Lienart

  • Cet ouvrage propose d'explorer une image méconnue de Napoléon Bonaparte. Loin des champs de bataille et des cérémonies officielles, il met en lumière une face plus intime de l'empereur, dont la famille, les amis et les convictions forgeront la personne publique, puis la légende. Peintures, gravures, caricatures, livres, objets... brossent le portrait d'un homme et nous font pénétrer dans l'intimité du couple impérial, et plus largement dans l'intimité du cercle familial. Mariage, divorce, remariage, enfants, fille de coeur, succession au trône... autant de facettes de la vie intime de Napoléon I er ainsi dévoilées. Ici, le héros ne pose pas pour la postérité, il se donne à voir en papa-poule, en beau-père aimant, en mari attentionné...

    Sur commande
  • En mai et juin 1717, Pierre le Grand séjourne à Paris, dans ses alentours et en particulier au château de Versailles. De nombreux mémorialistes français, parmi lesquels Saint-Simon, le marquis de Dangeau ou Jean Buvat, nous ont laissé de précieux témoignages permettant de retracer pas à pas cette visite qui, pour être officielle, n'en fut pas moins libre.
    Force de la nature, imprévisible et peu façonné à l'étiquette, Pierre I er bouscule le protocole à maintes reprises. Sa rencontre avec Louis XV marque d'ailleurs les esprits : faisant fi du cérémonial de cour, il prend dans ses bras, en un geste spontané, l'enfant roi, tout juste âgé de sept ans.
    Si ce séjour a des visées politiques et économiques, le tsar réformateur, fondateur de la Russie moderne, veut par-dessus tout voir ce que la France possède de plus remarquable et en adapter certains modèles à son propre empire.
    Les peintures, sculptures, tapisseries, mais aussi plans, médailles, instruments scientifiques, livres et manuscrits, dont plus de la moitié issus des collections du prestigieux musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, présentés ici sont autant de témoignages de l'intérêt du tsar, homme des Lumières, porté aux arts, aux techniques et aux sciences. Il révèle aussi une véritable passion pour l'architecture et les jardins dont ceux des châteaux de Versailles, de Trianon et de Marly lui fournissent les plus beaux modèles.

    Sur commande
  • Etude historique sur le camp de Rivesaltes au cours de la Seconde Guerre mondiale. Avant de devenir en 1942 un camp de rassemblement des Juifs de toute la zone libre, il servit de centre d'hébergement aux étrangers de toutes les nationalités. Retraçant l'histoire du lieu, l'auteur dresse une liste exhaustive des déportés juifs du camp et une autre des internés juifs décédés au camp.

    Sur commande
  • Etude historique du camp militaire Joffre de Rivesaltes, destiné au cantonnement et à la formation des troupes avant de devenir un camp d'internement en 1942. Ce volume reconstitue les origines et la construction de ce lieu à travers une chronologie de son emploi militaire.

    Sur commande
  • « VARIA », autrement dit, « varié », « divers ».
    Varia , parce que les oeuvres présentées le sont, bien sûr, mais aussi parce que l'exposition elle-même incarne un pas de côté dans un univers artistique différent de celui habituellement montré par la galerie Laurent Strouk : Pop art, Figuration narrative, Figuration libre et Nouveau réalisme.
    Avec des oeuvres de Davide Balula, Brian Calvin, Radu Cioca, David Malek, Mathieu Mercier, Olivier Mosset, Kaz Oshiro, Virginia Overton, Bruno Peinado, Adam Pendleton, Gérald Petit, Sylvain Rousseau, Chris Succo, Vincent Szarek, Blair Thurman, Morgane Tschiember, Ida Tursic & Wilfried Mille, Sebastian Wickeroth et Peter Zimmermann.
    76 pages dans lesquelles la fi guration côtoie l'abstraction, la couleur répond aux monochromes, la peinture s'invite auprès de la sculpture, la poésie dialogue avec la géométrie... 76 pages qui dressent un panorama de la scène artistique, française et internationale, contemporaine, dans toute sa richesse et sa diversité.

