Sciences & Techniques

  • En avons-nous conscience ? Nos paysages, en France comme ailleurs dans l'Europe et dans le monde, sont imprégnés d'énergie. Les hautes éoliennes qui fleurissent dans les champs depuis vingt ans n'en sont que les manifestations les plus visibles. Les barrages hydroélectriques, les centrales nucléaires, les terminaux pétroliers et gaziers, le charbon, ont entièrement façonné le cadre et le mode de vie de régions entières, recréant des reliefs, des sols et des milieux, faisant surgir des usines et des villes, traçant des voies ferrées et des routes. Quant aux moulins à eau et à vent qui ont précédé les révolutions industrielles, ils ont intensément redessiné les bords de rivières, les silhouettes des collines et même les remparts des villes pendant des siècles. À ces paysages de la production s'ajoutent ceux du transport et, plus prégnants encore, ceux de la consommation : ils ont été profondément remodelés par la quantité d'énergie fossile et fissile consommée depuis soixante-dix ans : lignes et postes électriques, routes et autoroutes, boulevards et rocades, hypermarchés et zones artisanales, champs agro-industriels et sites touristiques de masse... sont l'expression tangible de notre rapport à cette énergie profuse et pas chère, qui nous permet de nous déplacer et de consommer sans compter - ou presque.

    L'histoire des relations entre énergies et paysages reste cependant méconnue. Cet ouvrage propose d'en esquisser une dans la longue durée : d'abord en bousculant certaines idées reçues et en révélant quelques écueils, car pour paraître évidente, une telle histoire est tout sauf un long fleuve tranquille qui nous ferait passer des forces naturelles aux énergies fossiles et à la fée électrique ; ensuite en faisant halte dans une dizaine de territoires répartis à travers la France, de façon à montrer comment cette relation entre énergie et paysage s'est nouée et a évolué au fil du temps. Ces mises en perspective révèlent à quel point la transition énergétique du XXIe siècle ouvre un nouveau chapitre de cette histoire passionnante avec un redoutable défi : réinventer un paysage énergétique désirable du quotidien pour mieux réduire nos consommations et produire sainement. Cet ouvrage vient opportunément offrir un éclairage aux débats souvent passionnés relatifs au paysage.

    Sur commande
  • Qu'il s'agisse d'adaptation sensible au milieu, de neurobiologie végétale, de comportement intelligent ou de pensée sylvestre, la botanique connaît aujourd'hui un rebondissement inattendu. Les plantes - et par extension la nature - sont-elles douées d'intelligence ? Et si oui, le phénomène intelligent, au sens large du terme, existe-t-il en dehors de la représentation anthropocentrée que l'homme s'en fait ? Cet ouvrage tente de répondre pour la première fois à ces questionnements (qui dépassent de loin la quête scientifique) de manière résolument transdisciplinaire. Existe-t-il une ou plusieurs formes d'intelligence ou de cognition ? Eston face à un problème de sémantique et de zoocentrisme ou assiste-t-on au contraire à un changement de paradigme regardant autant la pyramide évolutive que la plasticité du vivant ? Pour la première fois depuis longtemps dans l'histoire des sciences occidentales, des biologistes, des écologues ou des généticiens s'ouvrent à une réflexion commune avec les sciences humaines et la société. Et ce dépassement conduit à des bouleversements sur nos représentations des écosystèmes comme des racines de l'humanité. Tout l'enjeu de cet ouvrage est de prendre en compte cette prise de conscience collective et l'altérité unique des plantes sous un prisme kaléidoscopique : celui conjoint des mythes fondateurs, des universaux partagés et des formes d'intelligences singulières du vivant. Un véritable challenge à l'heure de l'Anthropocène et de la renaissance d'un vrai dialogue entre les arts, les sciences et les humanités.

    Sur commande
  • Ondes et particules.
    Introduction aux idées fondamentales de la mécanique quantique. les outils mathématiques de la mécanique quantique. les postulats de la mécanique quantique. application des postulats à des cas simples : spin 1/2 et systèmes à deux niveaux. l'oscillateur harmonique à une dimension. propriétés générales à des moments cinétiques en mécanique quantique. particule dans un potentiel central. atome d'hydrogène.

