Récit de Saint-Pétersbourg

À propos

" Il existe une ville de Pétersbourg, ou Saint-Pétersbourg, ou encore Piter (ce qui revient au même). " Pétersbourg, le roman d'Andreï Biely, qui commence avec cette phrase, est une des grandes sources d'inspiration du Récit de Saint-Pétersbourg de Boris Pilniak - une autre étant l'Antéchrist Pierre et Alexis, de Merejkovski. Pétersbourg, ville mythique, thème majeur de la littérature russe ! Boris Pilniak écrivit cette nouvelle en 1921. Elle fut publiée à Berlin, où il se trouvait alors, en même temps que L'Année nue et Le Mélampyre, deux autres oeuvres majeures de cette période. C'est un collage d'éléments à première vue disparates. " La révolution, disait Pilniak, crée un nouvel art littéraire. Dans le récit, elle contraint à disloquer la fable, à écrire selon le principe des changements de plan. " Nous changerons donc de lieux et d'époques : Russie du début du xviiie siècle, Chine ancienne, Chine révolutionnaire du début du xxe siècle ; nous changerons de héros : Pierre le Grand, un Chinois, la statue du Commandeur, le révolutionnaire Ivan Ivanovitch Ivanov, son frère, Russe blanc émigré, une certaine Lise, etc. ; nous changerons même de langue (russe archaïque, ou encore contaminé par le chinois). Pilniak " sentait " l'ancienne Russie dans la nouvelle. Le côté " chronique historique " lui permet de mener une charge violente contre le présent : sa cruauté, le caractère mortifère du pouvoir (dont il sera finalement victime). Mais sa passion pour l'histoire le conduit au-delà de l'histoire, jusqu'à en faire surgir son contenu mythologique - qui est de tout temps, donc aussi du nôtre. Pilniak avait accueilli favorablement la révolution : il fut arrêté et fusillé en 1937.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782354060411

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    115 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Boris Pilniak

Né en 1894, sur les bords de la Volga, Boris Pilniak accueille d'abord avec ferveur la révolution. Puis, dans les années trente, il est amené à haïr l'atmosphère conformiste et oppressive qui s'installe en Russie soviétique. Accusé, en 1937, d'espionnage au profit du Japon, il est arrêté et disparaît. Il sera fusillé, semble-t-il, quelques années plus tard dans l'Oural.
De Boris Pilniak, L'Age d'Homme a publié ses Récits anglais, Une femme russe en Chine, Les Chemins effacés, Ivan Moskva et Ivan et Maria.

empty