• J'ai écrit ce petit pamphlet parce que je désire expliciter ce nouveau monde, son mystérieux projet dont les réformes en cours, nombreuses, ne laissent entrevoir que la pointe de l'iceberg. Je conçois mon rôle comme celui d'un ethnologue qui a réussi à pénétrer un tribu très exotique, aux moeurs inconnues, et à s'y fondre. À cela près que ce n'est pas des Nambikwara ou des Bororos dont je vais parler. Mais du groupe qu a pris la direction de l'État français et que j'appellerais les Jupitériens. 
    De moi, je ne dirai rien, sinon que je suis bien introduit dans les différents cercles de la macronie. Et, comme je tiens à le rester, il ne me reste qu'à avancer masqué.

  • Dans la crise ivoirienne, la télévision et l'Etat français, présidé par Nicolas Sarkozy, ont noyé le citoyen d'informations inexactes. La France, par une ingérence militaire, un coup d'Etat, a décidé, avec la "communauté internationale", d'écarter le président élu, Laurent Gbagbo, pour en imposer un autre. Cet opuscule est donc une manifestation d'indignation citoyenne et de résistance démocratique.

  • Quand La Patrie est en danger, il faut sonner le tocsin ! La pulsion de vie doit prendre le pas sur la pulsion de mort. S'indigner et résister, pour éviter le changement de civilisation en cours, en France et en Europe.
    Le but de cet essai est de démontrer rationnellement qu'un paradigme s'impose : si un problème n'est pas explicitement posé il ne peut être réglé. Nous y sommes en matière d'évolution sociétale. Il n'est donc plus temps de tourner autour du pot, mais il est urgent d'user de la liberté d'expression, de poser le diagnostic et d'agir.



    />
    Les termes de l'équation sont multiples, de la responsabilité première du citoyen-électeur, aux responsables politiques, en passant par les médias aux ordres ou moutonniers, qui enfument, désinforment, et pire, finissent par anéantir tout esprit positivement critique du citoyen. L'auteur démontre, en tant que scientifique, sans haine, sans crainte et sans esprit partisan qu'il faut comprendre pour agir. Il s'attaque ainsi, par une analyse objective, aux agents et concepts destructeurs de la civilisation occidentale, en particulier les lieux communs mortifères, comme « l'islam qui a tant apporté à l'humanité », ou « l'islam religion de paix et de tolérance », ou « les Arabes source des mathématiques ». Données présentées comme définitivement acquises, mais en fait erronées et sources de désinformation véhiculées par l'oligarchie médiatique et politique.





    Le principal objectif de l'ouvrage est de combattre une propagande, dont Hannah Arendt a démontré le rôle dans l'avènement des totalitarismes, et ainsi de contribuer au Salut public comme au « vivre ensemble » dans la République. Le résultat attendu dépend de la prise en compte de la réalité des situations et problèmes et non de dogmes et convictions virtuels sans fondements concrets.






    L'élite intellectuelle de notre pays, qui n'a pourtant cessé de se tromper depuis soixante ans sur tous les phénomènes de société, maîtrisant tous les pouvoirs, veut maintenant imposer une pensée unique, comme si la France n'était peuplée que de clones décérébrés. Cette oligarchie médiatico-politique et financière prépare ainsi, sans doute inconsciemment, mais activement, l'avènement du totalitarisme islamiste.







    Roger Démosthène Casanova est docteur d'État ès sciences et professeur d'université à la retraite. Il a longuement travaillé et séjourné en Afrique subsaharienne et au Maghreb et connaît bien les contextes multiculturels et arabo-musulmans. Il est le fondateur du master « Gestion de la planète, et développement durable » de l'Université de Nice-Sophia Antipolis. Outre ses travaux scientifiques, il a publié en 2011 « Putsch en Côte d'Ivoire », une analyse du déni du Droit International par la France et la « Communauté internationale ».

empty