Le service public et l'exigence de qualite - tome 52 - vol52

À propos

['] Sans doute, le service public est-il tenu d'être de qualité mais ne s'agit-il pas là d'une évidence, voire d'un truisme ? ['] Impératif axiologique commandant la légitimité des services publics, la qualité ne présenterait aucun des attributs permettant de l'élever à la hauteur d'un principe juridique: le flou entourant sa définition, l'ambivalence de son contenu, l'absence d'instruments précis de mesure excluraient toute possibilité de traduction en termes juridiques, tout processus de juridicisation. Comment dès lors bâtir une thèse sur une notion fluide, mouvante, insaisissable, chargée de jugements de valeur et porteuse d'effets de légitimation. [']La démonstration effectuée séduit par sa rigueur et sa cohérence. La démarche inductive suivie permet de progresser pas à pas, en remettant en cause beaucoup d'idées reçues: l'idée que la démarche qualité révélerait un mouvement de banalisation de la gestion publique (la thèse montre au contraire qu'elle a des implications spécifiques pour les services publics). l'idée que la démarche qualité mettrait en cause la rationalité juridique commandant la gestion publique (la thèse montre au contraire qu'elle ne se situe pas, ou plus, en marge du droit). Au-delà de ces apports, le travail offre un terrain de choix pour analyser le processus de construction des catégories juridiques: on voit comment un principe managérial, conçu en fonction de l'évolution du contexte socio-économique, va être progressivement saisi par le droit, comment il sera lui-même phagocyté par l'empreinte de la rationalité juridique et comment il contribuera en retour à faire évoluer le droit existant. il souligne aussi la logique d'interaction qui existe désormais entre les ordres juridiques interne et externe. On peut sans doute ne pas partager toutes les conclusions de l'étude. le thème de la qualité ne reste-t-il pas porteur de trop d'incertitudes, de potentialités différentes, voire de contradictions (le souci de rapidité n'est-il pas par exemple antinomique avec l'exigence de qualité des prestations) pour être érigé en principe à l'aune duquel l'action des services publics sera évaluée et éventuellement sanctionnée ? Lucie Cluzel reste suffisamment nuancée dans ses analyses pour éviter tout schématisme: la structure même de l'argumentaire permet au demeurant de s'arrêter à l'une des étapes de la démonstration, sans suivre l'auteure jusqu'au bout de son raisonnement. et ce n'est sans doute pas le moindre mérite du travail que de laisser ainsi ouvert le champ des interprétations.Prix de thèse de l'Université Panthéon-Assas (Paris II)



Rayons : Entreprise, économie & droit > Droit > Droit public

  • EAN

    9782247066247

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    635 Pages

  • Longueur

    23.8 cm

  • Largeur

    15.8 cm

  • Épaisseur

    3.5 cm

  • Poids

    990 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty