et Matisse, divisionnisme avec Signac, protéiforme avec Picasso, surréalisme avec Man Ray, Bauhaus avec Albers et Klee, sous influence cubiste avec Bores, expressionniste avec Motherwell...
    Tous ces peintres exposés dans les plus grands musées du monde ont, avec leur sensibilité, leur maestria, leur exigence, leurs affirmations, vécu et représenté le Pays basque qui expose dans ce livre ses métamorphoses.

    Sur commande
empty