Littérature générale

  • Se battre Nouv.

    Se battre

    Collectif

    Ce numéro de rentrée sera placé sous le signe de la combativité, avec un dossier consacré au thème "se battre". Que signifie "se battre" quand on est une femme, socialisée comme un individu vulnérable ?
    Au programme également, une rencontre entre la chanteuse Pomme et l'actrice Nadège Beausson-Diagne ; un portrait de Virginia Woolf par l'écrivaine Geneviève Brisac, et un entretien avec la dessinatrice Pénélope Bagieu. Le débat sera consacré à une question brûlante :
    Pourquoi l'intersectionnalité fait-elle si peur ? Le reportage nous emmènera à Malaga, pour tirer un bilan des tribunaux dédiés aux violences de genre créés il y a 10 ans. La BD, signée Thomas Azuelos, racontera l'une des premières grèves de femmes du XXe siècle : celle des transbordeuses d'oranges dans le sud de la France.

    Sur commande
  • Petit musée des traditions et de l'humour populaires français depuis 136 ans. L'Almanach Vermot est de retour, avec ses illustrateurs au regard aiguisé sur l'actualité de notre société.

    En 2022, retrouvez 70 rubriques inédites les plus diverses pour se divertir et se cultiver : jeux de lettres et de chiffres, blagues et charades, gaffes de l'histoire, mots oubliés, curiosités scientifiques, chansons, émissions radio mythiques, vélo, foot, institutions françaises méconnues, randonnées, lettres d'écrivain, et bien d'autres...

    Il y en a pour tous les jours de l'année et pour tous les goûts. Qui n'a pas encore son Vermot ?

  • « Matin de printemps - / mon ombre aussi / déborde de vie ! ».

    Bashô, Buson, Issa, Chiyo-ni, Ryôkan, Shiki, Sôseki... Autant de grandes plumes japonaises réunies dans ce recueil de haikus. Un recueil où éclosent, dans la brièveté d'usage de cette forme, quelques superbes épiphanies propres aux deux belles saisons : le printemps et l'été.

    Plus de 200 poèmes-tableaux, où se croisent, aux lisières de l'invisible, cerisiers en fleur, nuits d'été et autres pluies printanières.

    Sur commande
  • Né il y a trois siècles au Japon, le haiku est la forme poétique la plus courte du monde. Art de l'ellipse et de la suggestion, poème de l'instant révélé, il cherche à éveiller en nous une conscience de la vie comme miracle. De Bashô jusqu'aux poètes contemporains, en passant par Buson, Issa, Shiki et bien d'autres, Haiku est la première anthologie à présenter un panorama complet de ce genre littéraire, en lequel on a pu voir le plus parfait accomplissement de l'esthétique japonaise.
    « Pourquoi aimons-nous le haiku ? » interrogent les préfaciers de ce livre. « Sans doute pour l'acquiescement qu'il suscite en nous, entre émerveillement et mystère. Le temps d'un souffle (un haiku, selon la règle, ne doit pas être plus long qu'une respiration), le poème coïncide tout à coup avec notre exacte intimité, provoquant le plus subtil des séismes. Sans doute, aussi, parce qu'il nous déroute, parce qu'il nous sort de notre pli, déchirant une taie sur notre regard, rappelant que la création a lieu à chaque instant. Peut-être, enfin, parce qu'il sait pincer le coeur avec légèreté. Rien de pesant, rien de solennel, rien de convenu. Juste un tressaillement complice. Une savante simplicité. »

  • Il y a cent ans, le premier tome de À la recherche du temps perdu était publié et allait révolutionner le paysage littéraire mondial.
    Rares sont les lecteurs qui osent encore s'abandonner à la prose si particulière de La Recherche et aux messages que délivre son auteur, Marcel Proust...
    L'été avec Proust est l'occasion d'explorer les sept tomes de ce roman, à travers ses grandes lignes fondatrices et bien sûr ses plus belles pages, en compagnie d'un spécialiste, d'un écrivain ou philosophe.
    Antoine Compagnon aborde ainsi la conception très singulière du temps proustien, alors que Jean-Yves Tadié présente quelques personnages-clés du roman.
    Jérôme Prieur et Nicolas Grimaldi traitent respectivement des mondanités et des tourments amoureux.
    Julia Kristeva évoque les pouvoirs de l'imagination, Michel Erman dévoile les lieux les plus emblématiques de La Recherche, alors que Raphaël Enthoven nous montre que Proust n'est pas seulement romancier, mais aussi philosophe.
    Enfin, le livre s'achève avec Adrien Goetz sur le sujet de la création artistique et littéraire, ambition suprême du narrateur et de Proust lui-même.