  • Notions de base au niveau de la maîtrise de physique.
    Les compléments, de types et de niveaux variés, indépendants les uns des autres, facilitent l'assimilation du cours, précisent les points délicats, indiquent les applications concrètes, proposent des exercices et ouvrent des perspectives. un guide, à la fin de chaque chapitre, donne la liste des compléments correspondants, assortie de commentaires succincts sur leur sujet, leur importance et leur niveau.


    Mécanique quantique i ondes et particules, introduction aux idées fondamentales de la mécanique quantique. les outils mathématiques de la mécanique quantique. les postulats de la mécanique quantique. application des postulats à des cas simples : spin 1/2 et systèmes à deux niveaux. l'oscillateur harmonique à une dimension. propriétés générales à des moments cinétiques en mécanique quantique. particule dans un potentiel central.
    Atome d'hydrogène.

    Mécanique quantique ii notions élémentaires sur la théorie de la diffusion par un potentiel. le spin de l'élection. composition des moments cinétiques. théorie des perturbations : structure fine et hyperfine de l'atome d'hydrogène. perturbation dépendant du temps. systèmes de particules identiques. appendices : séries de fourier et transformation de fourier. la fonction de dirac. lagrangien et hamiltonien en mécanique classique.

  • La science est une puissante manifestation de la curiosité humaine. Elle est une démarche qui vise à comprendre et à expliquer le monde, incluant les humains. La plupart des gens aiment la science et désirent en entendre parler ou lire sur le sujet. Si, chez certains, la science suscite curiosité et enthousiasme, chez d'autres elle provoque la crainte, l'incrédulité ou le simple déni. La science bouleverse, parfois profondément et viscéralement. Les savoirs scientifiques à la fois réconfortent et dérangent parce qu'ils abordent des questions existentielles : qui sommes-nous ? Où sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ?
    Comme nous l'enseigne éloquemment l'histoire des sciences, la science bouge. La démarche du scientifique, qui ne s'arrête jamais, est de toujours tendre vers une meilleure appréhension du monde. Qu'est-ce qui donne à la science sa qualité intellectuelle première ? La réponse est simple : la science marche, elle fonctionne.

    Sur commande
  • La comparaison, trop commode, du langage avec un code amène à penser que la fonction fondamentale de la communication linguistique est la transmission d'informations.
    On est alors conduit à croire que tout ce qui est dit l'est au même titre, avec le même statut d'assertion.
    En fait, les diverses indications qu'apporte un acte d'énonciation se situent souvent à des niveaux tout à fait différents. il y a ce dont on entend explicitement informer l'auditeur, mais il y a aussi ce qu'on présente comme un acquis indiscutable dont on fait le cadre du dialogue. et il y a enfin ce qu'on laisse à l'auditeur le soin de deviner, sans prendre la responsabilité de l'avoir dit.

    Une sémantique qui s'en tiendrait au niveau de l'explicite serait totalement artificielle : elle rendrait incompréhensible le discours, l'activité effective accomplie au moyen de la parole. mais surtout, elle défigurerait la langue elle-même ; c'est en effet un trait inhérent à la langue, et l'un de ses traits les plus constants et les plus fondamentaux, que de permettre aux interlocuteurs d'instituer entre eux un réseau de rapports implicites.

    Sur commande
  • La sociologie historique des sciences et des techniques est, davantage qu'une discipline, une pratique et une mise en oeuvre d'un ensemble varié de méthodes historiques et sociologiques croisées. Cet ouvrage propose donc une approche méthodologique et empirique de ce segment de recherche aux riches potentialités.

    Deux problématiques structurent le livre. Il s'agit tout d'abord d'enquêter sur la production et la circulation des concepts dans des contextes variés (marxisme, épistémè foucaldienne). Ensuite, parce que la sociologie historique des sciences et des techniques offre une potentialité d'expressions théoriques larges, l'ouvrage avance la proposition d'une conceptualisation du rapport entre savoir et pouvoir autour d'un régime régulatoire des sciences et des techniques. Le cadrage par le droit, la professionnalisation de certaines activités savantes, les effets de la bureaucratisation et la mobilisation de valeurs spécifiques délimitent un ensemble de pratiques scientifiques et techniques déployé par et pour l'État.

