• La rue d'al-Nahhasin n'était pas une rue calme... La harangue des camelots, le marchandage des clients, les invocations des illuminés de passage, les plaisanteries des chalands s'y fondaient en un concert de voix pointues... Les questions les plus privées en pénétraient les moindres recoins, s'élevaient jusqu'à ses minarets... Pourtant, une clameur soudaine s'éleva, d'abord lointaine, comme le mugissement des vagues, elle commença à s'enfler, s'amplifier, jusqu'à ressembler à la plainte sibilante du vent... Elle semblait étrange, insolite même dans cette rue criante...
    Naguib Mahfouz C'est ici, dans les rues du Caire, que Naguib Mahfouz le «Zola du Nil», a promené son miroir et capté toutes le facettes d'une société égyptienne en pleine évolution.
    Naguib Mahfouz est le premier écrivain de langue arabe à avoir reçu, en 1988, le prix Nobel de Littérature.

    Sur commande
  • Avec une rare maîtrise technique, Naguib Mahfouz (prix Nobel de littérature 1988) retrace la vie d'une foule de personnages qu'il classe par ordre alphabétique, restituant ainsi l'histoire politique et sociale de l'Égypte depuis le début du XIXe siècle.

    Sur commande
  • Était-il en train de lui arriver ce qui arrivait aux autres pères en cette drôle d'époque ? Il entendait des choses abracadabrantes sur la « jeunesse d'aujourd'hui » : des élèves de collège prenaient l'habitude de fumer, d'autres bafouaient la dignité de leurs maîtres, d'autres encore se rebellaient contre leurs pères! Oh! bien sûr, son prestige à lui restait intact, mais... quel bilan tirer de cette longue vie de rigueur et de fermeté ? D'un côté Yasine qui sombrait dans la déchéance et de l'autre Kamal qui discutait, contestait et essayait de lui filer entre les mains!...



    Naguib Mahfouz Nous retrouvons ici les personnages inoubliables de l'Impasse des deux palais. Yasine et Kamal ont grandi. Autour d'Abd el-Gawwad, le monde vacille. Peu à peu la société égyptienne traditionnelle cède le pas devant les moeurs et les valeurs modernes. Comme le Nil, le roman de Mahfouz suit son cours, imposant, monumental, fascinant...

    Naguib Mahfouz est le premier écrivain de langue arabe à avoir reçu, en 1988, le prix Nobel de Littérature.

    Sur commande
  • Naguib Mahfouz Le Jardin du passé D'un autre point de vue, l'amour lui paraissait une « dictature », chose que la vie égyptienne lui avait appris à haïr, et du plus profond du coeur ! Dans la maison de « sa tante » Galila, il offrait son corps à Atiyya, puis le reprenait aussitôt, comme si rien ne s'était passé. Quant à cette jeune fille rangée dans sa pudeur, elle ne se contenterait de rien de moins que de son corps et de son âme en même temps... et pour l'éternité ! Dès lors, il ne lui resterait plus qu'une ligne à poursuivre : la lutte pour la subsistance en vue d'assurer la survie de la famille et des enfants !
    Naguib Mahfouz.

    Troisième et dernier volet de la grande fresque romanesque qui relate les transformations de l'Egypte basculant dans la modernité, après Impasse des deux palais et Le Palais du désir, Le Jardin du passé amplifie l'histoire de la famille d'Abd el-Gawwad. Une nouvelle génération, désormais, incarne les contradictions et les blessures du pays : ce sont les petits- enfants d'Abd el-Gawwad, Ahmed, le communiste, et Abd el-Monem, le frère musulman. Conflits entre les idéologies, opposition entre les valeurs trditionnelles et celles de la société nouvelle... Un immense roman pour approcher l'Egypte d'aujourd'hui.
    Naguib Mahfouz est le premier écrivain de langue arabe à avoir reçu, en 1988, le prix Nobel de littérature.

    Sur commande
  • Dans ces quatorze nouvelles réalistes, métaphysiques, allégoriques ou absurdes, Naguib Mahfouz (Prix Nobel de littérature 1988) se fait le chroniqueur à la fois circonspect et amer d'une Égypte en pleine mutation, cherchant à capter l'enjeu des luttes qui se déroulent autant au niveau national qu'à l'échelle familiale et individuelle.

