• Quelles sont les origines de nos familles ?
    Comment se sont-elles construites à travers les siècles et les pays ?
    Le succès mondial des tests ADN apporte une formidable dynamique autour de l'histoire de nos familles et de la généalogie. Chacun a désormais un accès direct à la découverte de ses origines, les généalogistes peuvent identifier des ancêtres inconnus, vérifier des parentés en remontant jusqu'aux Gaulois ou aux Vikings, et parfois même résoudre des énigmes telles celles de Louis XVII ou du fils caché d'Hitler.
    Cet ouvrage est le premier à relier la généalogie aux découvertes génétiques. En s'appuyant sur de nombreuses histoires vraies, aussi étonnantes que bouleversantes (retrouvailles surprenantes, enfants substitués, secrets de famille...), il apporte aussi un décryptage précis de l'usage de chaque test ADN - comment l'interpréter, l'influence des grandes migrations, la lecture des chromosomes X et Y, la triangulation, l'épigénétique...
    Surnommé par de nombreux medias le « pape de la généalogie », Jean-Louis Beaucarnot est l'auteur de plusieurs best-sellers sur les noms de famille et l'histoire de nos ancêtres. Véritable expert, il a également animé de nombreuses émissions autour de la généalogie.

  • Pour quelles raisons notre prénom dit-il autant de choses sur nous-mêmes ? Comment sont-ils choisis et utilisés ? Comment l'empire de la mode a-t-il remplacé l'emprise de la parenté ? Pourquoi les Kenza d'aujourd'hui seront-elles, demain, nos futures Mauricette ? En deux siècles, le prénom est devenu support personnel d'identité, et il est un révélateur considérable des époques et des classes sociales. Cette édition numérique reprend, à l'identique, la nouvelle édition de 2014. Pour quelles raisons notre prénom dit-il autant de choses sur nous-mêmes et sur les personnes qui nous l'ont donné ? Comment les prénoms sont-ils choisis et utilisés ? Comment l'empire de la mode a-t-il remplacé l'emprise de la parenté ? Pourquoi les Kenza de maintenant seront-elles, demain, les Mauricette d'aujourd'hui ? En deux siècles, le prénom est devenu support personnel d'identité : le prénom de l'état civil est de plus en plus perçu comme exprimant le moi profond. Et, en même temps, la ronde des prénoms obéit à la mode. Certains prénoms sont propres à une époque ou à une classe sociale : Apolline et Hippolyte n'ont pas les mêmes parents que Cynthia et Sofiane. À l'échelle d'une société, les prénoms permettent alors d'étudier l'affaiblissement des identités religieuses, la dilution de caractéristiques liées à la migration ou certaines formes de ségrégation. À l'échelle de petits groupes, leurs usages quotidiens permettent de saisir la répartition du pouvoir dans la famille ou dans le monde du travail. Cette édition numérique reprend, à l'identique, la nouvelle édition de 2014.

  • Comment est né notre nom ? Que signifiait-il à l'origine ?
    Plus qu'un guide, un passionnant voyage à travers la vie de nos ancêtres.
    Notre nom fait partie de notre patrimoine le plus intime. Nous y sommes profondément attachés, et pourtant qu'en savons-nous ? Que connaissons-nous de l'origine de ce mot qui nous vient du fond des âges ? Pourquoi l'a-t-on donné à l'un de nos ancêtres et comment a-t-il pu se transmettre jusqu'à nous, au fil d'un long parcours souvent semé d'embûches ? Que signifiait-il à l'origine, dans le contexte de la région de France où il a vu le jour ?
    Spécialiste de généalogie et de l'étymologie des patronymes, bien connu pour ses émissions radiophoniques et télévisées sur ces sujets, Jean-Louis Beaucarnot analyse ici six mille noms de famille. Il les dissèque minutieusement et leur fait livrer mille secrets qui nous font revivre la vie de nos ancêtres. Métiers disparus, habitudes, patois, mentalités d'autrefois, mots oubliés... Avec la passion qu'on lui connaît, Jean-Louis Beaucarnot raconte la curieuse histoire de nos vieux noms de France.

  • . . 1982 . . . ( ) .

