Les Éditions du CRAM

  • Comment vivre en devenant plus humain, ? Vvoilà l'objectif de cet ouvrage. Le destin de l'homme et de la femme est de chercher le mieux-être et le bonheur. Les épreuves, la maladie et la souffrance nous ramènent à l'essentiel car elles et nous obligent àfont découvrir les valeurs qui peuvent encore donner un sens à notre vie. Tel le lotus aux pétales éclatants se nourrit de vase, nous faisons de même car notre passé est notre terreau. Tôt ou tard, il nous faut rentrer chacun chez soi, avec plus de vérité et de légèreté, en savourant les moments précieux de notre existence. En quittant profession, métier, occupation, nous sommes tous invités à vivre davantage à l'intérieur de notre Être . C'est l'époque deen vue de la récolte, au terme des saisons de notre vie. Il faut déposer notre ego pour mieux nous connaître. Ainsi, laLa retraite n'est donc pas le signe du retrait ou du renoncement àe la démission de notre vie. Bien au contraire. La retraite Elle est un temps pour, enfin, entreprendre notre pèlerinage intérieur - notre par lequel nous apporterons notre contribution à l'hHumanité.

    Professeur de gérontologie, spécialiste de la relation d'aide, Valois Robichaud collabore par ses travaux à la recherche et à l'enseignement à l'Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick, Canada. Au sujet de sa propre retraite, il s'exprime en ces termes convaincants : « J'ai la joie de vivre mes journées avec plus de liberté car je deviens plus conscient de qui je suis. Cependant, je demeure lucide : Or, les tempêtes de la vie ne me seront pas épargnées. Je les vivrai debout dans ma barque, encouragé par les vents favorables de l'amitié et de la solidarité. Je risquerai alors de m'aventurer dans ma vie sur des terres inconnues... »


    J'ai la joie de vivre mes journées avec plus de liberté car je deviens plus conscient de qui je suis. Or, les tempêtes de la vie ne me seront pas épargnées. Je les vivrai debout dans ma barque, encouragé par les vents favorables de l'amitié et de la solidarité. Je risquerai alors d'aventurer ma vie sur des terres inProfesseur de gérontologie, spécialiste de la relation d'aide, Valois Robichaud collabore par ses travaux à la recherche et à l'enseignement à l'Université de Moncton, au Nouveau-Brunwick, Canada.

  • En 2016, Guylaine Champagne apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du poumon de stade 4. Inopérable et incurable. Comment vit-on au quotidien avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête?

    Après le choc et les questionnements, elle choisit de faire face à la maladie. Écoutant avec confiance sa voix intérieure, elle reçoit les traitements traditionnels proposés et s'investit dans diverses méthodes alternatives. Sept mois plus tard, on lui annonce une rémission partielle inespérée. Malgré tous ces efforts, la maladie revient. Le chemin est tracé. S'amorcent alors le processus de fin de vie et « son retour vers les étoiles ».

    Avec ce témoignage livré dans ses journaux intimes, l'auteure se dévoile dans toute sa vulnérabilité et son authenticité. Elle nous touche et nous inspire une réflexion sur le sens profond de la Vie au-delà de la maladie.

    Guylaine Champagne a le don d'ouvrir notre coeur à l'Amour, à la Paix et à la Foi. Simple et profond, son livre est un baume d'espoir qui nous convie avec douceur et humour au meilleur de nous-mêmes.

  • Aujourd'hui, il est facile de mal traiter nos enfants. La nouvelle race d'êtres humains que nous avons mise au monde souffre de toutes sortes de maux que l'on camoufle derrière des étiquettes et par la prise de médicaments. On ne protège plus nos enfants contre les principaux responsables de leur maltraitance : les jeux vidéos qui abrutissent nos garçons, la malbouffe, la garde partagée pour les petits, la césarienne sur demande comme moyen de naissance, l'utilisation précoce du service de garde, l'école axée sur la performance, les mouvements pédophiles représentés par les plus grandes mafias du monde, etc.