    Sur commande
  • Sur les ruines des somptueux palais fatimides a poussé la gamaliyya, un quartier populaire du vieux caire.
    De ce petit monde truculent, qui oscille au fil des rumeurs de la ville ou voltige sur les fumées somnolentes du haschisch, s'élève parfois la voix du poète populaire disant l'évasion, proférant l'illusion, tandis que se succèdent des protagonistes qui mobilisent les ferveurs du peuple et suggèrent les trois révélations. toujours interdit par la censure égyptienne, qui l'identifia comme une scandaleuse transposition de l'histoire sainte dans la chronique familière des hommes, ce fastueux roman-parabole est l'un des plus merveilleux de naguib mahfouz.

    Sur commande
  • Karnak Café

    Naguib Mahfouz

    Vers le milieu des années 1960, dans le café cairote «Al-Karnak», miniature d'une Égypte en train de perdre ses repères, se réunissent régulièrement trois étudiants, dont les destins vont être profondément marqués par les événements politiques. Écrit en 1971 par le futur prix Nobel de littérature, ce bref roman a eu dans l'ensemble du monde arabe un retentissement considérable.

    Sur commande
  • LA BELLE DU CAIRE

    Naguib Mahfouz

    En 1930, la société cairote soumise aux hiérarchies séculaires réprouve la liaison que qasim bey fahmi, riche aristocrate, entretient avec ihsane, jeune roturière.
    Craignant le scandale, le bey cherche à acheter un mari complaisant pour sa belle. étudiant pauvre à la nouvelle université du caire, mahgoub abd el-dayim envie la jeunesse bourgeoise qu'il côtoie sur les bancs de la faculté. ce contrat de mariage lui offre l'occasion d'échapper à sa condition. il accepte sans scrupule le marché. mais pareil projet a ses failles. un parfum de déchéance enveloppe bientôt le ménage à trois.
    Fascinante peinture de la corruption, incarnée par des personnages inoubliables tels al-ikhshidi, l'homme de main du bey, la belle du caire est aussi un roman incisif sur l'amour, le désir et la jalousie. paru en 1945, ce livre inaugure le cycle réaliste que " le zola du nil " consacre à l'égypte moderne et en particulier à la ville du caire, alors en pleine transformation.

    Sur commande
  • Le soleil du matin brille dans un ciel limpide.
    Depuis la terrasse, j'ai vue sur les minarets et les dômes. j'observe un corbeau perché à l'une des extrémités de la corde à linge. mon regard dérive vers le toit mitoyen et je ravale ma salive. l'envie me prend d'aller voir oumm zaki, qui ne manque jamais de m'offrir une sucrerie. je franchis le muret séparant les deux terrasses et me dirige vers une fenêtre qui donne sur la petite cour intérieure.
    Là, en passant la tête par un carreau cassé, je découvre en contrebas oumm zaki, entièrement nue. assise sur un canapé, elle démêle lentement ses cheveux en s'abandonnant aux rayons du soleil, entièrement nue... vision étrange, éblouissante que ce corps plantureux ainsi offert au regard. je l'appelle :
    - téza !
    Elle sursaute, relève la tête et, me voyant, s'écrie en riant :
    - petit garnement !...
    Descends...
    (extrait)

    Sur commande
  • La ville du Caire est la source d'inspiration favorite du grand écrivain égyptien Naguib Mahfouz.
    En quelques pages à peine, chacune de ces huit nouvelles fait vivre sous nos yeux le charme de ses cafés enfumés, le passage inexorable du temps, la transformation irréversible des petites ruelles d'autrefois en routes vrombissantes et encombrées...

    Sur commande
  • Ravi par les histoires que Schéhérazade lui a racontées pendant mille et une nuits, le sultan Schahriar décide de la garder comme épouse. Les habitants de la grande ville - Le Caire, sans doute - célèbrent dans la liesse l'heureux dénouement, sans savoir qu'ils vont désormais assister, dans leur vie quotidienne, à des événements aussi étranges et merveilleux que les contes de Schéhérazade... Il fallait toute la verve de Naguib Mahfouz pour prolonger ainsi les Mille et Une Nuits en une succession vertigineuse de faits divers où s'abolissent les frontières entre le rêve et la réalité, la folie et la sagesse, le bien et le mal.