    Un été avec Proust est, à l'origine, une série d'émissions diffusées pendant l'été 2012 sur France Inter.

  • Combien des 521 romans de la rentre´e litte´raire connai^tront une seconde vie a` l'e´cran ? C'est une question qui pre´occupe de plus en plus fre´quemment auteurs et e´diteurs, alle´che´s par les sommes mirifiques propose´es par les nababs de l'image. Le cine´ma avait l'habitude, de´ja`, de piocher dans le catalogue des classiques et des nouveaute´s. Ce sont de´sormais les nouvelles plateformes nume´riques, Netflix et Disney + en te^te, qui se montrent avides d'intrigues bien ficele´es, de´ja` teste´es et approuve´es par le public. Alors que la rentre´e met justement la litte´rature sous le feu des projecteurs, l'occasion e´tait belle de revenir sur les enjeux de l'adaptation, cet art de´licat dont Marguerite Duras, elle-me^me femme d'images, jugeait qu'il « corrompt le phe´nome`ne de la lecture » a` force de plaquer des visages, des de´cors et des interpre´tations sur nos imaginaires. Qu'est-ce qu'une bonne adaptation ? Comment offrir un regard original sur l'oeuvre sans pour autant la trahir ?
    Et cette boulimie nouvelle de l'audiovisuel doit-elle e^tre vue comme une aubaine ou une menace pour la cre´ation litte´raire ? Re´ponses dans ce nume´ro, avec Marc Dugain et Stanley Kubrick notamment, avant de de´couvrir dans notre poster les choix des libraires parmi les pe´pites de la rentre´e.

    En seconde feuille, nous poursuivons notre « Bibliothe`que ide´ale » avec l'un des romans les plus adapte´s de tous les temps : Le Comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas. Un sommet de la litte´rature française, acheve´ il y a 175 ans, et dont les re´flexions sur le pouvoir, la justice, et l'irruption d'un homme providentiel n'ont rien perdu de leur acuite´. Umberto Eco voyait en Monte-Cristo le premier des super-he´ros. Dans une e´poque marque´e par le re`gne a` l'image de ces personnages fantastiques, il e´tait grand temps, pour une fois, de revenir de l'e´cran au roman.

    Sur commande
  • 18 mars-28 mai 1871 : le peuple de Paris prend les armes pour s'opposer à la défaite de la guerre franco-allemande de 1870 et à une Assemblée nationale à majorité monarchiste. Commence alors une expérience d'autogestion, une utopie fraternelle et sociale. Ouvriers, artisans, hommes et femmes : une population jusqu'alors invisible se fait entendre. Malgré sa brièveté, la Commune occupe dans les mémoires la place lumineuse d'un événement fondateur.
    Comme l'affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et versaillais, insurgés et légitimistes. Vivre un tel événement pousse à écrire : témoigner, tirer un bilan, donner à entendre le bruit des balles qui claquent depuis les collines de Paris, offrir le goût du temps des cerises. Une littérature s'invente au printemps 1871, qui ne se cantonne ni aux genres canoniques ni aux auteurs consacrés.
    A côté des romans, poèmes et pièces de théâtre, on trouve des chansons populaires, hymnes politiques, articles de presse, affiches placardées sur les murs, témoignages de combattants. Hugo, Flaubert, Rimbaud, Verlaine, Vallès voisinent avec Malvina Blanchecotte ou Alix Payen. L'extraordinaire foisonnement de textes lus et entendus dans les rues de Paris se retrouve dans les pages de cette anthologie.

  • Le goût du Liban Nouv.

