Florence Bourillon

  • La place accordée à la ville dans l'histoire des universités est généralement limitée. Pourtant, l'université est depuis sa naissance, au XIIe siècle, une institution exclusivement urbaine et contribue à la fabrique de la ville en suscitant des espaces spécifiques. Saisir la nature spatiale et sociale de ces interactions sur la longue durée, du XIIIe au XXIe siècle et à l'échelle de l'Europe, est l'objectif de cet ouvrage.

    Avec le soutien de CRHEC-UPEC, ACP-UPEM, LARHRA.

    Sur commande
  • La léproserie Saint-Lazare devint en 1632 le berceau de la congrégation de la Mission que Saint Vincent de Paul avait fondée quelques années auparavant. Cet espace subit d'importantes transformations au cours des XIXe et XXe siècles. C'est l'histoire de la maison Saint-Lazare et de son clos que ce livre tente d'éclaircir, non pas tant la prison pour femmes, que l'économie de la maison mère d'une des principales congrégations de la France de l'Ancien Régime et son adaptation successive à différents usages.

    Avec le soutien de l'université Paris-Est Créteil Val-de-Marne (UPEC).

    Coédition Comité d'histoire de la Ville de Paris.

    Sur commande
  • Ce livre publie le rapport officiel de la commission Merruau (1862) ainsi que le contenu de deux grands tableaux conservés à la bibliothèque de l'Hôtel de Ville, inédits jusqu'ici, qui présentent les motifs des regroupements de voies ou des changements de nom. Le but de la commission est en effet de conforter, par l'adoption d'un système commun de numérotation des maisons et par le choix des odonymes, un registre identique à l'échelle de l'agglomération, et concourir ainsi à l'uniformisation de la mémoire collective. Toutes les propositions n'ont pas été suivies mais le Paris d'aujourd'hui est bien l'héritier des choix de la commission.

    Sur commande
  • Troisième et dernière étape de la vaste enquête sur les cadastres du Moyen Age à l'époque contemporaine, ce volume est consacré au développement des systèmes cadastraux en Europe aux XIXe et XXe siècles. Consacrant le droit de propriété et l'égalité des citoyens devant l'impôt, les Constituants ont décidé la réalisation d'un cadastre fiscal en mettant à profit les expériences des précédentes décennies. La loi du 15 septembre 1807 donne au cadastre parcellaire une efficacité supplémentaire en lui permettant de certifier la propriété et d'être un outil d'intérêt général. Les Etats européens l'ont inégalement adopté. Les Pays-Bas et les Etats allemands en font un Grand Livre foncier ; l'Italie et la France pendant longtemps un simple instrument fiscal. D'autres pays s'opposent à sa création, soit parce que les élites veulent rester maîtresses de la répartition de l'impôt comme en Espagne, soit parce que l'ingérence du pouvoir central dans la propriété privée est vécue comme une atteinte à une liberté fondamentale comme en Angleterre. Aujourd'hui, la récente arrivée du cadastre numérisé fait l'unanimité. Elle permet la représentation de la propriété, et plus largement, la gestion des responsabilités qu'elle induit. De plus, les collections anciennes lui confèrent une valeur patrimoniale inestimable.

    Sur commande
  • Les études menées dans plusieurs pays européens des XVIIIe et XIXe siècles (Belgique, Espagne et France, Vénétie et Lombardie, Bosnie-Herzégovine et Turquie) aboutissent à des conclusions contraires aux idées reçues. Définir la mesure cadastrale participe d'une opération de réforme de la fiscalité, où l'État essaie d'encourager les possibilités de développement. De plus, les efforts d'exactitude se retrouvent dans toutes les expériences cadastrales, par la recherche d'informations les plus fiables possibles. Enfin, le décalage entre les valeurs cadastrales et le marché foncier est moins élevé qu'on ne le disait.

    Sur commande
  • Ce livre trace les contours de la réinvention de l'espace universitaire francilien. Il s'agit bien ici de revenir sur un passé récent qui n'a pas été suffisamment étudié mais dont les effets de mémoire sont indéniables sur le temps présent. Ce qui s'est joué au sein de l'université de Paris depuis les années 1950 conditionne aujourd'hui fortement les rapprochements difficiles entre les universités parisiennes que le ministère de l'Enseignement supérieur appelle de ses voeux depuis le milieu des années 2000.

    Avec le soutien de la chancellerie des universités de Paris, de l'ACP de l'UPEM, du CRHEC de l'UPEC et de l'HiCSA et de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

    Sur commande
empty