    La mise à l'épreuve historique de ce schéma théorique permet de signaler, depuis le XVIe siècle, les grandes inflexions d'une science destinée à soutenir et organiser l'action rationnelle du pouvoir.

    Sur commande
  • Avec sa personnalité hors norme, son franc-parler et son allure quelque peu extravagante pour l'époque, Einstein façonna tout au long de sa vie l'image qui est devenue peu à peu celle du génie iconoclaste, excentrique, pacifiste, athée et engagé. En le présentant comme un simple vérificateur de brevets découvrant, seul, les deux plus grandes théories du XXe siècle et comme un pacifiste fermement opposé à la guerre, les innombrables biographies qui lui ont été consacrées ont ainsi fait naître le " mythe d'Albert Einstein ".
    Pour l'entretenir, certains n'ont pas hésité à gommer tous les aspects méconnus et peu reluisants du personnage, en renvoyant à un public toujours plus avide d'extraordinaire et de sensationnel l'image policée du savant idéalisé tirant la langue aux photographes. Cet ouvrage souhaite en finir avec le mythe en analysant, à partir d'archives et de documents désormais accessibles, un certain nombre d'idées reçues le concernant.
    Au fil des chapitres, le lecteur découvrira toute l'ambiguïté du personnage à la fois moderne et conservateur, libéral et autoritaire, radical et opportuniste, Don Juan humaniste, pacifiste en temps de paix mais pas en temps de guerre, n'hésitant pas à renoncer à ses propres convictions au profit de ses intérêts personnels. Ce portrait sans concession présente Einstein tel qu'il fut réellement et non tel qu'on aurait voulu qu'il soit.

    Sur commande
  • Mobiles, interactifs, capables de communiquer, les robots peuvent-ils pour autant « penser » ou prendre des décisions à la place des humains ? Faut-il les considérer comme des agents moraux ayant une « autonomie » ou leur donner un statut juridique particulier ? Qui est alors responsable de leurs actions le concepteur informaticien, le fabricant industriel, l'usager consommateur ? Pour quelles finalités tous ces robots sont-ils conçus ?
    Depuis peu, le public a découvert comment des robots pouvaient remplacer l'être humain dans un nombre croissant d'activités économiques, sociales et politiques. Les robots-drones sont utilisés dans les conflits armés ou encore dans des contextes non armés pour la surveillance ou l'assassinat ciblé. Des robots aux formes androïdes ont fait leur apparition dans le domaine de la santé et du bien-être. Dans les hôpitaux, des robots opèrent sous la direction du chirurgien, d'autres robots aux formes animales deviennent des « compagnons » pour les personnes âgées. Dans des écoles, des robots sont utilisés par des enseignants pour l'apprentissage des langues ou des matières scientifiques. Dans des maisons, des robots de service aspirent la poussière des tapis tandis que des jouets-robots s'occupent des enfants. Dans le domaine de l'agriculture, des robots traient les vaches et nettoient l'étable. Dans les usines, les robots accélèrent la productivité et l'efficacité de la production industrielle.

    Tous ces robots qui remplacent les êtres humains dans des tâches devenues « robotisables » font-ils de notre société « une société robotisée » ? Tant par la réflexion théorique qu'à l'aide d'exemples précis, cet ouvrage multidisciplinaire examine comment les robots modifient la qualité de nos relations humaines, en quoi ils transforment certaines valeurs fondamentales comme la liberté et l'égalité, ou encore de quelle façon ils entraînent des changements sociaux et culturels, par exemple dans nos relations aux animaux ou à l'environnement.

    Sur commande
  • Les étapes du projet anthropopsychiatrique de Jacques Schotte, psychiatre, psychanalyste, fondateur de l'Ecole belge de psychanalyse, sont retracées. Elles permettent de souligner les arcanes de sa pensée et de son enseignement. Prix de l'Evolution psychiatrique 2009.

    Sur commande
  • Les auteurs de cet ouvrage en trois volumes ont conçu un enseignement de la chimie débouchant sans transition sur la biochimie.