    D'ailleurs, la plupart des décisions éducatives et parentales se prennent en fonction de l'intérêt du parent plutôt que pour le bien de l'enfant. Ainsi, de façon générale, les enfants souffrent d'un déficit de développement parce qu'ils ne bénéficient pas des conditions pour se développer sainement.

    Il manque à l'enfance une culture de l'être, un espace où pourrait s'étayer la vie imaginaire et intérieure. Dans son ouvrage, Chantale Proulx fait valoir la relation d'amour parent-enfant et les besoins spécifiques des petits.

  • « Je suis autiste. J'ai le syndrome d'Asperger. Si vous me croisez dans l'autobus ou dans une boutique, vous n'en saurez rien. J'ai l'air d'une fille tout à fait normale. C'est à l'intérieur que c'est le chaos. »
    Alice, autiste-Asperger, souhaite ardemment être - et vivre - comme tout le monde. Elle lutte pour y arriver, mais très vite, elle devra livrer son vrai combat : accepter sa condition. Elle avait peur de traverser la rue, et pourtant elle réussira à faire un voyage en solitaire jusqu'en Inde. Sa quête? La liberté - son « indépendance ». Alice est un miroir de chaque lecteur. Lorsque l'être humain comprend la vie, il peut la transformer en victoire. Alice profitera des précieux enseignements d'un sage rencontré en Inde et reconnaîtra que, sans sa condition, elle n'aurait jamais connu cet éveil.

  • Éduquer un être humain pour le rendre heureux, c'est lui apprendre à être lui-même, à être en relation avec les autres, à être créateur de sa vie, de ses rêves et du monde. Écrit pour les parents et les éducateurs de tous les milieux par une spécialiste des relations humaines, ce livre se veut surtout un guide pratique qui fournit aux parents et aux enseignants des moyens concrets et réalistes d'accomplir leur mission auprès des éduqués.
    Enfin, un auteur qualifié et d'expérience qui accorde à ceux qui sont au coeur de la relation éducative la place qui leur revient véritablement dans la société. L'auteur reconnait dans ce livre l'importance de leur rôle comme facteur premier d'évolution de l'humanité. Aussi, considère-t-elle qu'il est grandement temps qu'on valorise les parents et les enseignants et qu'on leur fournisse les ressources dont ils ont besoin. C'est pour eux qu'elle a écrit ce livre qui n'est pas un ouvrage théorique ni scientifique, mais une oeuvre sensible et profondément humaine. Ce guide rejoint le coeur de chacun de ceux qui sont aux prises avec la réalité de la vie éducative dans la famille et à l'école et reconnait la valeur de leur expérience quotidienne.
    Éduquer pour rendre heureux est un livre d'espoir qui entraine le parent/éducateur sur des chemins réalistes et efficaces pour qu'il puisse lui-même trouver le bonheur en éducation et pour qu'il le partage.

  • L'auteure adhère à la valeur du travail interdisciplinaire et c'est dans cette optique que son ouvrage propose au lecteur une nouvelle façon de penser le TDAH et lui présente de nouvelles pistes de solutions efficaces à investir.