  • Le secret de daisy

    Marylen Brice

    « Les morts ne meurent jamais, tant que les vivants pensent à eux » dit un proverbe malgache. Lorsque Claire a quitté ce monde dans des circonstances horribles, tout laissait à penser qu'elle serait toujours là, d'une façon ou d'une autre, pour voler au secours de ses descendants. En effet, des décennies plus tard, de façon mystérieuse, le petit-fils de sa soeur va rencontrer la femme de sa vie, une jeune Malgache, à Paris. Menant une enquête généalogique au départ, lors d'un voyage à La Réunion, ils vont découvrir que cette fille était du même sang qu'eux. La mère de Bruno (Réunionnaise) et la mère de Tsiaro (Malgache), sans le savoir, étaient demi-soeurs. L'aïeul commun avait fait de belles semailles. Une péripétie après l'autre, ils vont arriver, grâce à des interventions inexplicables, à retrouver et réunir presque toute sa descendance éparpillée aux quatre coins du monde, de l'Afrique à l'Amérique en passant par l'Europe et l'Australie. Du coup, le silence qui couvrait la mort mystérieuse de Claire va se lever et libérer sa descendance d'un lourd secret que détenait, seule, sa soeur. Un parcours à rebondissements incroyables. Pour tout savoir, lisez « Le secret de Daisy »

  • Comment se construit le lien au sol et à l'espace dans des sociétés où cette question n'est pas clôturée d'avance par l'existence d'une administration étatique ? Formulé à partir d'une ethnographie des Kasena du Burkina Faso, ce questionnement en recoupe très vite un autre sur une façon remarquable de penser la généalogie. Comme plusieurs de ses voisins, cette communauté d'agriculteurs sédentaires fabrique du territoire en retirant de l'usage commun des morceaux d'espace de brousse, laissés ainsi intacts au coeur du village. Dans ces sanctuaires boisés qu'ils appellent des « peaux de la terre », les villageois se rendent régulièrement, en groupes distincts, pour y accomplir les actes d'un culte sacrificiel. Explorant les différentes facettes de ce culte, l'auteur met en lumière la place essentielle que ces lieux « exceptés » du territoire des hommes occupent dans les « montages de représentations » (l'expression est de Pierre Legendre) chargés de dire l'origine et l'identité des lignées. À rebours d'une idéologie de la consanguinité, au prisme de laquelle le lien territorial est envisagé comme ce qui excède le lien de parenté, les Kasena et, avec eux, nombre d'autres sociétés segmentaires du bassin des trois Volta, nous invitent à penser autrement le rapport entre liens du sang et liens du sol.

  • De nombreux livres ont été écrits sur le peintre Jean-François Millet, sur sa vie, sur ses oeuvres et sur sa descendance mais je n'ai rien trouvé, jusqu'à présent, sur son arbre généalogique ascendant et sur ses ancêtres. Jean-François Millet faisant partie de la famille puisqu'il est l'arrière-arrière-grand-père de mon épouse, j'ai eu envie de connaître ce passé et, pour cela, j'ai parcouru, durant cinq années, de nombreuses archives et plusieurs livres qui m'ont permis de faire des découvertes passionnantes et très intéressantes sur les ancêtres, parfois prestigieux, de Jean-François Millet. Quand on connaît la vie très difficile qu'il a connue, mais aussi celle de sa famille, de ses parents et grands-parents qui n'ont connu que la vie paysanne et qui ont vécu dans la pauvreté, on a du mal à imaginer que Jean-François Millet ait eu des ancêtres lointains aussi prestigieux. La plupart de ceux-ci appartenaient à la noblesse, voire à la « haute noblesse » puisque la plus grande partie de ses ascendants directs ont occupé de hautes fonctions dans les différentes cours françaises et étrangères allant jusqu'au titre suprême de roi aussi bien dans le royaume des Francs que dans les royaumes étrangers. Cette noblesse diminue fortement et perd de l'importance vers le XIIIe siècle pour n'occuper que des fonctions locales en Normandie et principalement dans ce qui est aujourd'hui le département de la Manche puis disparaît totalement à partir du XVIIIe siècle.