    L'étudiant peut ainsi passer sans changer de système de références et de modes de raisonnement de l'une à l'autre de ces disciplines qui obéissent aux mêmes lois. la perception de la finalité biologique et médicale favorise l'acquisition des notions de chimie fondamentale et la maîtrise de l'outil chimique.

    Pour le sujet étudié dans chaque chapitre, l'ouvrage présente:
    - quelques aspects biologiques suscitant une approche chimique - les notions de chimie fondamentale constituant un outil approprié à l'étude de la chimie moléculaire et surtout de la biochimie;
    - des développements biochimiques illustrant le rôle de l'outil chimique pour l'interprétation de phénomènes biologiques.

    Sur commande
  • Cet ouvrage fondamental contient une mine d'exercices sans égale dans les ouvrages similaires français ou autres.
    Il constitue un bagage minimum de tout étudiant et de tout enseignant en mathématiques et à ce titre reste irremplaçable. dégagé du langage superficiel et sophistiqué qui sévit ailleurs, il survit et survivra aux modes.

    Sur commande
  • Empruntant à Gaston Bachelard la notion et le terme de mutation intellectuelle, Alexandre Koyré décrit et analyse la transformation grâce à laquelle des notions, péniblement "inventées" par les plus grands génies, deviennent non seulement accessibles, mais encore faciles, évidentes pour les écoliers.
    Ce livre considérable, chef-d'oeuvre du plus illustre représentant de l'histoire des sciences en France au début de ce siècle, aussi unanimement apprécié à l'étranger, est à nouveau disponible. Publiées dès 1939 dans la collection Actualités scientifiques et industrielles, les trois études : A l'aube de la science classique, La loi de la chute des corps et Galilée et la loi d'inertie sont reprises ici en un seul volume de la collection Histoire de la pensée, fondée par Alexandre Koyré lui-même et issue en partie des travaux de l'Ecole pratique des Hautes Etudes.

    Sur commande
  • Optique experimentale

    Sextant

    • Hermann
    • 21 Octobre 1997

    Six jeunes enseignants se sont réunis pour proposer une approche visuelle de l'optique, branche de la physique qui se prête particulièrement bien à des expériences spectaculaires.
    L'ouvrage permet d'alterner lecture et expérimentation et apporte ainsi les bases d'un savoir-faire expérimental. Les expériences proposées sont groupées en chapitres recouvrant l'ensemble des notions classiques : optique géométrique, optique physique, polarisation, spectroscopie. Deux chapitres sont consacrés aux photodétecteurs et aux lasers. Des expériences simples et fondamentales, suivies d'expériences plus élaborées ou d'applications, permettent de maîtriser les montages de base.
    Les premières expériences n'exigent aucun savoir-faire préalable. Pour chacune, le montage est décrit de manière détaillée, les erreurs classiques étant signalées ; l'ensemble des résultats expérimentaux est accompagné des valeurs numériques. L'interprétation des observations permet de faire le lien avec les résultats généraux, objets de rappels synthétiques. Des compléments d'information accompagnent les expériences : précisions techniques sur les appareils, informations sur les extensions possibles en laboratoire mais irréalisables dans le cadre de travaux pratiques, bibliographie, etc.
    Le choix des expériences résulte essentiellement d'impératifs matériels : pour l'essentiel, les montages font appel aux appareils disponibles dans un service d'enseignement de classe préparatoire ou de premier cycle universitaire. Des variantes sont parfois proposées pour éviter l'emploi de matériel sophistiqué et onéreux.

    Sur commande
  • Les formes numériques du discours sont devenues dominantes dans nos sociétés : pour lire la presse, commander un billet de train ou souhaiter un anniversaire, nous passons volontiers par Internet et ses multiples possibilités d'échange communicationnel. Partant, le discours s'est technologisé et nos modes d'écriture et de lecture portent les traces de cette conversion numérique du langage.
    Cet ouvrage offre une synthèse de ces transformations saisies par le prisme de l'analyse du discours numérique, nouvelle approche qui décrit les formes et les pratiques discursives, de l'hypertexte au hashtag en passant par le commentaire, l'écrilecture, le profil, le trolling, la trace numérique, et toutes les façons d'écrire et d'interagir en ligne. Construit comme un dictionnaire proposant des synthèses claires et référencées, il propose des concepts et des outils méthodologiques nécessaires à l'analyse de la communication numérique.

