Diabase

  • Sur commande
  • Dans ce troisième ouvrage, Suzanne GINESTET-DELBREIL approfondit ses recherches sur les pathologies qui ne relèvent ni de la problématique des névroses ni de celle des psychoses.
    Interroger leur rapport au langage, défini par la référence à Saussure, lui permet d'analyser ainsi leurs "manières de parler". Ces fondements théoriques la conduisent à repérer ces analysants comme " non-dupes du signifiant " et à mettre au jour le fil rouge de leur structuration : une organisation psychique régie par un désaveu de la filiation paternelle qui les laisse dans l'errance. La perversion, souvent proche, peut alors être appréhendée comme "sinthome" dont la fonction consiste à bloquer l'errance et permettre, du même geste, l'émergence du sujet.
    L'écriture, par ailleurs, peut aussi jouer un rôle semblable même si la sublimation, elle, ne met pas à coup sûr le sujet à l'abri du destin d'être happé dans le champ de l'Autre, comme le montre l'étude, sur ce point, de la vie et de l'oeuvre de Sartre, Duras ou Jung. Des exemples précis et détaillés, fournis par l'expérience clinique, viennent en outre illustrer et confirmer l'élaboration théorique novatrice et, pour ainsi dire, lui donner chair.

    Sur commande
  • À travers les figures de ses père et grand-père, Geneviève Metge retrace la création, l'épanouissement et le déclin d'une fabrique de soies lyonnaises, la tragédie de la guerre, les conséquences traumatiques de la disparition d'un fils aîné en 1914, à vingt et un ans.
    Retournant sur les lieux de son enfance, l'auteure narratrice, petite-fille d'Adrien, fait revivre, dans le claquement des métiers à tisser, l'esprit bâtisseur de son grand-père, les choix de son père, le travail des femmes. De la fin du XIXème siècle à aujourd'hui, elle interroge le destin des siens et dessine « un chemin troué ».
    À la fois chronique familiale et restitution d'une époque : un témoignage sobre, pudique et émouvant.

    Sur commande
  • éloge de l'incertitude

    Gérard Premel

    • Diabase
    • 21 Juillet 2016

    « Il n'est pas de certitude qui ne soit dominante, ou n'ait vocation à le devenir. Alors que l'incertitude ne domine pas. Elle est l'espace et le temps de l'émergence, dans la conscience, d'un manque, ou d'une erreur. Elle est là où le questionnement, la quête, la recherche, peuvent prendre corps. Elle est le terreau de la fécondité. L'incertitude est cette petite voix insistante qui ne cesse de nous dire que l'univers n'est pas autre chose qu'un vaste gisement de réponses qui n'ont pas encore été trouvées par la bonne question... ».

    Gérard Prémel nous invite à une réflexion nomade sur le sujet de l'incertitude. Avec liberté et acuité, il pose des interrogations que chaque lecteur peut faire siennes tant elles sont au coeur de notre existence

    Sur commande
  • La raison d'être essentielle de ce texte est l'établissement de l'étiologie de la
    psychose qui se révèle n'être ni organogénèse ni psychogénèse. Pour ce faire, Alain MANIER, psychanalyste, réfléchit à partir des problèmes qu'il a rencontrés dans sa pratique hospitalière, en s'appuyant sur l'apport des théories de FREUD, LACAN, SAUSSURE, BACHELARD et CANGUILHEM.

    Sur commande
  • A Siorapaluk, dans le village le plus septentrional du Groenland vivent soixante Inuit.
    Jocelyne OLLIVIER-HENRY vient s'y installer dans une cahute rudimentaire, seule femme occidentale à séjourner à 78° de latitude nord. Une petite île de Bretagne a bercé sa jeunesse et lui a offert cet horizon lointain qui nourrit déjà ses rêves. Professeur d'éducation physique à 21 ans, elle part en Finlande, à Helsinki puis dans une famille lapone au nord du cercle polaire. Coup de foudre ! Elle abandonne son métier pour se consacrer à l'étude des peuples de l'arctique.
    Après plusieurs séjours en Laponie puis dans le grand nord canadien, elle gagne le Groenland et vit avec des communautés Inuit. Durant sept ans, elle se familiarise avec leur dialecte et leur histoire. Partage leurs difficultés et leurs joies. Redécouvre l'hospitalité, la solidarité et l'humour. Adopte leur mode de vie, leurs techniques de chasse et de pêche, apprend à conduire un attelage de chiens, à fabriquer ses propres vêtements, ses armes, sa nourriture.
    Et devient l'une des leurs. C'est cette aventure unique, où bonheurs et périls s'entrecroisent, que cette femme d'exception nous fait partager avec simplicité et émotion dans Sila Naalagaavoq.

empty