    Indisponible
  • Vers 1300 avant J.-C., Méri Moun, jeune Égyptien hanté par le souvenir du pharaon Akhénaton, décide de se consacrer à la recherche de la vérité sur le roi disparu. Tel un enquêteur d'aujourd'hui, il interroge tour à tour les disciples et les détracteurs de ce grand visionnaire qui n'avait pas hésité à proclamer sa foi en un Dieu unique d'amour et de vérité. La reine Néfertiti, son épouse, le général Horemheb et Aÿ, le prêtre d'Amon... tous ces personnages à la fois historiques et légendaires ressuscitent à travers les récits que recueille le jeune homme. Pas à pas, Méri Moun va revivre la fascination du culte solaire, la religion d'Aton.

    Sur commande
  • Cette anthologie est la sixième série de nouvelles extraites des plus célèbres écrits de l'Égyptien Naguib Mahfouz, premier auteur arabe à avoir obtenu le prix Nobel de littérature en 1988. Elle offre la vision d'une Égypte aux multiples facettes où se côtoient mystères et intrigues, nostalgie et réalisme et souvent cocasserie et extravagance.

    Sur commande
  • Derives sur le nil

    Naguib Mahfouz

    Avril, mois de la poussière et des mensonges.
    Une péniche amarrée à une berge du nil, au caire. chaque soir, s'y réunit la " famille ", composée de sept personnes : une traductrice, un écrivain, un critique, un comédien, un avocat, un homme d'affaires, enfin, anis zaki, modeste fonctionnaire, mais homme de grande culture, leur hôte à tous, et leur obligé. c'est lui, assisté du vieil abdu, qui prépare le narguilé. un jour, une jeune journaliste, samara bahjat, se mêle à cette assemblée d'intellectuels désabusés dont elle ne partage ni le goût pour le haschisch, ni le nihilisme, ni l'humour cocasse, ni l'art de la conversation absurde.
    Et le drame éclate qui les met devant la nécessité soit de renoncer à leur carrière, puisqu'ils la prétendaient futile, dérisoire, soit d'être infidèles à eux-mêmes.

    Traduction de l'arabe par france douvier meyer, revue par selma fakhry fourcassié et bernard wallet.

    Sur commande
  • Le mendiant

    Naguib Mahfouz

    Omar al-Hamzâwi, célèbre avocat cairote de quarante-cinq ans, marié et père de deux filles, est soudainement atteint d'asthénie. Son médecin lui conseille le repos et le sport, mais son état de santé ne cesse de se détériorer et il éprouve pour sa femme, sa profession, son mode de vie, une vive répulsion. Il finit par se retirer du monde, dans une petite cabane, s'abandonnant à ses hallucinations mystiques. Mais un vieil ami, recherché par la police, vient troubler sa solitude... Porté par une écriture à l'intense charge poétique, ce roman, qui date de 1965, clôt le cycle dit "philosophique" de Mahfouz, commencé en 1959 par Les Fils de la médina.

    Sur commande
  • L'impasse du Mortier, où l'on écrasait graines et plantes pour les pharmaciens et les fumeurs, brilla un jour dans le ciel du Caire comme un astre. De quel Caire s'agissait-il ? De la ville fatimide ? De celle des sultans ou des mamelouks ? C'est maintenant un passage, tout un monde en vérité, orné d'un café aux arabesques multicolores. Personnages de Bruegel, de Courteline et de Zola, ses habitants vivent le Moyen Age à l'heure de la Seconde Guerre mondiale : la marieuse, commère magnifique, le cafetier pédéraste et agent électoral, le faiseur d'infirmes, le dentiste profanateur de sépultures, la belle Hamida, fascinée par son souteneur... mais aussi le Sayyid Ridwâne partant pour La Mecque. C'est la cour des miracles du petit peuple du Caire.

    Sur commande
  • On commence désormais à bien connaître, en France, l'imposante oeuvre romanesque de Naguib Mahfouz, prix Nobel de littérature 1988 : plus de trente romans, dont une bonne moitié a été ou est en passe d'être traduite en français. Mais qui, en dehors des spécialistes, sait qu'il a également signé plus de deux cents nouvelles, réunies en quinze recueils, où l'on trouve quelques-unes des plus belles pièces du genre qu'ait produites la littérature arabe moderne ? Tour à tour mystiques, désabusées, absurdes, nostalgiques, réalistes, drôles, les quatorze nouvelles retenues ici offrent une vision kaléidoscopique de l'Egypte contemporaine. Choix guidé d'abord par le plaisir de la lecture, qui révèle en même temps la grande diversité thématique de l'auteur, sa maîtrise technique jamais en défaut et son étonnante capacité à se renouveler.

