• « Du premier livre de la collection, Du printemps à l'hiver : histoires du cerisier à ces deux nouveaux titres, Du platane au gingko : histoires d'automne et Des goûts et des couleurs : histoires de fruits et de légumes, je voudrais donner à voir, grâce à la photo, ce qu'il y a de plus ordinaire mais de plus merveilleux sous nos yeux : une année de la vie d'un arbre... » Ianna Andréadis Ici, la photo se déploie en une double page. Le sol sert de fond pour révéler, tels qu'on les voit, dans ce contraste absolu - naturel / urbain - les couleurs, la forme des feuilles.
    En 12 doubles pages, on découvre 12 feuilles d'arbres différents, dont on retrouvera les noms en quatrième de couverture. C'est aussi un livre pour compter - qui est la trame de l'ouvrage, et l'histoire du temps qui passe.

    Sur commande
  • « Ces livres-histoires en 24 pages sont chacun comme un « condensé » d'une idée, une inspiration à partager... Ils incitent à l'émerveillement, à la découverte.
    Dans ces livres sans texte, les histoires se créent par le rapprochement des images que créent les doubles pages, les couleurs, les formes, les similitudes ou les contraires, et sont des incitations à observer, comparer, questionner... » Ianna Andréadis

    Sur commande
  • « Deux images qu'on rapproche produisent de la pensée. Ce n'est pas seulement l'image (...) mais la distance qui les sépare qui dessine, ouvre, un espace pour penser. ».
    Georges Didi-Huberman.
    C'est l'esprit dans lequel Ianna Andreadis a construit ce livre : comparaisons, analogies, couleurs, près et loin, suite dans le temps, formes qu'on retrouve, composent et créent un dialogue, une discussion, des histoires, « de la pensée ». Chaque double page doit être une surprise et une nouvelle « énigme » à résoudre tout en découvrant la nature de la forêt tropicale.

    Sur commande
  • « Deux images qu'on rapproche produisent de la pensée. Ce n'est pas seulement l'image (...) mais la distance qui les sépare qui dessine, ouvre, un espace pour penser. ».
    Georges Didi-Huberman.
    C'est l'esprit dans lequel Ianna Andréadis a construit ce livre : comparaisons, analogies, couleurs, près et loin, suites dans le temps, formes qu'on retrouve, composent et créent un dialogue, une discussion, des histoires, « de la pensée ».
    Chaque double page doit être une surprise et une nouvelle « énigme » à résoudre tout en découvrant les états de l'eau. Des glaciers aux torrents, de la rivière à la mer, du brouillard au givre, de l'écume aux nuages, des nuages à la pluie, du ruisseau à la fontaine... l'eau, essentielle à la vie, est en perpétuel mouvement !

    Sur commande
  • Photographies de l'auteure.

    As-tu déjà pris le temps de regarder le ciel? Tu connais le soleil et la lune, mais sais-tu admirer la beauté des nuages et toute la gamme de couleurs que tu peux observer en levant les yeux? Un vol d'oiseau, un arc-en-ciel, un feu d'artifice ou l'éclair déchirant un ciel d'été...

    Sur commande
  • Photographies de l'auteure.

    Du printemps à l'hiver, ouvre grand les yeux et admire les métamorphoses du cerisier. Les premiers bourgeons deviendront de magnifiques fleurs blanches, des feuilles vertes et des cerises au rouge éclatant si délicieuses à croquer. Viendra ensuite l'automne, la saison où les feuilles si vertes se transforment en feuilles d'or...

    Sur commande
  • La pierre du soleil

    Ianna Andreadis

    Trompe-l'oeil Junior, Zizis et zézettes, On construit une maison : originalité des sujets et du traitement, trois nouveautés d'une CodeCollection publiée en collaboration avec la Joie par les Livres.

  • Explore les couleurs de la Terre, le désert orange, le bleu-paon, le rouge coquelicot, le vert tropical, le jaune de l'automne et plonge dans les profondeurs de la mer Rouge.
    Voici un voyage autour du Monde, au coeur de la Nature; de la Grèce à Madagascar, du Chili en Australie, de la Finlande à 1a Chine... Ianna Andréadis