    Le Liban incarne depuis longtemps ce rêve d'Orient qui a poussé les écrivains romantiques à entreprendre le voyage. Lamartine, Nerval, Maurice Barrès et d'autres ont célébré avec lyrisme ses beautés souvent empreintes de spiritualité. Les grandes voix de la littérature libanaises ont elles aussi arpenté ce Liban éternel, mêlant avec brio réel et imaginaire, mémoire et poésie. Si les tourmentes de l'histoire n'ont guère épargné ce pays, elles n'ont pas entamé sa force d'attraction, ni la fascination qu'il exerce sur les écrivains. Ses guerres ont été lues de façon autant réelle que symbolique, ses paysages, ses hommes et ses déchirures ont continué d'inspirer des textes puissants et de magnifiques poèmes. Le Liban contemporain est plus que jamais terre de contrastes. De Dominique Eddé à Hanan el Cheikh, de Samir Kassir à Rabih Alameddine, de Salah Stétié à Vénus Khoury-Ghata, le goût du Liban se cultive entre bruit de pelleteuses et effluves douces-amères de fleurs d'oranger.

    Sur commande
  • Cette anthologie rassemble un pan ignoré de la littérature française : les écrits que des femmes d'exception et quelques écrivains célèbres ont consacrés à un combat de longue durée, celui de l'égalité entre hommes et femmes. Accès à l'instruction, droits civils et politiques, droit au divorce, accès à tous les métiers, égalité des salaires : telles sont quelques-unes des revendications qui reviennent au fil des textes de ce recueil.
    De Christine de Pizan, première « femme de lettres » française, à l'icône féministe qu'est devenue Beauvoir, ces écrits se répondent et nous aident à penser les débats d'aujourd'hui. Montrant qu'il n'existe pas une histoire linéaire du féminisme, ils nous font découvrir des personnages engagés et parfois méconnus, nous donnent à entendre des voix plurielles, réunies par l'art de penser hors des chemins tracés.

  •    Anthologie de la poésie française De Villon à Verlaine Composer une nouvelle anthologie de la poésie française serait bien téméraire, si cette initiative n'avait ici pour justification pratique et pour fin d'offrir au plus grand nombre un modeste et durable viatique : pour les plus jeunes, à l'âge des premières découvertes littéraires, un bref et stimulant aperçu du somptueux domaine qui les attend ; pour les autres, un discret rappel des syllabes immortelles qui les ont enchantés.
    De ses origines médiévales (Rutebeuf, Villon) jusqu'à la fin du xixe siècle (Rimbaud, Laforgue), dans le cadre d'un art poétique codifié avant que ne commence l'aventure moderne d'une écriture libérée de toute contrainte, la poésie française est ici représentée par « ces vers qui chantent dans la tête alors que la mémoire est absente » (Verlaine).
    Présentation et notes par Annie Collognat-Barès.

  • Le goût des fruits Nouv.

    Les textes fondateurs des grandes religions représentent souvent les premiers hommes au milieu d'un jardin fruitier. Longtemps le verger a été considéré comme le lieu de séjour des dieux:Éden, jardin des Hespérides, jardins suspendus de Babylone, jardins d'Alkinoos ont peuplé l'imaginaire des hommes en composant un idéal de vie proche de la nature. Mais la relation des hommes et des fruits est chaotique:de la tentation est né le tourment...Peu d'aliments offre une telle variété de couleurs, d'odeurs, de saveurs et de textures. L'évocation littéraire des fruits est à l'image de cette diversité. Esthétique, gourmand, militant et symbolique, c'est le fruit dans tous ses états que nous découvrons sur les traces d'Émile Zola, Francis Ponge, Colette, Jacques Prévert, Jean Giono, Jean-Luc Hennig, Jean-Baptiste Clément, Jean de La Fontaine, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, André Gide, Marie Rouanet, Marcel Pagnol, Ovide, Voltaire, et bien d'autres...

    Sur commande
  • Le goût des senteurs Nouv.

