Ellipses

  • Depuis les attentats du 11 septembre 2001, le renseignement joue un rôle déterminant pour la sécurité des États car il est le principal moyen de lutte contre le terrorisme. En conséquence, dans la plupart des pays occidentaux, les moyens attribués aux services ont été considérablement renforcés, illustration de la considération nouvelle que leur accordent les gouvernants.
    Mais alors même qu'ils bénéficient d'un renforcement de leurs effectifs et de leurs budgets, les services sont confrontés à un défi nouveau : celui de la gouvernance. En effet, il n'est plus aujourd'hui concevable pour nos contemporains que des organisations oeuvrant dans l'ombre ne rendent de comptes à personne : l'opacité de leurs activités tend à inquiéter davantage qu'elle ne rassure.
    Au cours de la dernière décennie, les États de droit ont mis en place des dispositifs permettant de contrôler tout ou partie des activités des services de renseignement, afin de garantir aux citoyens le respect des normes démocratiques.
    Cela s'avère d'autant plus nécessaire que l'utilisation des services par certains gouvernements occidentaux - États-Unis et Royaume-Uni - a conduit, depuis 2002, à des manipulations outrancières, sans que les membres des agences se soient opposés avec beaucoup d'énergie à leurs autorités.
    Dans l'esprit du citoyen moderne, la transparence ne saurait être complète sans une politique de communication adéquate, car les agences de renseignement sont, depuis le 11 septembre 2001, un sujet d'intérêt et de débat public.
    Cette médiatisation accrue conduit les services à sortir de la sphère du secret et à développer une véritable communication, afin d'expliquer leur vocation et le bien-fondé de leurs actions à l'opinion publique.
    Transparence, contrôle parlementaire, communication, médiatisation : c'est à une véritable révolution copernicienne que sont confrontées les agences de renseignement modernes, alors même qu'il leur est demandé de redoubler d'efforts dans la guerre secrète sans merci qui les oppose quotidiennement au terrorisme islamiste.

    Sur commande
  • Un an et demi après les attentats du 11 septembre 2001 contre les Etats-Unis, le Centre Français de Recherche sur le Renseignement, sous l'impulsion d'Eric Denécé, dresse, pour un large public, le bilan de la lutte antiterroriste contre les réseaux d'Al-Qaeda.
    Hommes de renseignement, journalistes et chercheurs, spécialistes du Moyen-Orient ou des banlieues, du contre-terrorisme ou de la finance criminelle, ont réuni ici leur expertise pour reconstituer la préparation des attentats, pister les multiples ramifications des organisations islamistes, analyser la riposte engagée et évaluer les perspectives d'une menace mondiale dont l'expression planétaire ne fait que commencer.
    Créé en 1999, le Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) consacre ses activités à l'ensemble des domaines dits de la " guerre secrète " : renseignement et contre-espionnage, actions clandestines et opérations spéciales, interceptions et décryptement, guerre psychologique et mystification. Ses publications, la revue Renseignement et opérations spéciales et sa lettre Intelligence et sécurité, ont pour ambition de favoriser l'essor d'une culture du renseignement en France.

    Sur commande
  • Trois ans après les attentats de New York et de Washington, le Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), sous la direction d'Eric Denécé, a réuni une équipe d'experts afin de dresser un nouveau bilan de la menace terroriste et des différentes formes qu'elle peut revêtir.
    Ensemble, hommes de renseignement, journalistes et chercheurs ont uni leurs expertises pour décrypter les stratégies terroristes, délier les fils complexes de leur financement, suivre l'inquiétante prolifération de la mouvance djihadiste partout dans le monde, essayer de discerner ce que pourraient être les prochains attentats et dresser un bilan objectif de la lutte antiterroriste. De cette combinaison unique de compétences, d'expériences et de points de vue ressort un tableau particulièrement complet des nouveaux réseaux de la terreur qui cherchent à déstabiliser aussi bien le monde musulman que les démocraties occidentales.
    Un ouvrage indispensable pour comprendre les enjeux et la complexité de la lutte de long terme qui s'est engagée contre la nébuleuse Al-Qaeda et le nouveau terrorisme islamique.

    Sur commande
  • Dès la plus haute Antiquité apparaissent de nombreuses preuves de l'existence d'organisations de renseignement dans toutes les grandes civilisations : au Moyen-Orient (Mésopotamie, Egypte, Perse), en Extrême-Orient (Inde et Chine) et en Europe (Grèce, Carthage et Rome). L'espionnage est attesté par des textes nombreux : la Bible ; les inscriptions des temples de Louxor ; les récits d'Hérodote et ceux des historiens romains ; et les deux plus anciens traités de stratégie au monde : L'Arthasastra de Kautilya (Inde) et L'Art de la Guerre de Sun Tse (Chine).

    Au Moyen Âge, les pratiques du renseignement se pérenisent, notamment dans l'Empire byzantin et en Chine. Les Vikings y recourent systématiquement lors de leurs raids, tout comme les Normands pour la conquête de l'Angleterre. Pendant les Croisades, l'espionnage est pratiqué tant par les royaumes chrétiens que musulmans, comme pendant la guerre de Cent Ans. Les opérations clandestines s'observent également dans la péninsule ibérique lors de la Reconquista, dans l'Amérique préhispanique et au Japon, avec les mystérieux ninjas.

    Ainsi, tout au long de l'Antiquité et du Moyen Âge, principautés, royaumes et empires qui s'affrontent pour la domination du monde conduisent des actions secrètes qui comportent tous les volets de l'espionnage moderne : espionnage, contre-espionnage, écritures secrètes, interception des courriers, assassinats ciblés... Ce sont quelques uns des plus beaux épisodes de l'histoire du renseignement de l'Antiquité et du Moyen Âge que ce livre propose au lecteur.

    Trente contributions produites par vingt-cinq auteurs de haut niveau, universitaires reconnus et spécialistes du renseignement, font de ce travail une somme tout à fait originale et exceptionnelle.

    Sur commande
empty