  • La culpabilité n'est pas ce que l'on croit.
    Ce livre invite à déculpabiliser la culpabilité et à en faire une étape normale dans un parcours de vie.
    Des cas cliniques et des entretiens psychanalytiques illustrent six attitudes-types de culpabilité : imposer, oublier, aveugler, induire, jalouser, se prendre pour.
    Chez José, chez Maria, chez Valéria, Léonardo ou Pierre, sont à l'oeuvre autant de mécanismes de désunion entre la vie sexuelle et la vie spirituelle.
    Très souvent, on constate dans la psychopathologie mentale et somatique de la culpa- bilité, une juxtaposition de ces deux vies. Dans l'excès ou dans le manque.
    Par oubli, par injonction ou par interposition de frontières.
    Sortir de la culpabilité, tel est l'enjeu de chacun d'entre nous.
    L'un des intérêts de cet ouvrage est aussi le dialogue entre les deux auteurs :
    Bernard Herzog, ancien professeur de médecine, psychanalyste, spécialiste ayant fait de la culpabilité son étude de prédilection depuis près de cinquante ans propose des pistes d'étude allant jusqu'à relier la biochimie aux attitudes. De son côté, Christine Herzog, psychanalyste-interprète, se met en osmose avec son sujet pour comprendre les cheminements labyrinthiques et trouver les issues.
    Sur ce thème de la culpabilité, l'harmonie d'une voix féminine et d'une voix masculine sont gage d'approfondissement pour une vision renouvelée.
    Cette démarche est volontariste et endogène: il s'agit de retrouver en soi les res- sources pour se réconcilier avec soi-même. Et plus généralement pour reconsidérer notre vision moderne du couple et de l'amour.
    Cerner la culpabilité permet de mieux vivre l'amour. Un rêve réaliste.

  • L'auteure adhère à la valeur du travail interdisciplinaire et c'est dans cette optique que son ouvrage propose au lecteur une nouvelle façon de penser le TDAH et lui présente de nouvelles pistes de solutions efficaces à investir.

  • La valeur du respect fait l'unanimité. Pourtant, à l'aube de ce nouveau siècle, après avoir rejeté avec légitimité certaines valeurs de l'autoritarisme puis avoir testé celles qui ont mené au règne des enfants-rois, beaucoup de parents, d'enseignants et d'éducateurs se retrouvent démunis dans leur quête d'une relation empreinte de respect avec leurs enfants, leurs adolescents ou leurs élèves.

    Pourquoi certains éducateurs se font-ils respecter alors que d'autres n'ont pas cet impact, se font ridiculiser, ignorer et même attirent de l'irrespect ? Comment inspirer le respect de nos enfants et leur transmettre?

    Le respect ne s'impose pas. Il s'attire. Il ne résulte ni d'une prise de pouvoir sur l'autre ni d'un laisser-faire total au nom de la liberté mais d'une capacité pour le parent-éducateur à s'assumer dans son rôle de leader dans le respect de l'enfant et dans le respect de lui-même.

    Les parents sont souvent dépourvus dans leur quotidien pour intégrer le respect dans la relation éducative. Écrit par une spécialiste du sujet qui est également mère de 5 enfants, ce livre apporte une vision nouvelle, réaliste et applicable de la relation parent-enfant et propose des moyens concrets pour vivre une relation de plaisir, d'amour, de paix et de respect réciproque avec les jeunes.

  • "Guide de l'écrivain et du scénariste" s'adresse à tous, quel que soit votre niveau de scolarité. Le futur écrivain ou la future écrivaine découvrira les règles d'or de la rédaction d'un roman ou d'un scénario.
    Comment aiguiser votre sens de l'observation? Comment développer un sujet et construire une histoire? Comment donner vie à vos personnages? Comment décrire des atmosphères en y ajoutant des odeurs, des sons, des couleurs, de la sensibilité, de la magie et de l'intensité dramatique? Comment présenter un manuscrit ou un scénario? Comment vous faire éditer?
    "Guide de l'écrivain et du scénariste" répond à toutes ces questions et bien plus. Nadège Devaux partage avec vous son expérience et sa passion en vous accompagnant dans votre voyage au coeur des mots, étape par étape.
    Et qui sait? Peut-être deviendrez-vous un auteur à succès grâce à L'ABC de l'écrivain et du scénariste, car tout est possible dans l'univers de l'écriture.