    Comment nous sentirions-nous dans un univers sans odeurs? Imaginons un instant passer devant un fleuriste, une boulangerie, une laverie, séjourner au bord de la mer, se blottir au coin du feu et ne rien sentir du tout, pas d'odeur de tiges mouillées, de pain grillé, d'assouplissant, d'algues ou de fumée. Les senteurs ravivent les couleurs, font vibrer la réalité dans une fréquence unique complémentaire de la vue. La littérature est une entrée merveilleuse pour les senteurs, qui se portent à notre nez à travers les mots, les évocations, les souvenirs des auteurs. Elles sont tour à tour menace, célébration, actrices majeures de la mémoire involontaire, matière à rêverie, érotique et exotique...Expériences olfactives et senteurs en abondance en compagnie d'Émile Zola, Marcel Proust, Anna de Noailles, Colette, Philippe Delerm, Italo Calvino, Jean Giono, Annie Ernaux, Paul Claudel, Élisabeth Quin, André Gide, Joseph Ponthus, François Cheng et bien d'autres...

    Sur commande
  • 13 à table !

    Collectif

    13 à table ! vous fait revivre votre premier amour pour le meilleur et parfois pour le pire...

    Tonino BENACQUISTA.
    Philippe BESSON.
    Françoise BOURDIN.
    Maxime CHATTAM.
    François d'EPENOUX.
    Jean-Paul DUBOIS.
    Éric GIACOMETTI.
    Alexandra LAPIERRE.
    Agnès MARTIN-LUGAND.
    Véronique OVALDÉ.
    Romain PUÉRTOLAS.
    Jacques RAVENNE.
    Olivia RUIZ.
    Leïla SLIMANI.
    Franck THILLIEZ.

    Un livre acheté = 4 repas distribués.

    Inédit.
    Illustration de Riad SATTOUF

  • Si l'essentiel de l'oeuvre de Marcel Proust est déjà publié et connu, la publication de ce Cahier permet du moins, si ce n'est d'accroître nos connaissances, de maintenir cette oeuvre en vie et de lui garantir une forme d'immortalité. On trouvera dans ce volume quelques inédits et quelques lettres et poèmes mais surtout un grand nombre de documents ou témoignages peu connus, peu accessibles ou même oubliés : les cahiers de brouillon de Proust, le premier texte écrit sur Céleste Albaret, une nouvelle inconnue de Stephen Hudson qui date de 1924,...
    Les contributions originales de chercheurs incontournables comme Nathalie Mauriac-Dyer, Pyra Wise, Isabelle Serça, Mireille Naturel, Luc Fraisse, Antoine Compagnon ou Jean-Marc Quaranta, apportent un nouvel éclairage sur l'étude de l'oeuvre et des auteurs prestigieux tels Pierre Bergounioux, Gérard Macé, Jacques Réda, témoignent de ce que Proust leur a apporté. À chaque fois, Proust est différent. Cinquante masques pour un seul visage.
    Le Cahier s'attache aussi à décrire certains aspects négligés de l'oeuvre, comme les figurants analysés par Michel Schneider, le marquis de Palancy présenté par Michel Crépu, les opinions politiques de Proust au fil des années, lui qui a eu dans sa famille trois ministres, dont l'un a eu des funérailles nationales, et dont les parents étaient liés au président de la République.

  • Le thème de la fleur n'a jamais cessé d'alimenter la littérature, dans les genres les plus divers, les contrées les plus éloignées et à des siècles de distance. Cette anthologie a voulu s'emparer d'une pareille profusion et l'a parcourue à sa façon, sous forme de bouquet de curiosités : fleur civilisée et fleur sauvage, mondaine et mauvaise graine, naturelle et artificielle, idéale et monstrueuse, lissée et convulsée, ornementale et macabre... toutes sujettes de passions infinies, d'incidents inattendus. Un butinage ludique en compagnie de Louis Aragon, Charlotte Brontë, Samuel Butler, Colette, Marguerite Duras, Jean Genet, Aldous Huxley, Joris-Karl Huysmans, Thomas Mann, Claude Malleville, Theodore Francis Powys, George Sand, Nathalie Sarraute, August Strindberg, Virginia Woolf...

