À propos

Une vulgate ancienne, mais constamment réactualisée jusqu'à nos jours, voudrait imposer l'idée délétère selon laquelle l'étude de l'histoire devrait avoir pour objectif de faire aimer la nation.
« Histrions de la cour du prince et éditorialistes de gouvernement s'entendent pour fustiger les universitaires étrangers à la mission patriotique et déconnectés de la réalité sociale (et dont les plus heureux vendent péniblement leurs livres à quelques centaines d'exemplaires). Cette dernière critique, du moins, n'est pas fausse. Beaucoup d'historiens, plus assidus à faire fructifier leurs carrières académiques qu'à diffuser le produit de leurs recherches, n'ont en effet jamais vraiment pris la mesure de leur fonction sociale. Mais contrairement à ce que racontent les chiens de garde du roman national, celle-ci n'est pas nécessairement d'appuyer les manoeuvres politiques les plus réactionnaires.
La recherche historique n'a jamais cessé d'être créative, inventive et parfois engagée. C'est en référence à ce potentiel que nous voulons réhabiliter le concept d'«émancipation», galvaudé jusque dans les discours des politiques «en marche».
Que serait une histoire émancipatrice ? Ce petit livre rappelle ce que l'émancipation signifie et plaide pour que la discipline historique y prenne sa part.
Il faut regagner du terrain sur ceux qui confondent histoire et propagande haineuse, histoire et courrier du coeur. Replacer l'histoire dans la lutte contre les dominations et se débarrasser du fatalisme qui nourrit l'ordre dominant. » Historiens et chercheurs, Laurence De Cock, Mathilde Larrère et Guillaume Mazeau ont donné ensemble plusieurs cours libres aux étudiants qui occupaient leurs universités contre « Parcours Sup ». Ce livre en est issu.


Sommaire

1. Poser les termes : l'émancipation.
2. L'histoire comme discipline scientifique, l'historien au travail.
3. Comment la production historique peut avoir un contenu émancipateur.
4. L'histoire contre le « There is no alternative ».
5. Transmette, émanciper.
6. Vigilance toute ! Contre le roman national à l'école et dans l'espace public.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'histoire


  • Auteur(s)

    Laurence de Cock, Mathilde Larrère, Guillaume Mazeau

  • Éditeur

    Agone

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    15/03/2019

  • Collection

    Contre-feux

  • EAN

    9782748903959

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    135 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Laurence de Cock

  • Naissance : 1-1-1972
  • Age : 52 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Laurence De Cock est professeure d'histoire en lycée et chargée d'enseignement à l'université, docteure et chercheuse en Sciences de l'éducation.
Elle participe également à la revue L'Histoire Juniors, qu'elle a fondée. Explorateurs de l'Histoire est sa première série de livre destinée à la jeunesse.

Mathilde Larrère

Mathilde Larrère (Paris) est maître de conférences en histoire politique du xrxe siècle à l'université Paris-est Marne-la-Vallée,chroniqueuse pour Arrêt sur Image et détricoteuse pour Médiapart.

Guillaume Mazeau

Docteur en histoire, ancien élève de l'ENS-Lyon, Guillaume Mazeau enseigne à Lens. Il a publié Charlotte Corday et la Révolution française en 30 Questions (Geste). Il est commissaire de l'exposition Corday/Marat. Les discordes de l'histoire, qui se tiendra au Musée de la Révolution française de Vizille (Isère) du 26 juin au 26 septembre 2009.

empty