à perte d'âme

à perte d'âme

À propos

Dans ses guerres coloniales, la France n'avait jusque là envoyé au combat que des soldats de métier, des hommes aguerris et volontaire. Mais dans les années cinquante, lorsque débuta la tristement célèbre "Guerre d'Algérie", les gouvernements décidèrent d'employer, pour des opérations de "maintien de l'ordre", des jeunes appelés du contingent. Pourquoi ? Sans doute par manque d'effectifs suffisants. Les Américains firent la même erreur avec le Viêt-Nam. Et des milliers de jeunes gens, français ou américains se trouvèrent plongés dans l'enfer des combats, dans des pays qu'ils ne connaissaient pas. Yves Salvat fut l'un de ceux-là. Pendant vingt-huit mois. Et, comme beaucoup, il en est revenu brisé moralement et nerveusement. Jusqu'à ce que, le temps aidant, il puisse retrouver le sommeil et réussir à effacer de ses nuits d'insomnie le spectre de la mort, de la guerre inutile et de la violence aveugle.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Epoque contemporaine (depuis 1799)

  • EAN

    9782359410303

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    226 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15 cm

Infos supplémentaires : Relié  

Yves Salvat

Yves Salvat est né en 1936 à Millas. Etre né l'année du Front populaire, au moment où le peuple de France se rassemble pour faire face au fascisme, semble être pour Yves Salvat un signe du destin. Si l'on songe que dès l'âge de 4 ans il vit partir son père, au petit matin, entre deux gendarmes venus l'arrêter pour menées subversives. Si l'on imagine que durant les années d'occupation qui suivirent, il vécut dans une famille constamment en lutte à la répression vichyssoise, on comprendra aisément que le petit garçon devenu homme se soit passionné pour des idéaux de justice et de liberté. C'est en effet sur cette voie, qu'il s'engagea dès sa prime jeunesse, militant actif et courageux d'une cause qu'il trouvait naturelle. La guerre d'Algérie ne vient en rien altérer sa passion. Elle fut au contraire une expérience décisive. En lui fournissant un vécu militaire, répressif et colonialiste, la guerre affina sa volonté de combattre les forces droitières de son pays. C'est pourquoi, dès son retour à la vie civile, il se lança à corps perdu dans la lutte politique, menant de front des activités de responsable au sein du parti Communiste, faisant partie de la municipalité de son village ou bien encore s'intéressant comme dirigeant national à l'Association Républicaine des Anciens Combattants. Bien entendu, ces longues heures de militantisme désintéressé, il les a prises sur son temps de repos. Et ce ne fut pas là le moindre de ses mérites, car en homme de la terre qu'il a toujours été, il connaît le prix de l'effort. Aujourd'hui, fort de son expérience politique au service du peuple et riche d'une vie de labeur consacrée à la viticulture, Yves Salvat exprime sa plénitude Dans un ouvrage d'écriture dont l'à-propos et la sincérité en couronnent les qualités.

empty