    Sur commande
  • En 2019 à l'occasion du centenaire des librairies La Procure, et à leur demande, nous avions imaginé un hors-série de la collection Poésie / Gallimard consacré à six grands poètes dont l'inspiration chrétienne est au coeur de l'oeuvre. Le poète Jean-Pierre Lemaire a alors composé, en puisant dans le répertoire de la collection, Le sommet de la route et l'ombre de la croix, anthologie de six voix majeures du XXe siècle, Peguy, Claudel, Jammes, Marie Noël, La Tour du Pin et Grosjean. L'originalité et la qualité de ce bréviaire poétique, ouvert par une très belle et éclairante préface de Lemaire, nous ont convaincus de l'intérêt de lui donner une plus vaste audience et de l'intégrer dans notre catalogue. La quête spirituelle de ces auteurs, par ailleurs depuis longtemps au Panthéon de la poésie moderne, aux partis pris formels très libres et très différents, est si peu dogmatique, si ouverte et si personnelle qu'elle est évidemment, comme celle d'un Racine ou d'un Jean de La Croix, de nature à toucher le plus large lectorat. Du magnificat de Claudel à la chanson de Marie Noël, de la si humaine prière de Francis Jammes à l'ample scansion péguienne, du psaume réinventé de Patrice de La Tour du Pin à la quête d'un dieu sans majuscule dans le frisson du saule de Jean Grosjean, c'est moins de chants religieux que d'une universelle célébration du mystère qu'il s'agit ici.

  • Douze nouvelles dans lesquelles les plus grands auteurs hongrois (dont Sándor Márai, Dezsö Kosztolány, István Örkény, Gyula Krúdy...) écrivent leur fascination pour le jeu d'échec : des histoires drôles, décalées, parfois tragiques, toujours en lien avec l'univers de l'échiquier. Un recueil inédit pour les fans de la série The Queen's Gambit.

    Sur commande
  • Chaque week-end, mais aussi chaque jour, des millions de gens courent à travers le monde. Sur la cendrée ou sur le bitume, dans les parcs ou à travers bois, en petite foulée ou à grandes enjambées. Naguère sport d'élite, pratiqué dès l'Antiquité, la course à pied est depuis la fin du XXe siècle un loisir de masse, dont les bénéfices pour la santé et l'équilibre personnel sont sans cesse vantés. Réinventé il y a un siècle, le marathon constitue un rite voire un mythe moderne, un symbole universel de ténacité et de dépassement de soi. Mais pourquoi court-on? Est-ce un jeu, un sport, une fuite, une quête? Et qui sont les héros de la course? Ou encore, de quoi courir est-il la métaphore?
    D'Homère à Jean Baudrillard, de Rousseau à Jean Echenoz, et de Lewis Carroll à Haruki Murakami, nombreux sont les poètes, romanciers, anthropologues et sociologues qui se sont lancés sur la piste.

    Sur commande
  • Les plus grands poètes et écrivains ont été inspirés par la mélancolie de la pluie, l'énergie du soleil, la magie de la neige, la violence des tempêtes. En littérature, le temps qu'il fait influe souvent sur l'atmosphère des histoires ou le caractère des personnages. Dans la grande histoire, les caprices du ciel ont leur rôle à jouer. Tolstoï relate la retraite de Russie sous la férule du terrible général Hiver. Apollinaire évoque les terribles conditions de vie des poilus sous la pluie et dans la boue. On ne compte plus les catastrophes naturelles, éruptions volcaniques, tsunamis, déluges et cataclysmes racontés dans les textes fondateurs. Orages violents, crachins revigorants, bruine poétique, tempêtes mortifères, canicules épuisantes, ciels dévastés et éclaircies salvatrices : balade par tous les temps en compagnie de William Shakespeare, Voltaire, Stendhal, Francis Scott Fitzgerald, Joseph Kessel, Thomas Mann, Pierre Loti, Paul Morand, Marcel Proust, Marguerite Yourcenar, Francis Cabrel et bien d'autres...

