Littérature générale

  • Illustrations de Max Ernst Première traduction française des écrits de mathématique et de philosophie, pleins d'humour, de l'auteur d'Alice au pays des merveilles, tirés de The Game of Logic, 1887, et de Symbolic Logic, 1896. Si l'on sait en général, que Lewis Carroll fut professeur de mathématiques, on sait plus rarement qu'il fut logicien, et ce avec passion.

    Sommaire :
    La logique et les mots dans l'oeuvre de Lewis Carroll La logique symbolique À l'adresse des débutants Les choses et leurs attributs Les propositions Le diagramme bi-littéral Le diagramme tri-littéral Les syllogismes La méthode des indices Les sorites Problèmes et solutions À l'adresse des spécialistes Quelques sophismes Ce que dirent Achille et la tortue Les trois coiffeurs Lewis Carroll logicien

    Sur commande
  • Charlotte et Emily Brontë sont bien connues pour être les auteurs de Jane Eyre et Les Hauts de Hurlevent. Mais on ignore trop souvent que ces deux soeurs, qui comptent parmi les romancières britanniques les plus emblématiques, écrivirent également en français. En 1842, elles passèrent six mois à Bruxelles dans un pensionnat de jeunes filles pour y étudier la langue française, et Charlotte y retourna seule l'année suivante. Les textes qu'elles soumettaient alors à leur professeur, Constantin Héger, ne ressemblent guère à des devoirs d'écolières. Les deux soeurs étaient déjà des femmes de vingt-six et vingt-quatre ans, qui s'étaient formées à la littérature depuis leur plus tendre enfance par la rédaction de poèmes, de nouvelles et de pièces littéraires. Écrire en français avec style et élégance constituait pour elles un défi, et le niveau de langue dont elles témoignèrent attestent que la langue de Molière leur fut un moyen d'expression véritable, leur permettant d'aborder de nouveaux sujets.

  • Dialogue philosophique de la tradition néo-platonicienne, Le Figino se démarque fortement des textes sur l'art de la Contre-Réforme par son enthousiasme pour les images et par son écriture protéiforme. Mêlant passages poétiques et réflexions théoriques, ce texte monstre constitue une tentative dynamique de conciliation de trois grands pôles : théologie, poésie et peinture. Les références antiques et théologiques y sont associées à un éloge des poètes et des peintres contemporains. Arcimboldo est central à cette réflexion, pour sa transgression des règles du portrait, précisément à une époque de forte réglementation de l'art. Son monde conceptuel est restitué dans un des rares textes contemporains au peintre. Pièce essentielle de la réflexion italienne sur l'art et l'art pictural en particulier au XVIe siècle, le Figino est proposé pour la première fois en traduction française intégrale.

    Sur commande
empty