Les cathares ; des origines de l'hérésie au bûcher de Montségur

Les cathares ; des origines de l'hérésie au bûcher de Montségur

À propos

Chaque été, des milliers de touristes gravissent les pentes escarpées de châteaux légendaires : Puilaurens, Quéribus, Peyrepertuse, Puivert, Lastours. Mais c'est Montségur qui attire la foule de ceux que l'histoire des cathares captive. Montségur, dernier refuge de ces hommes et de ces femmes qui croyaient à un Dieu différent de celui des catholiques. Montségur, symbole de l'ultime résistance occitane aux envahisseurs. L'appétit que les passionnés d'Histoire ancienne se sont découvert pour le catharisme est un phénomène relativement récent. S'il prit naissance avec la publication de l'ouvrage de Napoléon Peyrat, « Histoire des albigeois », en 1870, c'est surtout depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale que le drame cathare a suscité un intérêt sans cesse accru. Les études et les romans consacrés à tout un peuple qui fut persécuté pour sa foi se sont multipliés avec plus ou moins de bonheur. Pour beaucoup, l'anéantissement des cathares est la conséquence d'une guerre du Nord contre le Sud. De là, un pèlerinage sur les lieux où les hérétiques résistèrent héroïquement aux assauts des croisés assemblés par le pape avec l'appui des rois de France. La religion austère et généreuse prêchée par les parfaits concurrençait dangereusement un catholicisme abâtardi.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde > Histoire de l'Europe

  • EAN

    9782844981110

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    368 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    500 g

  • Lectorat

    Tout public

  • Distributeur

    Cairn

Infos supplémentaires : Broché  

Guy Mathelié-Guinlet

Guy Mathelié-Guinlet, qui est déjà l'auteur de deux livres se rattachant à la période des débuts de l'Inquisition : « Les Cathares », et « Les Cisterciens » (Aubéron), a tenu à décrire l'irrésistible développement de cette juridiction d'exception devenue, après sa disparition, la Sacrée Congrégation du Saint-Office. Avec la rigueur qui le caractérise, il établit, dans cet ouvrage, un bilan objectif des actes qui discréditèrent à tout jamais un tribunal dit de la foi. certainement par antiphrase.ÿDans sa conclusion, en traitant des temps modernes de l'Église, engagée récemment sur la voie difficile de la repentance, il forme l'espoir qu'elle ne retournera jamais aux errements du passé.

empty