    Sur commande
  • On a peine à considérer comme de l'histoire un mouvement qu'on a vu naître, prospérer puis disparaître, laissant quelques grands noms sur le rivage : Butor, Robbe-Grillet, Sarraute, Simon, d'autres ... Ce sont en effet cinquante ans d'histoire du roman qui revivent ici, dans ces échanges heureusement préservés à la BnF et édités avec précision et subtilité. Comme dans un ballet, on voit les amitiés se tisser puis se dénouer. Le volume offre une grande variété de lettres portant sur des sujets pratiques, personnels, littéraires et philosophiques : 243 missives. Un index, une table chronologique et une bibliographie complètent le volume. Il y eut bien un moment, un mouvement, du nouveau roman, quoi que chacun en ait dit plus tard. L'espace de quelques années, les marques d'encouragements, les rencontres, les soutiens, les lectures réciproques furent suffisamment intenses et réguliers pour qu'on affirme qu'un mouvement se développa bien entre eux. Michel Butor, Claude Mauriac, Claude Ollier, Robert Pinget, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon, Nathalie Sarraute sont les protagonistes de cette aventure épistolaire du nouveau roman. Cet ouvrage inédit permet de répondre aux trois questions suivantes : y a-t-il eu un véritable mouvement littéraire autour de ce nom ? Qui en faisait partie ? Comment a-t-il vécu ? La publication d'une correspondance d'auteurs à sept voix est une entreprise très nouvelle. Lire les lettres comme des documents historiques nous aide à situer l'oeuvre dans la carrière d'un écrivain, révèle des réactions des critiques et des proches, donne un sens approfondi de l'histoire littéraire du Nouveau Roman. En outre, certaines lettres peuvent être considérées en elles-mêmes comme une oeuvre à part entière, grâce à 'un style épistolier unique. On revivra toute l'histoire en quatre parties : I. Avant le nouveau roman : premières explorations, premiers contacts (1946-1956) II. Le moment nouveau roman (1957-1962) III. À partir des années 60 : IV. Détentes et vieilles amitiés (1971-1999). Jusqu'à la dernière lettre du recueil, où Nathalie Sarraute, à 98 ans, signe une lettre à Michel Butor, « votre vieille amie », tous expriment, par le biais épistolaire, les difficultés de leur vocation, l'admiration pour la persévérance des autres malgré les obstacles. C'est cela le plus émouvant : chacun a rencontré, dans une émouvante fraternité, une écoute et une voix qui les comprennent. Édition établie, présentée et annotée par Carrie Landfried et Olivier Wagner

  • L'enfance

    Collectif

    Cet ouvrage s'adresse aux élèves des classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques. Il a pour objectif de les aider à réussir l'épreuve littéraire des concours.

    Pour l'année 2021-2022, le programme porte sur :
    - Rousseau, Émile ou De l'éducation (livres I-II).
    - Andersen, Contes.
    - Soyinka, Aké, les années d'enfance.

    Le thème associé à ces oeuvres est : L'enfance.

    Complet et précis, ce livre est l'outil indispensable à une meilleure connaissance des oeuvres et du thème. Il comprend :
    1. Une introduction générale qui situe le thème dans l'histoire de la pensée et analyse les différentes problématiques qu'il recouvre.
    2. Trois études détaillées :
    - Pour se familiariser avec chacune des oeuvres au programme : résumé et structure, analyse du contexte, encadrés thématiques.
    - Pour comprendre comment chaque oeuvre illustre le thème au programme.
    3. Une réflexion synthétique et problématisée sur le thème « L'enfance » à partir des oeuvres étudiées.
    4. Une méthodologie de la dissertation et du résumé, des dissertations et des résumés corrigés.
    Un répertoire de citations commentées et un lexique des notions qui se rattachent au thème.

  • D'un Céline l'autre

    Collectif

    Les 200 témoignages que regroupe D'un Céline l'autre jalonnent l'itinéraire d'une vie entière : celle de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline (1894-1961), depuis sa jeunesse passage Choiseul jusqu'à sa mort à Meudon. Un portrait inédit de Céline émerge ainsi à travers le regard de ceux qui l'ont connu : famille de l'écrivain, amis intimes, admirateurs ou adversaires. La nature des témoignages est d'une grande variété : correspondances, journaux intimes, mémoires, etc. S'ils proviennent généralement de la sphère française, quelques voix étrangères résonnent : les danoises, qui dévoilent le Céline de l'exil entre 1945 à 1951, les allemandes, qui dévisagent le Céline de l'Occupation. Certains textes tiennent en une ligne, d'autres s'étendent sur plusieurs dizaines de pages. Chaque témoignage est minutieusement introduit à la compréhension du lecteur à travers un appareil critique très exhaustif : notice biographique du témoin, origine du texte, contexte dans lequel il a été écrit. Enfin, l'ensemble du livre contient des annotations de nature à éclairer certains aspects de la vie de Céline. Un tiers des témoignages est connu du grand public. Un deuxième tiers ne lui était pas accessible jusqu'ici. Le dernier tiers est totalement inédit. En effet, tantôt les témoignages ont été recueillis par l'auteur auprès des derniers témoins encore en vie, tantôt ils ont été découverts dans des archives encore inexplorées D'un Céline l'autre est préfacé par Me François Gibault, auteur de la biographie de référence sur Céline et président de la Société d'études céliniennes. Le livre s'accompagne également d'une biographie synthétique de la vie de Céline, écrite par David Alliot, afin de livrer quelques repères au lecteur profane. Enfin, différentes annexes (chronologie, bibliographie et deux cartes) viennent compléter le contenu du livre.