  • Que nous apprend de nouveau cette lecture de la fameuse liste que le lieutenant-colonel John Winslow a transcrite dans son Journal à l'automne de 1755 ? Paul Delaney démontre clairement dans cet essai que la déportation dans la grande région de Grand-Pré a été le résultat de la planification et de la mise en oeuvre d'un scénario méticuleusement préparé, et qu'à l'avènement de la paix entre la France et l'Angleterre en 1763, le peuple acadien en exil s'est dispersé de lui-même aux quatre coins du Monde. Plusieurs Acadiens et Acadiennes d'aujourd'hui - en Acadie, au Québec, en Louisiane, en Nouvelle-Angleterre, en France et ailleurs - découvriront à la lecture de La liste de Winslow expliquée une part d'histoire de certains de leurs ancêtres.

  • Les recherches concernant la présence française en Amérique du Nord permettent d'affirmer que 70 000 Français et Européens sont passés par la Nouvelle-France entre la fondation de Québec en 1608 et la Conquête en 1760. La plupart des immigrants sont venus de l'Ouest de la France, mais aussi pour une bonne part en provenance de l'Île-de-France, de la Normandie, du Poitou, de l'Aunis, de la Bretagne et de la Saintonge. Au début du XVIIe siècle, les ports d'embarquement sont Dieppe, Honfleur, Le Havre et plus tard, La Rochelle. Les autres ports d'embarquement sont Nantes, Saint-Nazaire, Bordeaux, Bayonne pour les civils et Brest, Lorient et Rochefort pour les militaires.
    Intéressant à plusieurs égards, il permettra à tout un chacun, que vous soyez Français, Européens ou Nord-Américains, amateurs ou professionnels de généalogie du monde entier, d'établir des filiations avec des ancêtres qui ont tenté l'aventure en Amérique et de faire découvrir les racines de leurs patronymes français à plusieurs millions d'Américains. Ayant oeuvré dans plusieurs sociétés d'histoire et de généalogie, c'est avec plaisir que je vous présente ce livre numérique qui, je l'espère, déclenchera la fibre généalogique qui sommeille en chacun de nous.
    NOTE IMPORTANTE: Avec ce septième tome, la série Ancêtres et familles en Nouvelle-France atteindra plus de gens et de familles car la série a été revue et augmentée, passant maintenant à 30 familles par tome. Une nouvelle section intitulée Un peu d'histoire est aussi ajoutée.
    En vedette dans ce tome: les Langlois; les Charette; les Beaulieu; les Bessette; les Martin; les Chicoine et les Dozois; les Rhéaume; les Viau dit L'Espérance; les Corbeil; les Girouard; les Bergeron; les Demers; les Laplante; les Trépanier; les Nadeau; les Pagé; les Daigle dit L'Allemand; les Forbes; les Allen; les Duchesne dit Lapierre; les Corriveau; les Caseault; les Bussière; les Beaudet; les Laroche; les Charest; les Cousineau; les Denis; les Mailloux et les Dionne.

  • Les recherches concernant la présence française en Amérique du Nord permettent d'affirmer que 70 000 Français et Européens sont passés par la Nouvelle-France entre la fondation de Québec en 1608 et la Conquête en 1760. La plupart des immigrants sont venus de l'Ouest de la France, mais aussi pour une bonne part en provenance de l'Île-de-France, de la Normandie, du Poitou, de l'Aunis, de la Bretagne et de la Saintonge. Au début du XVIIe siècle, les ports d'embarquement sont Dieppe, Honfleur, Le Havre et plus tard, La Rochelle. Les autres ports d'embarquement sont Nantes, Saint-Nazaire, Bordeaux, Bayonne pour les civils et Brest, Lorient et Rochefort pour les militaires. Intéressant à plusieurs égards, il permettra à tout un chacun, que vous soyez Français, Européens ou Nord-Américains, amateurs ou professionnels de généalogie du monde entier, d'établir des filiations avec des ancêtres qui ont tenté l'aventure en Amérique et de faire découvrir les racines de leurs patronymes français à plusieurs millions d'Américains. Ayant oeuvré dans plusieurs sociétés d'histoire et de généalogie, c'est avec plaisir que je vous présente ce livre numérique qui, je l'espère, déclenchera la fibre généalogique qui sommeille en chacun de nous. NOTE IMPORTANTE: Avec ce quatrième tome, les lecteurs pourront constater quelques changements importants. Ainsi j'ai voulu que la série Ancêtres et familles en Nouvelle-France atteigne plus de gens et de familles possibles et par conséquent, la série a été revue et augmentée, notamment par un ajout significatif du nombre de patronymes de familles concernées, passant de 10 à 25 familles par tome. En vedette dans ce tome, les familles Allaire et Dallaire ; les Gagné et Bellavance ; les Marsolet ; les Guyon, Dion et Yon ; les Bélanger ; les Sauvageau ; les Audet dit Lapointe ; les Séguin ; les Gouin ; les Hamel ; les Paquin ; les Lajeunesse dit Clément ; les Casgrain ; les Brazeau ; les Aucoin ; les Chalifour ; les Marcotte ; les Brien, Desrochers et Durocher ; les Lepage ; les Guay, Castonguay et Gastonguay ; les Cloutier ; les Drouin ; les Labbé ; les Pinel et les Ouellet (te).

