• 1920, Île de Ré. Léon vit seul avec sa mère depuis que son père est parti à la guerre et n'en est pas revenu. De peur qu'on ne l'enrôle à son tour, sa mère ne l'envoie pas à l'école et mère et fils vivent coupés du monde. Léon pêche, ramasse des coquillages et s'invente des aventures, assis sur le dos d'une carcasse de baleine.
    Un matin, après une tempête, Léon trouve un homme inanimé sur la plage. Tierno - c'est son nom - va retrouver peu à peu la mémoire, raconter comment il a été arraché à sa famille au Sénégal pour aller faire la guerre comme tirailleur et comment son navire a chaviré alors qu'il repartait vers son pays. Léon et Tierno nouent une véritable amitié.
    Lorsque le tirailleur est convoqué pour témoigner sur le naufrage, les habitants oscillent entre racisme et bienveillance.

    Sur commande
  • Pour ses douze ans, Cristobal Speranza se voit offrir une longue-vue par sa mère. Dès cet instant, il ne cesse de rêver d'ailleurs lointains et d'aventures en mer. Il parvient, au grand dam de ses parents, à se faire engager comme mousse sur le Matador, le navire du capitaine Barbe-Rousse, qui se nourrit exclusivement d'oignons et de harengs. Au début de leur voyage, ils délivrent la jeune Esmeralda, emprisonnée par l'ennemi juré de Barbe-Rousse, Aymeric-le-Chauve. S'ensuit une succession de péripéties au gré desquelles Cristobal, rusé et courageux, se révèlera un élément indispensable à l'équipage.

    Sur commande
  • 1939. La guerre a éclaté, mais la joie de vivre et l'innoncence de Lucile, cinq ans, sont encore intactes.
    Protégée par des parents aimants, la petite fille coule des jours heureux dans les paysages magnifiques de Haute-Provence. Très attachée à un couple d'Italiens que ses parents hébergent dans une ferme, elle ne manque pas une occasion de rejoindre la jeune femme, Elsa, qui lui apprend à lire et dompte son tempérament fougueux.
    Mais les jours s'assombrissent et sèment le trouble dans l'esprit de Lucile. Lorsque sa mère lui annonce sa grossesse, la jalousie et les démons d'enfant gâtée de Lucile se réveillent. Elle surnomme le bébé " le monstre " et, à la naissance d'Anne, affirme en public que sa soeur est juive. Une provocation qui met toute sa famille en danger.

  • Gaspard est un garçon sérieux. Et même trop sérieux pour ses parents qui sont... désorganisés et désordonnés, moqueurs et chamailleurs, saugrenus et farfelus, surprenants et extravagants, plutôt hauts en couleur et assez farceurs.

    Gaspard n'en démord pas : c'est à lui d'assurer au quotidien. Sinon, qui va s'occuper d'Annabelle, sa petite soeur, et de Paracétamolle, le singe rescapé des laboratoires Servais ? Et, pour assurer, il assure ! Toujours à l'heure pour préparer le biberon d'Annabelle, toujours le premier à l'école et toujours attentif au régime sans gluten de Paracétamolle.

    Jusqu'au jour où, sans le vouloir, Gaspard fait pleurer la belle Nina. Ces larmes dans ces yeux-là, ce n'est pas possible. Alors, Gaspard va tout faire pour réparer le sourire envolé. Quitte à laisser tomber son rôle d'enfant modèle... ou pas.

    Sur commande
  • Se penchant sur « tout ce que la mer contient d'étrange beauté », Nicolas Michel a conçu un magnifique objet graphique et littéraire.
    Les créatures marines, certaines connues, d'autres plus rares, sont chacune rattachées une lettre ainsi qu'à un petit texte passionnant et souvent drôle. L'humour est avant tout un moyen de soulever une problématique contemporaine essentielle : la protection de la biodiversité, de cette incroyable inventivité du vivant, souvent menacée.
    Dans ce monde ou le pixel est roi, L'Abécémer a pour vocation de réhabiliter une certaine forme de « bricolage » et de mêler plusieurs disciplines : la photographie, l'écriture, le dessin. La technique d'illustration, à la fois très personnelle et nourrie de l'héritage des premiers pionniers de la photographie, offre un voyage à part entière, dont le lecteur, petit ou grand, ne peut sortir indifférent.