  • Docteur en gérontologie sociale, l'auteur aborde la question du soin relationnel prodigué par les soignants à l'adulte âgé vivant chez lui ou en maison de soins de longue durée.
    Il propose aux soignants, quels qu'ils soient, un guide psycho-gérontologique qui les éclaire et les soutient dans leur travail quotidien et qui se résume par cette recommandation fondamentale : accompagne l'autre pas à pas et reconnais-le dans sa dignité par la qualité de ta présence.
    Il croit que l'amour de soi et de l'autre est la première compétence pour intervenir authentiquement auprès du malade.
    Enfin, la présence devient thérapeutique pour quiconque croit dans l'inaltérable potentiel de la personne humaine.

  • La peur du vieillissement, unique antichambre et première étape vers l'euthanasie, est caractéristique d'une génération qui refuse toute forme d'impuissance, de dépendance et de faiblesse ; elle refuse surtout cette incapacité radicale face à la mort qui lui vole insidieusement sa croissance, sa pleine conscience et sa totale liberté. La génération toute puissante des baby-boomers crie son mal-être !

    Le droit de décider de notre mort diminue-t-il vraiment notre angoisse existentielle ?

    « Je crois que la personne qui demande l'euthanasie est une personne qui n'en peut plus ; il lui manque l'espoir, l'amour, la main tendue, les soins appropriés, en somme une "résilience d'amour" qui la relie aux siens, au monde et à son histoire. Il faut à tout prix accueillir, écouter et soulager la "personne" et non pas une douleur, un symptôme, un patient. »

  • Les parents font souvent miroiter à leurs enfants que leur entrée à l'école sera le plus beau jour de leur vie, qu'ils s'y feront des amis et découvriront une nouvelle famille ; pourtant, si certains seront effectivement ravis, adulés, admirés et entourés, d'autres seront étiquetés, ostracisés, oubliés ou même rejetés.
    Plus tard, l'étudiant entre à l'université, de son propre chef ou influencé par son entourage, à la recherche de sa place dans un monde en mutation. Qu'il persiste ou qu'il abandonne en cours de route, chacun est ou a été en attente de l'enseignant, du professeur, du maître, qui éclairera le chemin sur lequel il s'engage, en quête de sa propre vocation. Ce maître saura-t-il reconnaître son unicité et sa différence? Respectera-t-il son rythme de développement? Lui ouvrira-t-il les portes de la connaissance, de soi et de son univers?
    Comment le maître peut-il rejoindre l'élève laissé pour compte, étiqueté, mésadapté?
    Ce livre, écrit par un grand pédagogue et enseignant répond à ces questions, et à bien d'autres, avec empathie, dans un grand souci d'humanisme et de justice.
    Enseigner l'espoir, c'est croire et transmettre que tout être humain a la capacité d'aborder sa mission, aussi simple soit-elle; c'est rejeter les normes qui discriminent les « bons » des « moins bons », les « forts » des « faibles ».

  • «Alice était venue me consulter une soirée d'automne 1989. Elle donnait l'impression d'une personne sympathique, voire chaleureuse, très charpentée. Elle se préoccupait peu de son apparence et d'elle-même. Rapidement, je me rendis compte que derrière cet aspect "mère protectrice", se cachait un être sensible, craintif, glissant entre deux eaux, bref un vif argent glouton. Elle était traumatisée mais émanaient d'elle une for- me de générosité et comme une offrande sacrificielle.»
    La méthode développée par le professeur Herzog a le mérite d'être inno- vante, jouant sur plusieurs tableaux, en particulier l'analyse fouillée des rê- ves. L'originalité de cette psychanalyse, présentée séance par séance, est de mettre en valeur les potentialités d'un être qui va se révéler un thérapeute d'exception. Alice, qui vit un lourd contentieux avec sa mère, soufre d'obésité et de nombreuses somatisations. Elle développe peu à peu sa médiumnité, ses facultés d'analyse, soulage ses maux, s'allège. La psychanalyse d'Alice convie le lecteur à une formidable plongée au coeur de la psyché humaine.