  • Quatre nouvelles. Quatre histoires captivantes qui plongent le lecteur dans des univers riches et dépaysants. À Tolède, un drame va bouleverser la vie d'une jeune femme. À Paris, un traducteur arpente les rues de la Ville Lumière muni de son appareil photo dans l'espoir de réaliser un cliché extraordinaire. À Chicago, une octogénaire acariâtre embauche avec réticence une femme de ménage mexicaine. Sur une plage des îles Baléares, un homme épie un couple magnétique et tente de percer le mystère qui l'entoure.
    Ce recueil est une invitation à découvrir la plume de quatre auteurs emblématiques de la littérature espagnole et sud-américaine, dévoilant ainsi toute la richesse de leur langue.

    L'ouvrage se compose de « La force du sang » de Miguel de Cervantes, « Les fils de la vierge » de Julio Cortázar, « Les amies » de Carlos Fuentes et « Tandis qu'elles dorment » de Javier Marías.

  • Résultat d'un travail collectif effectué par dix universitaires françaises et américaines pendant plusieurs années de recherches, cet ouvrage constitue le premier panorama à peu près complet des oeuvres de femmes en littérature, du moyen âge au XXIe siècle, en France et dans les pays francophones. Un tel panorama n'existait pas, les recherches dans ce domaine, aujourd'hui nombreuses en France comme à l'étranger, étant généralement ponctuelles et parcellaires, les quelques ouvrages sur le sujet anciens, et sensiblement moins ambitieux. Outil indispensable à la compréhension de la littérature pratiquée par les femmes et au rôle spécifique qu'elles y ont tenu au fil des siècles, les autrices se sont fixées pour objectifs de dresser l'inventaire des oeuvres publiées dans tous les genres existants (les découvertes dans ce domaine sont nombreuses : dès le moyen âge, c'est par dizaines qu'on compte les oeuvres de femmes en langue vernaculaire) ; accompagner les oeuvres de considérations d'ordre culturel (notamment sur l'histoire du livre et de l'édition) ; replacer ces productions non seulement dans l'histoire littéraire et l'histoire des femmes, mais aussi dans l'histoire des idées ; comprendre enfin la nature des difficultés spécifiques rencontrées par les autrices pendant des siècles et les raisons de leur oubli quasi général aujourd'hui, malgré les tentatives de redécouvertes opérées dans les années 1970. Pour la première fois, la présence continue de femmes en littérature pendant dix siècles, qui constitue l'une des singularités de la culture française, est illustrée par un nombre d'oeuvres aussi important que varié. L'ouvrage rend compte non seulement des productions dans les genres littéraires canoniques (poésie, théâtre, roman - et, compte tenu du nombre toujours croissant de publications, se limite à ce seul genre à partir de 1914) mais aussi l'essai, la correspondance, le journal et l'autobiographie, le journalisme (à partir de la fin du XVIIe siècle), la littérature populaire et la littérature pour enfants ; la participation active des femmes à la vie littéraire de leur temps, leur présence dans les cours et couvents, les salons, cercles, groupes, réseaux et académies, est dûment répertoriée et le fonctionnement de ces formes spécifiques de sociabilité littéraire analysé. Cette synthèse invite à une réévaluation générale des oeuvres littéraires des hommes et des femmes, et à une autre appréhension de la littérature française et francophone, offrant un portrait plus juste d'une réalité où, pendant des siècles et jusqu'à aujourd'hui, hommes et femmes, ensemble et séparément, semblablement et différemment, n'ont pas cessé de créer, d'imaginer et de publier.

    Sur commande
empty