    Sur commande
  • C'est une nuit de fin d'été.
    La brise vient de se lever, mais la mer est calme au large des côtes corses. Émilie s'en va à la dérive. La lune dépose du bleu sur son visage, l'enveloppe d'un halo pâle. Le voyage touche à sa fin. Elle se reposera bientôt sur un lit de sable, tout au fond. Elle sourit aux vagues, aux étoiles. Loin de là, Léo ne dort pas. Il regarde le ciel. Personne ne la verra plus voler ; lui entend encore le froissement de ses ailes.
    N. M.

    Sur commande
  • De l'araméen à l'arabe

    Michel Nicolas

    « Le mot ziryab se rapportait-il à un oiseau noir chantant avant d'être donné au célèbre chanteur-musicien d'Irak en surnom ? Ou bien est-ce l'effort d'expliquer le nom du personnage qui a mis à jour cette sémantique «confirmée» et justifiée par une «image comparative» forgée nécessairement et pour le besoin de l'explication, entre un chanteur et un oiseau, ce dernier étant dans quelques cas symbole de chant ? Cette image, de toute façon, ne surgit pas gratuitement, mais s'appuie sur quelque similitude phonétique avec des termes ayant une sémantique proche. Sur cette similitude se construit une sémantique nouvelle, imagée : un oiseau à l'image duquel se trouve le personnage. Mais, les noms des espèces d'oiseaux noirs étant connus en arabe, et aucun d'eux ne se présente sous le nom de ziryab, la source qui émet cette «analyse» se réfugie dans une imprécision voire dans un mutisme tous deux salutaires quant à préciser l'espèce de cet oiseau. Et, que fait-on d'autres désignations si différentes [...] du mot ziryab ? » Avec ce nouvel ouvrage, M. Nicolas signe une enquête linguistique et étymologique érudite, riche et nuancée. Autour du terme ziryab, se développe et se déroule une réflexion pointilleuse et rigoureuse, qui s'appuie aussi bien sur la maîtrise des langues que sur celle de l'histoire et de la culture... Une étude qui souligne encore avec force les problématiques qui traversent la connaissance de l'arabe.

    Sur commande
  • Forme littéraire et poétique qui s'affirme dans l'Andalousie arabo-musulmane, le muwassah est un genre aux origines orales et chantées mais toujours nébuleuses. Afin de lever le voile sur ses racines obscures, Michel Nicolas, docteur en langues sémitiques comparées et en histoire des religions, entame avec cet ouvrage une véritable archéologie du muwassah andalou, convoquant à cette occasion des méthodes de recherche et d'investigation diverses, telles que l'étymologie, l'histoire, la philologie, la poétique et la linguistique. Des axes divers mais aux interactions éclairantes qui permettent enfin de mettre à jour les lacunes scientifiques et de mettre un terme aux spéculations stériles qui entouraient la connaissance de l'histoire de cette forme poétique. Cet essai analyse le mécanisme des deux métriques: celle dite «?quantitative?» de la poésie arabe traditionnelle, et la métrique du muwassah qui est en fait syllabique. De plus, sur le plan linguistique arabe, se trouvent élucidées nombre de questions restées énigmatiques des siècles durant. Origines et postérité du muwassah andalou : tels sont les thèmes abordés et explorés par cet ouvrage scientifique et savant qui ne recule pas devant la controverse et la critique, et apporte enfin des réponses solides aux questionnements qui planaient encore sur l'histoire de cette forme poétique et de cet art vocal de rythme lent et d'inspiration souvent mystique . Dans ces pages où l'analyse se fait intransigeante et s'appuie sur un réseau plus que solide d'indices et de déductions, Michel Nicolas mène une étude génétique plus qu'intelligente... En effet, riche de connaissances et de précisions, cet essai nous initie aux arcanes de la trop méconnue, voire mésestimée, musique dite "arabo-andalouse".

