• « C'est par la mer, idéalement, qu'il faut arriver à Bonifacio pour la première fois. Sillonner la crête huileuse des vagues, devant cette pâle muraille inexpugnable, chercher la faille. Porter sur le cuirassier blanc le regard carnassier, fiévreux et amoureux, concupiscent, exigeant, jaloux et délirant des Barbaresques, des pirates, des Pisans, des Génois. Il faut convoiter Bonifacio avant de la voir et la voir enfin pour la désirer. C'est une ville qui suscite l'envie, l'envie d'être là, de vivre là, de se lever là, déjeuner devant le soleil matinal et verdissant ou sous le charme de la splendeur suspendue du soleil couchant. C'est une ville à la peau pâle et douce, qu'on doit pourchasser de ses rêves. »

    Sur commande
  • Le 8ème Pierucci, est un récit tendre, étonnant, une parenthèse apparente dans le monde, qui laisse le temps suspendu pour mieux rattraper la sagacité du lecteur, plongé sans le savoir, dans l'histoire et la vengeance. La patience du jardinier n'aura jamais été soumise à si rude épreuve.

    Sur commande
  • On savait qui était le mort, cependant. Sa carte d'identité flottait gentiment non loin de lui, coincée sous quelques herbes, avec le reste de ses papiers. On ne s'était pas donné le mal de les faire disparaître. Un homme se tenait à la périphérie du cercle lumineux. Grand, sec, fait de nerfs et d'obscurité.
    Dans le cadre exceptionnel de la cité de Bonifacio, un spécialiste comportemental, Docteur en psychologie, s'égare dans une enquête qui le mène d'une famille atypique aux arcanes des trafics locaux les plus sombres.

    Sur commande
  • Sur commande

    1 autre édition :

  • Débarquant dans un village de montagne, Quenza, en Corse du Sud, en plein milieu d'une exposition de sculptures à ciel ouvert, une jolie juge va rencontrer en chair et en os l'écrivain qu'elle admire depuis très longtemps, Ansideo Giovanali. Mais tout va virer au cauchemar et à la folie meurtrière.
    Quel lien entretient avec l'horreur le château abandonné construit par amour par un consul pour sa belle italienne exilée ? Quel rapport les crimes ont-ils avec le régiment des tirailleurs marocains qui fit la campagne d'Italie et prit Monte Cassino ? Quelle nature véritable va révéler Giovanali, pourquoi est-il revenu se perdre loin des salons parisiens ?

    Ce sont les questions que nous pose ce livre palpitant, dans lequel son auteur, qui délaisse l'univers du commissaire Pierucci, s'interroge sur la filiation et les traumatismes de l'enfance.
    Ce nouveau roman de Marie-Hélène Ferrari se lit d'un trait. Inventif, inquiétant, il rend à la montagne ce qu'elle donne, cette force apaisante, ce souffle puissant, ces toits et ces arbres courbés sous les orages.

    Sur commande
  • Coffret 5 livres + 1 guide de Bonifacio offert.
    Ce coffret propose un vaste choix de plats corses et méditerranéens avec des conseils et des indications culinaires, et de très belles illustrations photographiques.
    Cuisine simple & gourmande de Corse reprend :
    Les entrées, les viandes & poissons, les pâtes, les légumes et les desserts.

    Le guide offert présente 160 pages sur la fabuleuse citadelle de Bonifacio. Présentation d'une ville, blanche et vibrante de soleil, de vie, noire de ces luttes et d'un passé difficile, douce et austère, tendre et amère. Ce guide est magnifiquement illustré.

  • Le premier opus des aventures du commissaire Armand Pierucci. Un polar littéraire « Made in Corsica ».

    Sur commande

    1 autre édition :

  • L'enfant

    Marie-Hélène Ferrari

    À l'évidence, c'est un enfant particulier ! Redondance, tautologie, dirait le linguiste, chaque enfant est particulier ! C'est l'essence de l'enfance, sa singularité ! Certes ! Mais celui-ci est si différent, que l'on peine à croire qu'il s'agisse vraiment d'un enfant. «SI-SI-SI-CHAUD-SI-SI-SI-SI-CHAUD !» disent les grillons. Tout y est, des bruissements du maquis corse à la langue imagée d'un Bonifacio à part.
    «L'enfant» est un livre palpitant, émouvant. Pierucci retrouve la paix avec ce petit homme qui pousse sa porte, il effleure le bonheur, le puzzle se reconstitue !
    Il retrouve sa ville, l'amitié de ses congénères, ses humeurs ronchonnes, mais plus que tout il est vivant.

    Sur commande
  • C'est l'histoire quelque peu fantastique d'une femme qui découvre que le vendredi, elle se transforme en sirène comme Mélusine, l'ondine des contes. Commentle dire, comment le faire accepteroe Elle ne saura que se cacher et mourir. Monstres, tragédies, amour, mensonge et mort sont les thèmes principaux de cette pièce qui se déroule dans un univers intemporel et teinté de fantastique. Alternant prose et alexandrins, elle met aux prises des êtres qui doivent se battre pour être eux-mêmes sans toujours en avoir le courage.