    Sur commande
  • "A nouveau, il respire le souffle de la liberté, mais l'air est chargé d'une poussière suffocante et d'une chaleur insoutenable. Il retrouve son complet bleu et ses chaussures de caoutchouc, mais il n'y a personne pour l'attendre. Voici la vie qui reprend son cours, voici la porte muette de la prison qui se referme sur les secrets désespérés. (...) L'heure est venue pour que la colère éclate et se consume, l'heure est venue pour que les traîtres désespèrent jusqu'à la mort et que la trahison expie le péché de sa face difforme".

    Le voleur Saïd Mahrane sort de prison. Le plan d'action établi dès les premières lignes du roman, il tentera de le mener à terme dans la fièvre du Caire, mais bientôt le hasard et son destin malheureux le rattraperont...

    Sur le mode de la trahison, Naguib Mahfouz décline les déceptions d'un homme désespéré, tout en brossant - de la femme traîtresse au sage mystique, de la prostituée amoureuse au renégat arrivé - les portraits de personnages emblématiques de son oeuvre.

    Sur commande
  • Dans une famille cairote de la petite-bourgeoisie, sous les bombardements allemands de la Seconde Guerre mondiale, les déchirements de deux frères amoureux de la même femme.

    Sur commande
  • Mystiques, intrigantes, désabusées, absurdes, nostalgiques, réalistes ou drôles, ces nouvelles de Mahfouz extraites d'une dizaine de recueils frappent par la maîtrise technique de l'auteur, par son étonnante capacité de renouvellement et par la vision kaléidoscopique qu'il offre de l'Égypte contemporaine.

    Sur commande
  • Abbas Karam, un dramaturge cairote débutant, a écrit une pièce intitulée Les Noces du Palais qui est promise à un grand succès de scandale car il y raconte à sa manière les turpitudes de sa famille.
    Quatre personnages se relaient pour apporter chacun sa version de l'histoire : l'acteur principal, amoureux de la femme de l'auteur, qui l'accuse d'avoir dénoncé à la police la vie dissolue de ses propres parents et causé la mort de sa femme et de son fils ; le père d'Abbas, metteur en scène toxicomane et véreux, qui accrédite dans ses grandes lignes la charge de l'acteur contre son fils ; la mère, caissière du théâtre, qui évoque son existence malheureuse, fustige la veulerie de son mari et n'arrive pas à croire que son fils bien-aimé ait pu la dépeindre sous des traits aussi sombres ; enfin, l'auteur lui-même qui s'applique à démêler le vrai du faux, soulignant notamment la différence entre la réalité et la fiction.

    Sur commande
  • Chimeres

    Naguib Mahfouz

    Sur commande
  • Matin de roses

    Naguib Mahfouz

    Un homme se souvient du quartier de son enfance et des itinéraires parfois douloureux d'une douzaine de familles cairotes, représentatives d'une Egypte qui n'a pas toujours su concilier authenticité et modernité.
    Des commerçants s'enrichissent pendant la Seconde Guerre mondiale, pâtissent de la révolution ou en profitent au prix des pires compromissions, pour réapparaître ensuite au sommet de la hiérarchie sociale.
    Un homme à la retraite, solitaire et amer, retrace l'histoire de sa famille et celle, tout aussi douloureuse, de la femme qu'il a jadis aimée.
    De la monarchie aux "années Sadate", toute l'histoire politique et sociale de l'Egypte du XXe siècle est condensée dans ces trois nouvelles où les temps et les espaces se chevauchent pour traduire la complexité de l'identité égyptienne, enjeu de la lutte des classes et des générations.

    Sur commande
  • La quete

    Naguib Mahfouz

    Fils unique d'une prostituée, sabir part en quête de son père et de son identité.
    Saura-t-il s'extraire de la fange, oú le métier de sa mère l'a englué ?
    Sabir est tiraillé entre un amour pur et platonique pour une journaliste et sa passion pour la propriétaire de son hôtel, une beauté sans foi ni loi qui le pousse au meurtre. il choisira le mal sans jamais renier ses responsabilités, conscient qu'à tout instant il peut prendre le chemin du bien.
    Choisir. a l'époque, celle des années 60, toute la vie politique et sociale égyptienne se joue sur le dilemme entre tradition et modernité.

    Sur commande
empty