  • Cosmopolis

    Ianna Andreadis

    • Panama
    • 11 Octobre 2007
  • Aldo Leopold n'est pas inconnu en France, où Aubier avait publié déjà en 1995 son Almanach d'un comté des sables. Ce recueil était constitué en grande partie du texte éponyme, qu'accompagnaient plusieurs essais. L'Almanach est un texte posthume : Leopold venait tout juste d'en apprendre la publication future lorsqu'il mourut d'une crise cardiaque le 21 avril 1948. Il avait 61 ans et laissait, outre ce dernier manuscrit, une oeuvre considérable comprenant plus de mille textes publiés et inédits, articles, essais, recherches, études. Pour l'essentiel conservés à l'Université du Wisconsin, les écrits de Leopold témoignent aussi de sa contribution essentielle à la structuration de l'écologie comme science et pratique.
    Les textes rassemblés dans ce volume conservent tous un écho aujourd'hui : la déforestation des campagnes (et la destruction des haies, maladie décidément contagieuse) ; l'érosion des terres pauvres ; la destruction des marais ; l'expansion incontrôlée des villes à des fins purement économiques (Leopold a sur le dieu Automobiliste des considérations on ne peut plus lucides) ; la disparition des zones inexplorées ; l'importance des fermiers comme gardiens et conservateurs de la terre ; la surexploitation des forêts ; la bonne gestion du gibier ; la destruction parfois ignare des mauvaises herbes (ou de ce que l'on considère à tort comme telles) et des espèces sauvages. Également au sommaire de notre Pour la santé de la terre, trois essais fondamentaux sur l'écologie de Leopold, "Quelques principes essentiels de la conservation dans le Sud Ouest des États-Unis" (1923), "Éthique de la préservation de la nature" (1933) et "Considérations biotiques sur la terre" (1939) : il y aborde les grands équilibres écologiques et les chaînes alimentaires, à la compréhension desquels il a largement contribué. Pour la santé de la terre fait aussi découvrir un autre "Almanac", celui, dédié à la conservation de la nature, qu'ont reconstitué le philosophe J. Baird Callicott et l'environnementaliste Eric T. Freyfogle, à lire dans le droit fil de L'Almanach d'un comté des sables, avec lequel il partage quelques chroniques. Et l'inclassable "Les prophètes forestiers", où Leopold s'interroge avec la douce ironie qui est l'un de ses registres favoris sur les pratiques écologiques et sylvicoles des anciens Hébreux. Avec les 14 textes, largement inédits en français rassemblés dans Pour la santé de la terre, nous espérons contribuer à la redécouverte en France d'un immense penseur et acteur de l'écologie, dont les écrits à la langue magnifique ont encore valeur d'enseignement.

    Sur commande
  • La déesse des serpents Manasa, sculpture exposée au musée du quai Branly, est le point de départ d'un voyage en Inde.
    À partir des textes de Gita Wolf qui rassemble mythes et légendes hindouistes et bouddhiques sur les serpents, tanna Andréadis recrée un univers graphique fascinant, proche de l'abstraction. Imprimé en sérigraphie, fabriqué de manière artisanale en Inde, ce livre est le deuxième titre d'une collection dans laquelle Ianna Andréadis fait le lien entre les pièces du musée du quai Branly et leur pays d'origine, pour quatre continents Amériques, Afrique, Asie, Océanie.
    Le premier est consacré au Bestiaire aztèque (coédition avec Petra Ediciones, Mexique).

    Sur commande
  • Sur commande
  • Voici tout juste cent vingt ans que le football a été introduit au Brésil. En juillet prochain, la Seleção - qui disputa son premier match un mois avant l'attentat de Sarajevo - fêtera quant à elle ses cent ans et aura un mois plus tôt disputé son centième match de coupe du monde lors de la 20e édition de ce championnat qu'elle organise pour la deuxième fois, le Brésil étant le seul pays a avoir pris part à toutes les phases finales depuis sa création par Jules Rimet en 1930.
    Loin de Rio (où l'on célébrera peut-être l'événement par des émeutes et des affrontements, comme lors de la récente coupe des confédérations) revisite ce siècle de multitudes, de victoires et de défaites, mais surtout d'appropriation d'un sport anglais entièrement revisité par ce que Pier Paolo Pasolini désigna sous le nom de « poésie du football brésilien ». Le football devient objet d'inspiration (et du meilleur aloi) de nombreux poètes nationaux.
    Une poésie-prose réunissant de nombreux poèmes de Drummond de Andrade, Cabral de Melo Neto, Vinícius de Moraes...
    L'ensemble alterne prose et poésie, modulant à travers rhapsodie et notes savantes le florilège comme genre à part entière.

  • Ianna Andréadis, artiste peintre et photographe, nous invite à rencontrer les animaux du bestiaire aztèque, grâce à un carnet de croquis des sculptures les plus célèbres du musée du quai Branly et du musée de Mexico. C'est le premier titre d'une collection coéditée avec des éditeurs des quatre continents : Amérique, Asie, Océanie, Afrique.

    Sur commande
empty