    Sur commande
  • L'ogre

    Marie-Hélène Ferrari

    «Depuis tout petit, Toto Niti avait toujours veillé à ne jamais emprunter les mêmes routes aux mêmes heures. S'il avait eu un souci quotidien, c'était celui de ne pas faciliter le travail d'éventuels agresseurs.
    Ainsi, dès le primaire, le chemin de retour de l'école le torturait, parce qu'il disait que dans l'hypothèse où on lui aurait voulu du mal, on pouvait l'y trouver sans réfléchir et sans se tromper.» Toto Niti ! Un homme qui semble avoir eu conscience, dès sa prime jeunesse, du destin exceptionnel qui allait être le sien, en Corse, dans les années quatre-vingt. De son village de montagne, au sommet de l'empire criminel qu'il bâtira à une époque où les bandits n'importaient pas encore leurs activités sur l'île, c'est son parcours et ceux de ses proches qui est raconté ici.

    Sur commande
  • Les femmes... Ah les femmes... mères et compagnes, femmes des autres, dames d'un jour, hantise de toujours... Et puis les jeunes gens grandissent et n'écoutent plus leur père. Le temps a tout usé...Les maisons deviennent hostiles, le monde devient flou, Pierucci se perd.
    Cette obscurité l'envahit peu à peu, dans la valse folle des morts et des vivants. Terrazoni le banquier, est retrouvé mort dans une chambre close, tandis qu'ailleurs on tue sans que personne ne le sache, et ici, le commissaire de Bonifacio tourbillonne, s'enfonce, comme un bois flotté dans la tempête. Et la Corse lutte contre ses démons...
    Armand Pierucci fait son grand retour dans ce 10eme opus: une émotion qui dure bien après l'ouvrage refermé...

  • Adolphe, qui a pris l'habitude de se confondre avec les murs de la poste où il officie dans une routine revendiquée, a renoncé à tout, et tout particulièrement à l'amour, mais pas à la pêche. Il va croiser le destin de Faustine, de Clafoutis, et de bien d'autres, entre son guichet et la carpe qui orne le dessus de sa porte. Des gens ordinaires, extraordinaires, qui au mitant de leur vie, vont se tirer, se pousser et retrouver leur souffle pour aller vers le bonheur. Une histoire dont le résumé semble simplet, mais plein de la cruauté et de la tendresse qu'on retrouve dans la vie, sur un petit air de musique tendre.

  • Le tarasco mortel

    Marie-Hélène Ferrari

    Dans la montagne de l'Alta Rocca, s'est érigé un village béni des dieux. Village peuplé d'irré­ductibles Corses qui résistent encore et toujours à l'envahisseur. Perché sur la pente, on y voit la mer, en contrebas, comme un grand lac aux reflets changeants. Les vignes, les pâturages, les bois grimpent jusqu'à ses pieds. Ce village, c'est Grandetto, baigné de lumière, traversé par la tumultueuse Dulrutta, bruissant des chants de l'eau et des oiseaux. Mais le paradis a ses limites et des meurtres vont rompre la tranquillité de cette communauté, entrainant les habitants et leur maire dans un jeu de piste pour retrouver les auteurs de ces faits sanglants et les secrets qui se cachent derrière ces agissements.

  • Sur commande
  • Certains hommes ne peuvent mourir de mort violente, les prêtres sont en principe de ceux-là ! Pourtant dans ce cinquième tome des aventures du commissaire Pierucci, charismatique commissaire à Bonifacio en Corse du Sud, nous sommes entraînés dans une enquête qui nous interroge sur les dérives adolescentes. Du choc provoqué par le meurtre, à l'ordre, il y a tout le chemin d'un homme pris aussi, dans les tourments de la vie.
    L'auteur cherche d'un roman à l'autre, depuis le succès du « Tueur de douleur », et loin des caricatures liées à la vision commune de l'île, la vérité humaine et les réponses aux questions posées par la société contemporaine.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Il y a «Le Marcheur», qui avance et Sylvain qui se bat contre tous. Il y a Finelli et Pieri qui ne s'entendent pas, et Barcelli qui vieillit. Il y a Bonifacio, le sud et les habitudes locales qui ont la vie dure.
    Et il y a le commissaire Pierucci, qui se livre beaucoup, parce qu'il est amoureux, qu'il voudrait bien être en vacances avec Sofia, mais il y a des indélicats qui meurent de tous côtés, et de vacances, il n'en aura pas. Il y a ce climat, cet esprit, ces odeurs, ces saveurs, et ces hommes si forts et si faillibles, qui se battent pour une vérité qui se dérobe sans cesse. Pourquoi cet obscur comédien se fait-il égorger, peu de temps après qu'une grosse berline ait roulé trop vite, le long d'une nationale ? Pierucci, malgré lui va devoir se pencher sur cette affaire.
    Elles sont noires, les vacances de Pierucci, elles souffrent comme... d'une absence de lumière...

    Sur commande
  • Quand le « marcheur » s'était arrêté pour contempler l'église de Carbini, il ne savait pas que Pierucci n'allait pas tarder à le suivre, sur les chemins de la souffrance.

    La Corse des montagnes, la Corse de l'hiver, la Corse des secrets va conduire le caractériel commissaire sur la piste d'un meurtrier particulièrement sanglant et mystérieux. Il va inscrire ses pas dans un passé douloureux d'une terre qu'il croyait connaître, interroger les failles de sa propre mémoire, traverser le temps.

    Que s'est-il passé à Carbini dans les temps anciens, qui demande justice d'une manière aussi violente ?

    Rompant ici une vision souriante d'une Corse touristique, la quête va affronter le temps, la peur, et la mort. Pierucci va-t-il comprendre à temps ?

    3éme tome de la série, "Le Tueur de douleur" est envoûtant, inquiétant et sombre.
    Pour de nombreux lecteurs il est un de ses écrits les plus forts.

    Sur commande
empty