    Sur commande
  • Célèbre essai de vulgarisation sur l'astronomie publié en 1686 et 1687, les Entretiens sur la pluralité des mondes révolutionnèrent en leur temps les mentalités, achevant de bouleverser la compréhension et le sens de l'Univers des Français d'alors. Ce texte de Fontenelle constitue, notamment à la suite de Galilée, Descartes et Pascal, une étape importante dans l'effacement d'une cosmologie reposant sur un imaginaire idéologique anachronique et dans l'établissement de certitudes nouvelles qui reposent sur un appareil scientifique éprouvé. Jacques Prévot, chercheur en littérature et grand spécialiste du libertinage au XVII e siècle, propose ici une édition érudite de ce livre devenu une incontournable référence.
    Cet ouvrage est composé des 6 leçons de vulgarisation des connaissances de René Descartes et Nicolas Copernic données à une marquise et réparties sur 6 soirées, précédées d'une préface et d'un envoi À Monsieur L***.
    Introduction, bibliographie, biographie détaillée de Fontenelle et notes par Jacques Prévot.

    Sur commande
  • Les liens qui unissent la science française et la science russe datent du 22 décembre 1717, quand le tsar Pierre le Grand est élu membre, « hors de tout rang », par acclamation. Ainsi, au cours des trois cents ans qui nous séparent de l'élection de Pierre le Grand, les échanges scientifiques entre la France et la Russie se sont développés grâce à des membres de l'Académie des sciences de France qui ont choisi, à un moment de leur vie, d'aller servir la Russie, ou grâce à des scientifiques russes qui ont été élus membres étrangers de cette Académie. Il y eut aussi des scientifiques qui, dans le tourbillon des événements du XXe siècle ont choisi de quitter la Russie pour la France, devenant, de par la qualité de leurs recherches, membres de l'Académie des sciences.
    Depuis cette date, ce sont près de cinquante membres de l'Académie des sciences qui, Français, Russes ou étrangers, devenus membres, associés étrangers ou correspondants, ont contribué aux progrès et au rayonnement de la science qu'ils ont tous sincèrement et fidèlement servie.
    C'est le destin de ces hommes éminents et hors du commun que retrace ce livre au travers des documents conservés aux Archives de l'Académie des sciences de France et consultables par le public.

    Sur commande
  • Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'exploration des fonctions cérébrales est prônée à la fois dans le cadre de la philosophie empiriste, plus spécialement lockéenne, et dans celui du programme cartésien. C'est ainsi que le cerveau acquiert son statut d'objet légitime pour une science nouvelle, qui serait une physique de l'esprit.

    Alors que la mise en oeuvre effective de cette exploration était redoutable, les questions touchant la matière cérébrale étaient déjà débattues : la matérialité et la localisation des facultés, le rôle de l'âme, l'identité humaine, le parallélisme, la perception, la mémoire, la plasticité et la pathologie mentale. Le cerveau occupait désormais une place centrale dans la connaissance de l'homme et contribuait à la construction d'une anthropologie philosophique.

    Cet ouvrage donne un aperçu de la fécondité et de l'actualité de ces réflexions issues de grands médecins et philosophes de cette époque, tels Hooke, Locke, Diderot, Willis, Reid, Bonnet, Malacarne, Kant, E. Darwin, Cabanis et Gall.

