Paul Desalmand

  • Le pilon

    Paul Desalmand

    • Quidam
    • 4 Novembre 2011

    Un livre se penche sur son passé, de la sortie des presses à son départ plein d'espoir vers l'Afrique.
    Vingt ans d'une vie mouvementée. Il aime, est aimé, risque sa vie, rencontre des lecteurs et des lectrices, discute avec d'autres livres dans les librairies et les bibliothèques, s'interroge sur la marche chaotique du monde. Tout cela donne un roman picaresque et une méditation drôle sur notre finitude, doublés d'une variation à la Queneau sur le mot "pilon". L'humour, comme toujours, quand il n'est pas un confort, affleure au tragique.

    Indisponible
  • Un exposé à la fois historique et théorique de ce qu'est l'athéisme. La partie historique part de l'Antiquité pour en venir aux grandes figures du XXe siècle et à l'actualité. Est évoquée au passage l'extraordinaire figure de l'abbé Meslier, « un athée de choc », disciple de Descartes.
    Une partie « Problèmes et controverses » aborde les thèmes qui reviennent le plus souvent : origine des religions, le problème du mal, l'athée et la vertu, réponse des athées à quelques arguments...
    Une troisième partie « Dévoiement et perspectives » montre comment l'athéisme a pu se transformer pour ressembler à une religion et envisage l'avenir pour ce mode de pensée. Il s'agit ici d'un essai qui présente l'athéisme dans son ensemble et non d'un engagement en faveur d'une thèse.

    Sur commande
  • Les fils d'Ariane

    Paul Desalmand

    • Arcadia
    • 13 Mai 2009

    Repas d'anniversaire des soixante-dix ans.
    Deux jumeaux se penchent sur leur passé. Cela nous vaut une succession de scènes tragiquement drôles au cours desquelles les deux frères se découvrent. Dans les deux sens du terme. Mais cette évocation d'un village savoyard autour des années cinquante évite le piège du roman régionaliste. Le récit prend vite une dimension mythique. D'une motte de terre, Paul Desalmand dégage l'universel. Le récit se termine par un chapitre bouleversant au cours duquel le narrateur fait le bilan de sa vie.
    Comme dans un roman policier, mise en place dès le début par quelques indices, se dégage progressivement la thèse provocatrice du complexe de Jocaste. Il importe bien sûr de ne pas la dévoiler au lecteur. Octave de Marnitto.

  • Sartre souhaitait être à la fois Stendhal et Spinoza. D'où lui vient cette fascination pour l'auteur du Rougeoe Paul Desalmand essaie de répondre à la question en comparant les métaphysiques et les morales. Pour en conclure que la réponse est ailleurs. Ce qu'il ajoute sur la revanche de Stendhal est une farcissure qu'il ne faudrait pas prendre pour la farce.

  • Et si, en devenant vieux, on devenait plus heureux. Drôle d'idée ? Loin s'en faut ! La jeunesse de l'esprit appartient à ceux qui prennent de l'âge. Actifs, passionnés, après 60 ans, la vie, la vraie, celle de la fantaisie et de la raison, commence enfin. À vous le plaisir du temps. Car avant on en manque. Après 60 ans, on le savoure. Fini le stress. À vous le bonheur.

    Alors voici comment cultiver son jardin et la sagesse, cueillir les fruits du passé, sans nostalgie, apprendre ou réapprendre à profiter du temps présent et de l'amour.

    Proverbes, citations, histoires drôles, répliques célèbres, vies d'écrivains. une promenade de fraîcheur, d'humour, d'optimisme, de sagesse inspirée. En somme, drôle et profond.


  • si la production de textes sur l'histoire des religions à destination du jeune public s'est singulièrement étoffée ces dernières années, manquait dans ce paysage éditorial un ouvrage sur l'athéisme.
    paul desalmand, avec ses grandes qualités de vulgarisateur, comble la brèche en nous offrant un tableau remarquable sur le sujet, tant par sa clarté et son exhaustivité, que par son respect pour les diverses sensibilités de ses lecteurs. sans concessions mais avec délicatesse, il nous propose de comprendre les sources de ce mouvement de pensée, d'en peser les qualités et les dérives, parfois, pour nous permettre tant de comprendre mieux, que d'expliquer mieux cet engagement qui a forgé la pensée de nombre de grands intellectuels de notre histoire, en france et ailleurs.