    Sur commande
  • Sur commande
  • Notice sur la vie et les écrits de Laurent Angliviel de La Beaumelle , par Michel Nicolas Date de l'édition originale : 1852 Sujet de l'ouvrage : La Beaumelle, Laurent Angliviel de Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • « Depuis que je suis sorti du monastère, j'ai décidé de ne rien écrire qui puisse être révélé aux gens, car j'ai honte de ma vilenie et de mes péchés innombrables ; que le Seigneur (te) porte témoignage sur cela. Néanmoins, je me suis contraint à t'écrire ces (discours) en raison de la tristesse que je t'ai causée. Or, garde-les de peur que ce qui est saint ne soit souillé dans la gueule des chiens, et qu'une perle ne soit jetée aux porcs pour qu'ils la foulent. Et, comme Dieu révèle Ses mystères à Ses amis et les dissimule aux autres, ainsi il incombe à quiconque L'aime de cacher les mystères de son Seigneur et de ne (les) dévoiler qu'à ceux auxquels Il lui donne l'ordre (de le faire). » Exigence et humilité caractérisaient la pensée du mystique Jean de Dalyatha. Deux qualités qui se retrouvent aussi, à leur manière, dans le travail philologique de M. Nicolas qui, avec cette « Version éthiopienne de la collection des lettres » du religieux, donne un pendant à la version arabe de ces textes qu'il avait déjà lui-même établie (Publibook, 2013). Fascinante et minutieuse, s'appuyant sur des sources nombreuses, cette édition français-guèze, enrichie d'un appareil critique précis et d'une mise en contexte éclairante, apporte ainsi un élément majeur à la (re)connaissance du christianisme d'Orient.

    Sur commande
  • La Bretagne a connu une révolution discrète mais d'importance depuis les années 1980. Beaucoup, jusque-là, étaient persuadés que l'absorption de la société traditionnelle par la modernité sonnerait le glas de l'idée bretonne. Tandis qu'une minorité cultivait la nostalgie d'une " Breizh " mythique, le plus grand nombre et en particulier les jeunes paraissaient, dans l'indifférence quasi générale, s'en détacher. Mais les chocs de la mondialisation ont mis à mal la vieille Europe des Etats-nations , changeant la donne. Dans ce contexte les peuples se tournent naturellement vers leurs racines : au Royaume-uni, l'Ecosse, le pays de Galles, l'Irlande du nord obtiennent une large autonomie politique, économique et culturelle, comme les régions espagnoles.
    En Bretagne, cela se traduit par l'affirmation d'une identité régionale forte, le désir de s'émanciper des carcans arbitrairement imposés par l'Etat jacobin, la volonté de maîtriser son avenir.
    Désormais, une part croissante de la population affiche une tranquille fierté bretonne annonçant, sans doute, qu'au terme d'une paisible réappropriation, " Breizh " en vienne à revêtir un nouveau sens : celui d'une Bretagne revendiquée.

    Sur commande
  • Un revenant

    Michel Nicolas

    Sarah entend le mistral tordre la maison.
    Un homme est en bas. Il dort assis sur une chaise. Il ne parle pas. Jamais. Elle sait pourquoi il est finalement revenu : elle ne fera rien pour qu'il parte. L'aube sent le poisson. Marseille commence à vivre. Les premières lumières s'accrochent aux vitres, à l'eau du port. Sarah descend l'escalier en silence. Un homme est toujours là, immobile sur sa chaise, comme une sentence. Quand ils revenaient de la mer, il y avait des croûtes de sel sur la peau de Camille.

  • La bleue

    Michel Nicolas

    «Peau bleue, cheveux noirs sur les pommettes.
    Sixième étage.
    Alice ouvre la fenêtre. L'air est froid. Le brouillard s'accroche aux cheminées, glisse le long des toits de zinc. En bas, dans la rue, des gens marchent. Chacun son allure ; destination inconnue. Alice suit du regard un homme, une vieille dame, une adolescente en blouson de cuir. Elle perd la piste d'ombres qui hésitent devant un passage clouté, regardent à droite, à gauche, traversent. En face, les fenêtres de l'immeuble sont muettes, rideaux tirés.
    Sans vraiment s'en rendre compte, Alice a enjambé la rambarde. Elle se tient droite sur la corniche de béton, six étages au-dessus du sol. Elle se lâche, regarde ses poignets. Des veines à fleur de peau. Ses doigts ne tremblent pas.
    Un sang peu oxygéné, disent les médecins pour expliquer cette couleur bleue que le brouillard peine à pâlir.
    En bas, les gens continuent de passer. Ils ne voient pas Alice en équilibre sous le plafond de nuages. Ils n'entendent pas la chanson que ses lèvres fredonnent pour le vent.»

