• Cet ouvrage explore le rapport des sociétés musulmanes à la modernité à travers l'analyse des processus de sécularisation et de démocratisation saisis dans leur pluralité et dans leur complexité ; processus parfois visibles, mais le plus souvent contradictoires et difficiles à appréhender. Assurément, après plusieurs décennies de politiques de modernisation, de nombreuses sociétés musulmanes sont confrontées à une réislamisation et à un néofondamentalisme. L'interprétation de ces phénomènes, au cas par cas, pose question : s'agit-il partout d'un simple retour à un passé idéalisé, ou bien, parfois d'une recherche d'accès à la modernité par d'autres moyens que ceux de l'Occident ? La réponse est loin d'être évidente. Les chapitres de ce livre, parcourant divers pays, régions et communautés, dans une perspective théorique et comparatiste, montrent que les sociétés musulmanes connaissent des transformations sociales profondes ; leurs rapports à la sécularité et à la démocratie sont difficiles, mais sans doute pas impossibles. De cette analyse se dégagent les convergences et divergences qui soulignent bien qu'il est erroné de parler de ces pays au singulier mais qu'il convient de raisonner en termes « des mondes de l'islam » et « des islams ».

    Sur commande
  • La turquie

    Semih Vaner

    • Fayard
    • 19 Octobre 2005

    Pays-carrefour aux portes de l'Europe, la Turquie contemporaine connaît une trajectoire exceptionnelle. Héritière d'un Empire ottoman considéré un temps comme « l'homme malade de l'Europe », elle est le premier Etat musulman à entreprendre une véritable modernisation qui, sous la férule de Mustafa Kemal, n'est pas allée sans une certaine dose d'occidentalisation. En témoigne son invention d'une forme de laïcité unique en terre d'islam. Autre exception turque : une expérience démocratique précoce et néanmoins actuelle puisque le système accepte en son sein un parti d'inspiration religieuse, militant de l'adhésion à une Union européenne qui exige toutefois davantage de respect des droits de l'Homme en Turquie.
    Si le pays est pionnier en matière de démocratie autour de la Méditerranée, celle-ci se révèle néanmoins fragile, car l'armée qui a pris le pouvoir à plusieurs reprises a donné au régime une dimension autoritaire. Cela non seulement en vertu de la tradition centralisatrice de l'Etat turc, mais aussi de la priorité que l'institution militaire accordait à la sécurité nationale du fait du « séparatisme kurde ».
    La société turque compte nombre de groupes ethniques, si bien que l'identité nationale - incarnée notamment par la langue - s'est développée dans une tension permanente entre un principe d'unité promu par l'Etat et une diversité que l'on retrouve notamment dans la culture, la littérature et les arts, y compris ceux de la table.
    La diversité reflète ici le positionnement géographique d'un pays au croisement de plusieurs régions : le Moyen-Orient, la zone d'influence russe et l'Union européenne, à laquelle la Turquie désire adhérer malgré les hypothèques géopolitiques qu'auront longtemps fait peser son contentieux avec la Grèce et la question de Chypre. Allié traditionnel des Etats-Unis, la Turquie rejoindra-t-elle le giron européen au terme des négociations qui s'ouvrent aujourd'huioe La démographie turque, qui alimente déjà une forte communauté immigrée dans l'Union européenne, et l'essor de son économie - dont une partie, il est vrai, relève encore du secteur informel - seront-ils ici perçus comme des atouts ou des menaces ?

    Sur commande
empty