  • Revue et augmentée, la collection offrira plus d'informations aux chercheurs. En vedette dans ce numéro, les ancêtres de familles : Tardif, Phaneuf, Lavoie, Boucher, Morin, Tessier, Simard, Plamondon, Pelletier, Allard, Cyr, Grenier, Trudel, Massicotte, Duguay, Baudry, de Koenig-Payeur, Gauthier, Blanchet, Robert, Bernier, L'Heureux, Turcot (te), Martel, Groulx, Chartier, Prud'Homme, Papineau, Tougas et Racine.

  • Les recherches concernant la présence française en Amérique du Nord permettent d'affirmer que 70 000 Français et Européens sont passés par la Nouvelle-France entre la fondation de Québec en 1608 et la Conquête en 1760. La plupart des immigrants sont venus de l'Ouest de la France, mais aussi pour une bonne part en provenance de l'Île-de-France, de la Normandie, du Poitou, de l'Aunis, de la Bretagne et de la Saintonge. Au début du XVIIe siècle, les ports d'embarquement sont Dieppe, Honfleur, Le Havre et plus tard, La Rochelle. Les autres ports d'embarquement sont Nantes, Saint-Nazaire, Bordeaux, Bayonne pour les civils et Brest, Lorient et Rochefort pour les militaires.
    Intéressant à plusieurs égards, il permettra à tout un chacun, que vous soyez Français, Européens ou Nord-Américains, amateurs ou professionnels de généalogie du monde entier, d'établir des filiations avec des ancêtres qui ont tenté l'aventure en Amérique et de faire découvrir les racines de leurs patronymes français à plusieurs millions d'Américains. Ayant oeuvré dans plusieurs sociétés d'histoire et de généalogie, c'est avec plaisir que je vous présente ce livre numérique qui, je l'espère, déclenchera la fibre généalogique qui sommeille en chacun de nous.
    NOTE IMPORTANTE: Avec ce cinquième tome, la série Ancêtres et familles en Nouvelle-France atteindra plus de gens et de familles car la série a été revue et augmentée, passant à 25 familles par tome.
    En vedette dans ce tome: les Durand ; les Forget ; les Trudeau ; les Desnoyers dit Lajeunesse ; les Bérubé ; les Campagna ; les Paquet (te) ; les Campeau ; les Longtin ; les Chouinard ; les Trottier ; les Joubert ; les Masson ; les Gravel ; les Valois ; les Beaudoin ; les Harvey ; les Lamoureux ; les Gosselin ; les Verreau ; les Brunet ; les Levasseur ; les Côté ; les Pépin et les Amyot.

  • La généalogie, c'est avant tout l'histoire familiale, la connaissance des ancêtres, ceux de la première génération comme ceux de la dixième. Elle est le résultat d'un ensemble de recherches d'ordre biographique, démographique et sociologique réalisées à partir des archives manuscrites et des sources imprimées, et permet de découvrir à travers l'histoire ceux qui nous ont précédés dans l'espace-temps.
    Le lecteur trouvera dans ce guide une approche pragmatique permettant de réaliser la généalogie de sa famille. Il découvrira de nombreuses ressources, des trucs de recherche et plusieurs sites Internet reliés à la généalogie au Québec et ailleurs dans le monde.