    Sur commande
  • Naevi

    Michel Nicolas

    Je cherche, je sais qu'il est là, quelque part, celui qui fait de toi un être unique, mes doigts modèlent ta peau, tu trembles, tu te livres, tu t'abandonnes.
    C'est pourtant une chose que tes amants précédents ont trop souvent ignorée, mais moi je vais la trouver, ce sera peut-être là, au creux de ton aine, non, plus haut peut-être, ou plus bas, derrière ton genou, non, je ne m'impatiente pas, j'ai tout mon temps pour découvrir ce trésor que tu vas m'offrir, un simple amas de cellules brunes, une petite tache sur ta peau claire, un grain de beauté. La Camargue en été.
    Deux enfants pêchent des tellines sur la plage de Beauduc. Ils investissent un banc de sable protégé et vierge où ils trouvent un véritable filon. Euphoriques, ils ne voient pas tout de suite une femme nue qui a l'air de dormir, la tête dans le sable. Cet été-là sera sanglant. Des femmes assassinées. Des corps sur lesquels le meurtrier apposera la même signature. Etienne Gouirand est chargé de l'enquête.
    Amateur de bons vins et de séries noires, il va devoir agir vite et bien. Il y a peu d'indices et le liste des victimes s'allonge. Lorsqu'il comprend que l'assassin est obsédé par les grains de beauté...


  • voici une somme indispensable pour qui s'intéresse aux multiples facettes de la revendication bretonne, des origines à nos jours.
    ce vaste panorama retrace les moments forts des luttes menées en bretagne tant pour son identité que pour sa langue et sa culture, sans tabou et avec toute la rigueur historique nécessaire.
    chaque étape donne lieu à une fine présentation du contexte économique, politique et social qui sert de marqueur à la construction du mouvement breton (1'emsav), des intellectuels celtomanes du xixe siècle aux activistes du flb, du régionalisme naissant aux formes les plus exacerbées du nationalisme, des errances de l'occupation à l'exubérant revival culturel d'après-guerre, et au celib.

    tout ce jeu d'acteurs s'inspire de la légitimité du combat pour l'identité, inséparable du droit à vivre, travailler et surtout décider au pays. l'histoire de la revendication bretonne traduit, en définitive, le désir en bretagne d'une réelle alternative à l'état-nation jacobin, dans une europe fédérale des peuples.

    Sur commande
  • Corsika

    Michel Nicolas

    Sergio Morrachini est découvert allongé face contre terre sur sa terrasse. Il n'a pas eu le temps de prendre son Beretta 92G dans le tiroir de la cuisine. A côté du téléphone, il a écrit Etienne Gouirand. Etant donnés leurs liens d'amitié, le préfet souhaite que le commissaire Gouirand se rende sur place. L'affaire est délicate : Sergio Morrachini était sans aucun doute le journaliste le plus expérimenté et le plus respecté de Corse. Mafieux divers, indépendantistes de factions variées, politiciens véreux, tous peuvent avoir commandité sa mort...
    Après Naevi, le lecteur retrouvera Etienne Gouirand, amateur de bons vins et de séries noires. Pour cette nouvelle enquête, notre héros quitte Marseille pour l'île de Beauté où l'un de ses amis vient de se faire assassiner. L'enquête le mènera en Ouganda, sur la piste d'une organisation mystérieuse, CorsiKa Ltd., experte en contrefaçon de médicaments.
    CorsiKa, deuxième polar de Nicolas Michel, séduit par son atmosphère. Etienne Gouirand est un flic hanté par le doute, les remords et les cadavres. Envers et contre tous, il lui faudra une nouvelle fois suivre la piste qui mène au coeur des ténèbres.

    Sur commande
empty