  • Vous êtes jaloux ? Vous avez mal quelque part ? Vous traversez une passe difficile ? Vous allez vous marier ? Vous êtes misanthrope ?
    Mieux qu'une séance de psy, plus amusant que la messe le dimanche, souvent plus sage que les conseils d'un ami... Quel que soit le problème, il existe une citation pour vous soulager et vous aider à retrouver le sourire !
    Si le problème est désespéré, multiple ou non formulable, ouvrez le livre au hasard et réfléchissez à la première petite phrase qui vous tombe sous les yeux... Ou faites parler les cartes (voir p. 10)...
    Plus de 900 citations et autres petites phrases, signées par les plus grands philosophes, penseurs, romanciers du monde entier et de toutes les époques... pour vous aider à vivre, tout simplement !

  • Passer au crible, servir de bouc émissaire, pleurer comme une Madeleine... le langage courant abonde d'expressions dont on ignore qu'elles tirent leur origine de la Bible. Cet ouvrage présente une mine de formules imagées et de figures rhétoriques majeures, qui ont alimenté les auteurs classiques et continuent d'être aujourd'hui encore employées dans les livres et les journaux. Retrouvez ici plus de deux cents d'entre elles.

  • De Montaigne à Beaumarchais, de Shakespeare à Sartre, à Dante ou à Valéry, la plupart des « grands » auteurs nous ont laissé des phrases formulées de façon si frappante et si réussie qu'elles sont encore souvent citées aujourd'hui. À l'égal des proverbes et des dictons, ces citations sont entrées dans notre patrimoine culturel commun : « Un esprit sain dans un corps sain » (Juvénal), « Famille, je vous hais » (Gide), « De la musique avant toute chose » (Verlaine). Les formules sont connues, mais il n'est pas rare qu'elles fassent l'objet de mauvaises interprétations voire de contresens. Pour leur restituer leur vraie signification, les auteurs les replacent dans le contexte de l'oeuvre, de la pensée de l'auteur et de l'époque à laquelle elles ont été écrites. Le style est clair et accessible.
    Nombre de ces citations ont une portée philosophique : « Je pense donc je suis » (Descartes) ou « Je est un autre » (Rimbaud), qui rend les développements encore plus passionnants.
    Chaque citation suivie de son explication occupe une double page.

  • Passer au crible, vivre un calvaire, faire Pâques avant les Rameaux... le langage courant abonde d'expressions dont on ignore qu'elles tirent leur origine du Nouveau Testament. Retrouvez ici plus de quatre-vingts d'entre elles, dont le sens a parfois évolué au fil des siècles.
     

  • Tout le monde sait que nos poubelles doivent leur nom à un préfet de la Seine nommé Poubelle qui en a imposé l'usage. C'est le type même de l'éponyme, un nom commun dérivé d'un nom propre.
    Il en existe de très nombreux : venant d'un nom de famille (mécène, guillotine, catogan, colt, frangipane, montgolfière) ou d'un prénom (oscar, péronnelle) ; d'une marque (frigidaire, klaxon, durite, yo-yo) ; du nom d'une ville (chantilly, corbillard, limoger) ou d'une région (champagne, cravate, emmental) ; mais aussi d'un personnage mythologique (méduse, argus, iris), religieux (chérubin, judas, macabé) ou même littéraire (gavroche, gringalet, le col Claudine, renard).
    Cette promenade au pays des éponymes réserve de belles surprises. Pour chaque entrée sont données des explications, parfois rapides, mais toujours rigoureuses, et souvent joyeuses, qui font apprécier la richesse, la saveur et la vitalité d'une langue en perpétuelle évolution.
    Comme toujours dans cette collection, les pages sont illustrées de manière amusante à l'aide de gravures anciennes.

empty