    Sur commande
  • Catalogue consacré à André Warnod, dessinateur, qui rapporte son expérience de la Première Guerre mondiale à travers plus de 400 dessins et des lettres, envoyées du front à sa fiancée. Il s'agit d'un témoignage sur quelques épisodes de la guerre : le départ, la vie dans les camps de prisonniers en Allemagne, l'émotion du retour, etc.

  • 2 août 1914, Pierre Dumarchey, dit Mac Orlan, reçoit son ordre de mobilisation. Sa jeune carrière littéraire est brutalement interrompue. Il rejoint le 269e Régiment d'infanterie. Le front. Les combats se succèdent, en Lorraine, en Artois, à Verdun et enfin dans la Somme où il est blessé. Réformé en décembre 1917, il termine la guerre comme correspondant aux armées. Mais la réalité de ces années d'horreurs, de souffrances et d'éloignement le marque de manière indélébile. En témoigne la correspondance simple et émouvante entretenue avec sa jeune épouse. Les retranscriptions de ces nombreuses cartes postales et lettres constituent le fil rouge de ce récit et restituent la guerre vécue par Mac Orlan, son histoire intime, son sentiment intérieur qui fonda plus tard son style littéraire, qualifié de « fantastique social ».
    Au-delà des faits, elles disent aussi la sensibilité d'un écrivain, plongé dans un événement, qu'il disait impossible à raconter à ceux qui n'y avaient pas participé. Et pourtant, il s'y essaya à plusieurs reprises : des extraits de ses écrits, "Les Poissons morts", "Verdun", "Dans les tranchées"... émaillent l'ouvrage.
    Biographique et lyrique, "L'Indicible Guerre" est enrichi de nombreux documents d'archive, pour beaucoup inédits, comme son album photographique, nouvellement restauré. Après-guerre, Mac Orlan regroupe dans cet album une centaine de photographies. Quelques-unes prises par lui-même, d'autres par ses compagnons de guerre. Sélectionnées, agencées, collées, parfois légendées, elles disent la valeur affective que l'écrivain leur accordait, son expérience personnelle et touchante de la Grande Guerre.

    Sur commande
  • Résistants de la première heure, Joseph (né en 1886) et Marie (née en 1905) Hackin sont, avant tout, de grands savants. Ils se rencontrent à Paris au milieu des années 20 alors que Joseph est conservateur du musée Guimet. Leur parcours est étroitement lié à l'ouverture à la France des fouilles sur le territoire afghan et à l'histoire de la Délégation archéologique française en Afghanistan, dont Joseph est un des pionniers puis le directeur de 1934 à 1940.
    Ensemble, en l'espace de onze ans, ils effectuent quatre missions archéologiques. Leurs recherches sur l'art oriental, bouddhique, sassanide et indien et leurs découvertes sur la rencontre des arts eurasiatiques entre la Chine, l'Inde et la Grèce est d'une grande importance.
    Leur personnalité, leur vie romanesque, leur riche carrière professionnelle ainsi que l'importance de leur rôle respectif dans les premiers mois de la France libre sont ici mis en lumière.

    Sur commande
  • Après le rappel du déroulement de la bataille de Waterloo, l'ouvrage met en lumière l'inversion très rapide du sentiment de défaite à la gloire des armées françaises, et l'éclatement de la mémoire autour de la figure de l'empereur Napoléon Ier. Avec une vision artistique contemporaine en soixante-dix dessins.