  • Ce livre a été écrit spécialement pour tous les amoureux du monde, pour les couples, pour ceux qui éprouvent un grand besoin d'amour et une soif énorme de liberté. Il s'adresse particulièrement à toutes ces personnes qui hésitent à s'engager dans une vie amoureuse de crainte de perdre leur précieuse liberté d'être ce qu'ils sont, cette liberté de vivre en accord avec leurs valeurs et leurs priorités.
    Le présent ouvrage contient des éléments susceptibles de guider concrètement et efficacement ceux qui veulent vivre intensément sans se perdre dans l'être aimé. Le lire, c'est se donner la possibilité d'accéder à un amour profond, durable et authentique sans sacrifier sa liberté.

  • Qu'est-ce qu'est l'ego? Comment se construit-il, de l'enfance à la vieil- lesse ? Est-il plus souvent un ennemi ou un allié de la croissance ? Doit- on l'apprivoiser? Y a-t-il un risque à le rejeter? Est-ce que l'ego condi- tionne la personne à vivre sa vie d'une manière pathologique, retardant ainsi son épanouissement et l'accès aux petits bonheurs et à la joie de vivre ?
    Valois Robichaud nous fait prendre conscience de notre chemin d'hu- manité, dans des mots qui nous parlent, avec des images simples, des exemples concrets dans lesquels nous pouvons nous reconnaître. Il nous dit aussi : «Il se produit une conversion pour une véritable spiritualité du coeur, lorsque l'entrée du jardin est dégagée de la tutelle de l'ego. »
    En toute vérité et en toute humilité, il nous invite à envisager un chemin vers la sérénité, chemin qui se simplifie avec le grand âge, mais qui n'est pas sans défis ni sans projets ! Il nous convie, par de petits exercices, à entrer en nous-mêmes et à découvrir les richesses insoupçonnées qui nous habitent et qui demandent à venir à la lumière, quelles que soient nos limites et nos fragilités en vieillissant.

  • Ce nouvel ouvrage de Louise Racine sur la « mission de vie », que l'endeuillé doit maintenant choisir et préciser, afin de « boucler » harmonieusement son processus de guérison d'une perte, suite à un deuil, une séparation, une maladie, un écueil relationnel ou une dépression. Bien qu'il constitue une suite logique aux deux ouvrages précédents (Le deuil, une blessure relationnelle et Le deuil, accepter, laisser partir et choisir la vie), ce livre peut très bien se lire de façon autonome, et intéressera toute personne intéressée par la recherche de sens, en quête de sa propre mission de vie.

  • Pendant plus de vingt-cinq ans, Julie de Belle a enseigné dans divers milieux au Québec, mais aussi dans le Grand Nord et en Chine, tant du côté anglophone que franco- phone - au primaire, au secondaire et au collégial. Elle nous propose un passionnant tour d'horizon de ce qu'on appelle le monde de l'éducation, soulignant les avantages et les désavantages d'un système en souffrance dans lequel enseigner se résume parfois à en saigner...
    Un livre-confidence truffé d'anecdotes et de descriptions palpitantes : situations réelles, conversations entre collè- gues, difficultés diverses des étudiants, abus de pouvoir de certaines directions, moments marquants de l'histoire de l'éducation au Québec, comme le boycott étudiant de 2012.
    Une irrésistible invitation à enfin pénétrer les coulisses de l'enseignement - un portrait de l'éducation plein d'humour, de tendresse et de chagrin.

  • Un ouvrage d'une grande ouverture et d'un abord simple et chaleureux, qui s'adresse à la personne endeuillée, qui vit une perte ou une séparation, aux personnes qui l'entourent dans ce « passage obligé », aux intervenants en relation d'aide, au personnel professionnel et aux bénévoles qui accompa-gnent les endeuillés. Le lecteur y retrouvera de nombreuses « paroles d'endeuillés » dans lesquelles il se reconnaîtra, et une forte dose d'empathie qui lui donnera l'espoir et la force de dénouer l'impasse d'un deuil récent ou non résolu.

empty