    Sur commande
  • Quel rôle la biologie joue-t-elle dans l'affaire sexuelle  ?
    Le concept d'«  instinct  » s'impose d'abord comme la notion clé pour aborder les comportements animaux  : instinct sexuel, qui mène les individus à la pariade, mais aussi instinct parental qui assure la survie de la progéniture. Dans ces instincts, plusieurs penseurs ont voulu voir les racines de l'instinct social  : dans la cellule familiale, c'est tout l'État qui serait en germe.
    Au-delà de la question générale des «  instincts  », la biologie s'efforce de naturaliser les comportements sexuels de différentes manières : ils seraient indexés au fonctionnement des hormones qui traversent le corps et irriguent le cerveau. L'intelligence elle-même se verrait influencée par le sexe des individus. Mais du cerveau au crâne et du crâne à l'intelligence, quelles corrélations  ?
    Enfin, la biologie du sexe nous suggère qu'une irrépressible téléologie attire les individus d'un sexe vers ceux de l'autre sexe afin d'assurer la reproduction et la survie de l'espèce. Pourtant, il existe un ensemble d'exceptions à cette loi d'airain de la reproduction  : lapin amoureux d'une poule, étalon sadomasochiste, jument nymphomane, couples de hannetons gays, etc. Il semble que la nature regorge de copulations hédonistes, dépourvues de finalité reproductive. Que penser alors des comportements sexuels, vus depuis le prisme de la biologie  ?

    Sur commande
  • Ce livre présente des travaux menés sur la question de l'interaction dans le langage par cinq chercheurs pluridisciplinaires, réunis par une réflexion autour des progrès récents de l'informatique théorique dans leur relation avec les sciences humaines et sociales. Les auteurs abordent les bases de la théorie mathématique de l'interaction dans le contexte d'une grammaire des dialogues et montrent que les principaux concepts (polarité, localisation, convergence) renouvellent notre conception des objets linguistiques. Dépassant le périmètre réservé du dialogue, le modèle permet de voir dans toute construction argumentative une forme dialogique à l'oeuvre, définissable comme un processus calculatoire. Et, par-delà l'étude du langage, les processus pragmatiques y sont aussi analysés comme des processus sociaux par lesquels s'élaborent, se corrigent et s'influencent normes et discours, contribuant à dessiner des espaces de cognition sociale.

    Sur commande
  • Le traitement de ce que le XVIIIe siècle comprenait sous le terme de cancer a mobilisé des catégories très diverses d'acteurs de la santé. On considère les relations qu'entretiennent avec le monde de la médecine «  académique  » ou «  professionnelle  » des promoteurs de remèdes suspects de «  charlatanisme  ». L'étude des concurrences opposant différentes catégories de soignants médecins, chirurgiens, empiriques, auteurs de «  remèdes à secret  », guérisseurs donne lieu à un essai de classification des organes affectés de «  tumeurs  »  : sein, utérus, sexe masculin, foie, etc. Une galerie des thérapeutes les plus répandus ou les plus contestés fait apparaître la mécanique d'un marché où entrent en jeu stratégies de crédibilité, organisation de réseaux, «  batailles des gazettes  », exploitation des tendances culturelles du moment (retour à la nature, mesmérisme), etc. L'écart entre l'arsenal médical des empiriques et de nouveaux traitements de la maladie se creuse à l'approche de la Révolution à travers une mutation empruntant ses découvertes à la chimie, à l'électricité, à l'expérimentation animale ou collective, à l'anatomo-pathologie ou aux plantes du Nouveau Monde.

    Sur commande
  • A la Renaissance, le roman traverse une crise qui le conduit à prendre des formes paradoxales. De cette crise naîtront les formes romanesques de l'âge classique, en lesquelles sont renouvelées les modalités de la mise en récit et de la place du narrateur, ainsi que la manière pour le roman de construire un univers fictionnel. Au même moment ont lieu de grandes transformations scientifiques fondatrices de la modernité : inventions de la physique galiléenne, de l'algèbre symbolique, de la perspectiva artificialis, de la matière-étendue cartésienne.
    Ne relèvent-elles pas aussi d'une nouvelle mise en récit ? Le cosmos infini de la nouvelle physique a-t-il à voir avec la nouvelle manière pour le roman de faire monde ? N'y a-t-il pas, dans le nouveau récit de l'équation, une voix narrative qui répond à celle qui émerge au même moment dans le roman ? A travers ces questions, ce livre invite à une nouvelle manière de faire de l'histoire des sciences : non pas une histoire des concepts ou des méthodes, ni une histoire des pratiques et des styles, mais une histoire des modes d'intervention dans la science de celui qui en raconte le récit, modes d'intervention dont dépendent les méthodes et les concepts.

    Sur commande
empty