  • être femme sous louis XIV

    Collectif

    • Lienart
    • 8 Octobre 2015

    Quels sont les différents aspects de la condition féminine à l'époque du Roi Soleil ? Reines, princesses, favorites, quel peut-être leur pouvoir sur la scène politique ? La présence des femmes à la cour sous Louis XIV a-t-elle modifié la civilisation de ce microcosme et influencé la société ? Quelle était la mode vestimentaire ? Autant de questions auxquelles l'ouvrage tente d'apporter un éclairage à la lumière d'une riche iconographie : peintures, gravures, livres...
    (prêts du château de Versailles, du musée du Louvre, du musée Carnavalet, de la Bibliothèque nationale de France...). Au XVIIe siècle, la femme demeure juridiquement un être faible soumis à l'empire de son corps. Ce siècle est cependant propice à des questionnements qui valorisent les femmes : dans les milieux intellectuels, des femmes prennent la plume, ou bien nourrissent un désir d'éducation. La préciosité est le premier phénomène féministe à apparaître, parfois soutenu par des hommes.
    La spiritualité française vit alors un grand dynamisme et les femmes s'impliquent de multiples façons. Réformatrices, grandes abbesses, fondatrices de congrégations, femmes engagées, religieuses et laïques contribuent à diffuser les idées dans la contre-réforme jusque dans la cellule familiale.

  • Aucun des pays qui entre en guerre en 1914 n'avait prévu le rôle décisif qu'allait jouer l'artillerie, et pourtant .. . Très vite, la guerre de position change la donne, obligeant les belligérants à s'adapter tant sur le plans tactique que technique et industriel. 1 milliard d'obus, des millions d'hommes revient sur l'évolution de cet armement incontournable entre le début et la fin du conflit.
    Le regard porté sur ces événements centenaires, mais qui résonnent toujours aussi dramatiquement aujourd'hui, est résolument humain:
    Ce sont des ingénieurs qui sont à l'origine ces évolutions techniques, des ouvriers qui les ont fabriquées, des artilleurs et des soldats qui les ont utilisées en première ligne, mais aussi des civils qui en ont été les victimes. Les théâtres de ces opérations portent encore les stigmates de ce déluge d'acier sans précédent. Sur ces territoires dévastés, défigurés, pollués, les services de déminage ont retrouvé plus de 300 tonnes de munitions.
    À l'occasion de l'exposition 1 milliard d'obus, des millions d'hommes, le musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux ouvrira ses réserves et les musées de l'Armée à Paris et de l'Artillerie à Draguignan prêteront des objets rarement vus du public.

    Sur commande
  • Napoléon stratège

    Collectif

    • Lienart
    • 12 Avril 2018

    S'interroger sur le stratège que fut Napoléon I er c'est se demander ce qu'est la stratégie. Si le mot recouvre quantité de domaines - le politique, l'économie, la fi nance, la communication ou le militaire -, il se réfère toujours à l'aptitude à préparer une action, à penser avant d'agir, à maîtriser une situation que l'on entend modifi er à son avantage. Il est intimement lié au pouvoir et au génie de celui qui l'incarne.
    Pour comprendre pourquoi le nom de Napoléon fait encore référence dans les écoles de guerre comme sur le terrain, il faut suivre la formation de Bonaparte, se demander ce que le génie du stratège doit à un talent inné, comme ce qui relève d'une facul- té acquise et cultivée, liée à une époque et à des circonstances. Montrer l'homme à l'oeuvre, son incessante curiosité, sa volonté de contrôle, expliquer les enjeux et le déroulement des campagnes, analyser, au coeur de l'action, ses plus célèbres batailles, son extraordinaire capacité d'organisation et celle de son état-major, tel est l'enjeu de cet ouvrage.
    Napoléon est le plus souvent décrit comme un génie victorieux, alors même que c'est sur le champ de bataille qu'il a perdu, et que ses victoires indiscutées couvrent à peine quinze de ses vingt-deux années de carrière. Afi n de résoudre ce paradoxe, il faut alors se pencher sur ceux qu'il a affrontés, battus et à qui il a, indirectement, enseigné l'art de la guerre, favorisant leurs propres victoires qui furent ses défaites, de mettre en lumière les points faibles du dispositif qu'il a lui-même mis en place.
    Enfi n, la transmission de la pensée stratégique de Napoléon est vue au travers du regard de ceux qui l'ont étudié et commenté, mais aussi au travers des actions de ceux qui s'en sont inspirés pour entrer à leur tour dans l'histoire.

empty