  • Dans ce guide, les auteurs nous apprennent à dresser notre arbre généalogique. Elles passent en revue les différentes sources d'information, état civil, dictionnaires généalogiques, recensements et annales, et montrent comment on peut, de façon claire et systématique, remonter jusqu'à son premier ancêtre au Canada pour ensuite reconstituer sa descendance. Ces deux recherches seront précieuses quand viendra le temps d'aborder la rédaction de l'histoire de votre famille.

  • Décomposées, recomposées, les familles d'aujourd'hui bouleversent nos représentations traditionnelles. Comment penser cette nouvelle donne ? En confrontant les modèles générés par notre raison consciente (données juridiques, culturelles, sociales...) à ceux produits par l'imaginaire collectif, relatant des situations connues à partir de son travail d'analyste, l'auteur propose de multiples approches permettant de comprendre les transformations d'un "roman familial".

  • Qui n'a jamais été intrigué par la signification de son nom de famille ? Certains, comme Pèlerin, Larochelle et Bordeleau, semblent limpides et faciles à interpréter, mais peut-être cachent-ils quelques secrets ? Vous vous nommez Saint-Jean, Lafleur ou Sansoucy, mais votre arrière-grand-père était un Coitou, un Biroleau ou un Lévesque. Comment peut-on expliquer cela ?
    Depuis plus de dix ans, l'auteur sonde les mystères des patronymes québécois.
    Son livre nous dévoile les secrets fascinants de plus de dix mille noms suivis à la trace, depuis les confins du Moyen Âge jusqu'à la guerre de Sept Ans.

  • « L'appel du large et des horizons lointains avait sans doute retenti dans le coeur du jeune Pierre Folio. À travers les tonalités joyeuses de tous ces bâtiments qui remontaient ou descendaient le cours tranquille et ombragé de la Loire, en cette région fréquemment obscurcie par le brouillard, ou encore dans les modulations tristes des cornes de brume. [...] Les cris joyeux des matelots, hélant les riverains depuis le pont de leurs embarcations, n'étaient-ils pas, à eux seuls, une invitation à l'évasion ? En tout cas, de quoi faire travailler l'esprit d'un garçon imaginatif, sortant de l'adolescence et rêvant d'aventures, tel qu'avait dû être alors le jeune héritier Folio. » Lorsque l'on pense travail généalogique, des images poussiéreuses ne manquent pas d'affleurer dans nos esprits. Quand l'exercice est mené par M.-C. Séry-de Boisvilliers, il se métamorphose en une entreprise curieuse et documentée, tendre et passionnée, qui donne une tout autre dimension à la recherche de la vie de ses ancêtres. Texte au long cours et agrémenté de notes romanesques, cet ouvrage nous prend par la main pour nous offrir un voyage dans l'espace et dans le temps, de la métropole à la Réunion, du lointain XVIIe au jeune XXIe siècle, et dresse les portraits d'hommes et de femmes en prises avec les défis posés par leur quotidien ou l'Histoire.

  • « Ces "petites gens" sont donc le portrait vivant d'une famille modeste sur plusieurs générations, jusqu'à l'entame du dernier quart du siècle dernier. Une histoire familiale, on le verra, directement impliquée, à bien des égards, par la grande Histoire, celle qui s'écrit en lettres majuscules. » Né après-guerre à Dombasle-sur-Meurthe en Lorraine, Bernard Geneste remonte le temps sur la trace des membres faisant partie de son arbre généalogique. Son récit autobiographique se base sur son propre vécu ainsi que sur un solide travail de recherche historique dans les archives. Les parcours de vies racontés s'insèrent dans le paysage politique et culturel de la France, de la Grande Guerre à l'époque des "Trentes glorieuses" en passant par la Seconde Guerre mondiale. Le savoureux usage du patois lorrain donne l'impression de se trouver au sein même du terroir local. Parti à la recherche de ses racines, l'auteur apprendra à mieux se connaître lui-même.

empty